«

»

Jan 11 2017

Le complot de Ndéngué et Cie contre le patron de Talassa démasqué au grand jour

ndenguet_assassin

Lundi 9 janvier 2017. Quartier général de la police au centre-ville de Brazzaville. Le journaliste François, de l’hebdomadaire financé par Ndéngué à Brazzaville, devenu conseiller du DG de la police, se rend dans les bureaux de son chef. Il tient entre ses mains le dernier numéro du journal Talassa dont les titres phares sont : « Message du Pasteur Ntumi aux Congolais », « Enlèvements, tortures, disparitions et tueries massives : JDO, Serge Oboa et le retraité Ndengué pris la main dans le sac » et « Vérité et film complet du camouflet d’une visite manquée : Sassou rentre au bercail comme un chien la queue entre les pattes ».

Ce journaliste, montre et explique ces écrits à son chef Ndengué avec grands commentaires. Il dramatise ce qui est pourtant la vérité et incite Ndengué à agir. Le DG de la police, surchauffé comme on lui connait, se met à appeler des autorités du pays, et les invite à ses bureaux pour une séance de travail spéciale « Talassa ». Le colonel Mongo des renseignements militaires, le président du Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) Philippe Mvouo et le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Brazzaville Oko Ngakala se présentent au bureau de Dengué.

Au menu, le cas « Talassa ». Ndengué s’appuie sur l’article  intitulé « Sassou rentre au bercail comme un chien la queue entre les pattes ». Pour Ndengué, il s’agit d’injure au président de la République et que Philippe Mvouo devrait prendre ses responsabilités entant que régulateur des médias au Congo. Une échappatoire, lorsqu’on sait que tous les médias du monde ont commenté des jours durant, le rendez-vous manqué entre M. Sassou et Donald Trump. En réalité, le DG de la police se sent vexé par l’article sur les enlèvements, tortures, disparitions et tueries. Mais aussi sur un autre papier à travers lequel le commun des mortels a pu découvrir que le général Ndengué et d’autres officiers refusent d’aller à la retraite.

Aussitôt reçu des instructions chez François Ndengué, Philippe Mvouo projette une séance de travail ce jeudi 12 janvier au siège du Conseil. L’invitation adressée au Directeur de Publication du journal « Talassa » est signée du secrétaire administratif Miettet Likibi. L’invitation précise que l’ordre du jour de cette séance de travail « portera sur les principaux articles publiés dans la dernière livraison de votre journal numéro 439 ».

Selon nos informations, le Directeur de publication du journal Talassa qui n’est que Ghys Fortuné Bemba Dombe serait hors de Brazzaville, donc ne pourra pas prendre part à cette séance de travail.

Ce qui est louche du côté du président du CSLC, une institution constitutionnelle, c’est qu’il reçoit des ordres de la police. Philippe Mvouo et ses services, ne peuvent-ils pas organiser une séance de travail à leur propre initiative ? C’est également le cas pour le procureur Oko Ngakala qui est toutefois téléguidé par le « tout-puissant » général qui refuse d’aller à la retraite.

Pour Ndengué et Mvouo il fallait incriminer Ayessa Firmin et Moungala Thierry

Aux dernières nouvelles, nous apprenons de sources bien informées que, la résidence privée de Moukondo du Président du Groupe de Presse Talassa a été visitée par des hommes cagoulés la nuit du lundi au mardi 10 janvier 2017. Heureusement que le propriétaire des locaux ne s’y trouvait pas. Reconnu pour son courage de dire les faits tels qu’ils se présentent, il est actuellement l’homme à abattre par les faucons du pouvoir, depuis la parution du numéro 439 de ton journal.

Ah, la liberté d’expression au Congo.

Affaire à suivre !

Nicole Sarah

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Escroquerie Moyibi

    La vérité sur le tribalisme et la mbochisation de l’appareil de l’Etat doit être dénoncé avec force immédiatement.

    Lokuta mabé.

  2. Vers Le Mont Mbochi

    La vérité sur le tribalisme et la mbochisation de l’appareil de l’Etat doit être dénoncée avec force immédiatement.

    Lokuta mabé

  3. Meking

    Cristel,trouve toi dejà une maison à Kin avec ta pute de soeur car le pouvoir prend de l’eau,pas de cadeau pour vous mon petit

  4. " Dans un combat, politique, économique ou social, pour le mener, entourez-vous toujours de gens ayant la même mission que vous - sinon, dans 99% de cas c'est raté "

     » Dans un combat, politique, économique ou social, pour le mener, entourez-vous toujours de gens ayant la même mission que vous – sinon, dans 99% de cas c’est raté « . Tel fut le cas du ratage au Congo Brazzaville depuis le referendum illégal du 25 octobre 2015 en passant des présidentielles anticipées de mars 2016 à nos jours et le peuple totalement trahit. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/01/dans-un-combat-politique-economique-ou-social-pour-le-mener-entourez-vous-toujours-de-gens-ayant-la-meme-mission-que-vous-sinon-dans

  5. L'ESQUISSE D'UN ESPRIT NATURALISTE ET ENVIRONNEMENTALISTE HUMAIN FACE AUX ENJEUX ÉCOLOGIQUES MAJEURS DES SOCIÉTÉS NOUVELLES.

    PHILOSOPHIE !
    La maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » attribuée à Antoine Laurent Lavoisier, est simplement la reformulation d’une phrase du philosophe grec Anaxagore : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».

    « rien se perd rien se crée tout se transforme » cela veut dire que toute la matière vivante et ou inerte qui était à la surface de la terre dans la biosphère (il y a 4,5 milliards d’années) est toujours la même.

    Cette matière n’a pas changé, les molécules se sont réorganisées mais la même matière n’a pas disparue – car elle n’a nulle part où aller : c’est les principes de la thermodynamique.
    A l’exception bien évidemment de quelques satellites qui ont été envoyés dans l’espace et de quelques météorites qui ont atterri à la surface, on dit aussi que tout se transforme.

    Cela veut dire que la matière a tendance à se désagréger – elle a tendance à se déstructurer.

    Par exemple si vous prenez une tablette numérique et que vous attendez un million d’années – il y a des fortes chances pour que vous obteniez un tas de poussière.

    Si vous prenez un tas de poussière à l’inverse et vous attendez un million d’années vous n’aurez jamais une tablette numérique. Ces cycles prennent des années ou des millions d’années pour se réorganiser. Explications http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/01/l-esquisse-des-sciences-naturelles-et-environnementales-aux-enjeux-ecologiques-majeurs-des-societes-nouvelles.html

Laisser un commentaire