«

»

Août 31 2017

28 août 1990 – 28 août 2018 : L’abbé Louis Badila, 28 ans déjà !

Tâta BADILA, badins ou encore la clef pour tous ceux qui t’ont connu au petit séminaire de Mbamou ….

28 ans déjà depuis que tu es parti ! J’ai l’impression que c’était hier car la joie, la force et surtout ton sacrifice pour notre Eglise restent une immense richesse qui m’accompagne toujours …. Tâta Badila, là où tu es, prie pour nous, prie aussi pour ton pays le Congo.

Tu sais, il n’a pas changé. Le chat et la souris continuent à se bouffer entre eux et le cochon du village n’arrête  pas à manger le manioc du champ des voisins. Ah Tâta Badila, si tu savais, la maison que tu as bâtie avec tant d’efforts et de joie est maintenant en ruine. Plus personne pour la soutenir, plus personne ne regarde ses coins et ses recoins.

Les murs se fissurent et les ouvriers négligent le chantier alors qu’ils étaient chargés à mettre le plafond. Quelle tristesse ! Ils ne l’ont pas quittée. Ils y demeurent toujours, mais sans se préoccuper du futur, même quand l’effondrement les guette! Ah Tâta Badila, à quoi ont servi tes efforts ? Ton courage à affronter le fantôme a donné quoi à l’Eglise ? Les tortures, les souffrances physiques que tu as subies ont quel sens pour l’Eglise ?

Tâta Badila, le grand commis de l’Eglise, tu as porté Tâta Mbemba et Tâta Biayenda par toutes ses charges pastorales assumées, vicaire général de 1967 à 1977, puis vicaire capitulaire de 1977 à 1979, c’est toi le grand ouvrier de l’ombre qui a façonné la clef de voûte de l’Eglise, tu as porté brique par brique pour bâtir cette Eglise post coloniale…

Ne pleure pas Tâta Badila, mais plutôt continue à faire des sacrifices pour nous, continue à aider ton Eglise et  ton pays, dis à Tâta Mbemba et à Tâta Biayenda, de faire pareil car nous sommes foutus, nous marchons dans l’obscurité et sans guide.

On a oublié tout ce que vous aviez fait. L’histoire de l’Eglise du Congo a été effacée, plus personne ne parle de vous et le village est ruiné de ses vieux. La seule personne dont on parle un peu, c’est Tâta Biayenda, parce  qu’il n’est pas mort de maladie comme vous tous.

Voila notre réalité !  Les bruits et fracas incessants que vous entendez de là où vous êtes ne sont que, le raisonnement des armes et des canons,  ou encore des hurlements et des pleurs de vos brebis tués sans cesse tous les jours.

Tâta Badila, encore une chose et c’est la dernière que je vais te demander : cherche Tâta Auguste Nkounkou et dis lui s’il te plait, de faire un ultime miracle pour l’Eglise et pour le Congo entier.

Tâta Badila, Badins, Merci pour tout!!!

                                                                                                Yves Nkounkou Le Pape

(1 commentaire)

  1. Judicaël Makosso

    Mr L’Abbé Badila avait quand même une photo, que fait se batiment sur une information qui concerne exclusivement ce curé?

Laisser un commentaire