«

»

Fév 22 2017

Le Congo-Brazzaville, une dictature à la Robert Mugane qui ne porte pas son nom

mugabe

L’ambiance n’est pas à la fête au Congo-Brazzaville. L’atmosphère politique est suffocante. Le pays du khalife d’Oyo est devenu un baril de poudre prêt à consumer. Denis Sassou Nguesso est de sortie. Et, il a sorti les crocs. Sassou Nguesso donne des coups tous azimuts. Un jour, c’est Paulin Makaya. Un autre jour, c’est Jean Marie Michel Mokoko. Le lendemain, c’est Modeste Boukadia. Le surlendemain, c’est André Okombi Salissa. Et, le 17 février 2017, c’est l’annonce de la mort du colonel Marcel Ntsourou en prison. Les têtes commencent à tomber de nouveau. En bon dictateur, le kalife d’Oyo, Denis Sassou Nguesso n’apprécie pas la concurrence politique.

Purge

Le grand nettoyage entrepris en mars 1977 avec l’assassinat du commandant Marien Ngouabi, du président Alphonse Massamba Débat et du Cardinal Emile Biayanda et à son arrivée au pouvoir en février 1979 avec l’éviction de Joachim Yhombi Opango se poursuit. Il n’est donc pas surprenant de le voir repartir épée à la main sur les traces de ses adversaires politiques en renouant avec le coup de l’empoisonnement et des privations des soins médicaux à l’endroit de ses adversaires politiques. Le dernier à en faire les frais est le colonel Marcel Ntsourou, ancien secrétaire adjoint du conseil national de sécurité. Tout cela pour préparer la succession de son fils Christel Sassou.

Traits distinctifs d’un dictateur

Mettre en scène sa grandeur, refuser de se dédire, diviser pour mieux régner, sont des incontournables de tout homme fort qui se respecte. Denis Sassou Nguesso coche toutes les cases. Il y a bien longtemps que le Congo-Brazzaville a cessé d’être une démocratie en construction. La parenthèse démocratique ouverte en 1990 avec la tenus de la Conférence nationale souveraine, la période de transition et l’élection présidentielle de 1992 s’est refermée dans le sang le 5 juin 1997  avec l’arrivée au pouvoir de Denis Sassou Nguesso en octobre 1997. Depuis, le Congo-Brazzaville porte bien son nom : une dictature.

Comment appeler autrement un pays qui ne rend plus la justice équitablement, qui musèle ses journalistes et ses écrivains, et emprisonne ses avocats (Ludovic Désiré Essou en détention, Amedée Bernard Nganga réfugié en France, Hervé Ambroise Malonga un habitué des geôles de Sassou Nguesso) et des fonctionnaires par dizaines ? Comment appeler autrement un pays, le Congo-Brazzaville, où le Président s’arrogerait les pleins pouvoirs et où les militaires seraient à ce point sous pression que certains chercheraient à obtenir l’asile politique dans les pays occidentaux ? Denis Sassou Nguesso s’est emparé de tous les leviers du pouvoir qu’il utilise à sa guise. Le virage pris par l’homme d’Edou-Penda depuis octobre 1997 est si dangereux que la communauté internationale notamment la France devrait se poser la question de l’inscription du Congo Brazzaville dans la liste des dictatures tropicales au même titre que le Zimbabwé de Robert Mugabe. Jusqu’à quand les grands pays de la communauté internationale et notamment la France vont-ils faire semblant de ne rien voir et rien entendre.

   Benjamin BILOMBOT BITADYS

 

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. REGARDE LE CONGO TON PAYS

    Ne pas confondre les choses, Sassou est terroriste français qui a sur sa tête plus de 400.000 morts et il continue de tuer.
    Robert Mugane n’a pas transformee son pays a une prison a ciel ouvert

    LE CRIMINEL SASSOU EST UN CAS UNIQUE EN AFRIQUE, NON SEULEMENT IL TUE MAIS AUSSI IL DÉTRUIT TOUT.

  2. zulubassemba

    ce n’est pas sa faute il a plus étudier comment faire du mal à un être humain qu’à lui faire du bien. Et pourtant il est conscient de sa fin. quoi que l’on dise c’est un être humain sa conscience n’est pas tranquille. il croit exterminer tout les opposants mais qu’il sache une chose on devient opposant quand les choses ne vont pas dans le bon sens on ne nait pas opposant. c’est un problème de bien réffléchir. Quelque part il dit aux peuple Mbochi sois disant il les protège mais au fond des choses il les exposes erien que pour cinserver son pouvoir.Une question pourquoi il n’a pas choisit un intellectuel mbochi pour lui passer la main. Laisser le pouvoir à un mbochi comme mr ONDELI que nous avions tous vu à l’oeuvre en matière de gestion économique le gare n’a aucune intention de laiser le pouvoir à qui que ce soit. Alors j’exorte les frères du nord de s’opposer au système de ce Monsieur qui n’est autre qu’un virus à destruction massif Alors c’est pour dire que le Clebard est très incompétant.

  3. La vie sauvage au Congo

    Le dictatueur en série congolais, Denis Sassou Nguesso a toujours su subtilisé les congolais comme du bétail mortuaire humain. C’est ce que d’ailleurs aucune bête animale sauvage n’a pas pu le faire à l’humain depuis presque deux millions d’années. Ceci est donc un cas d’interface nouvelle entre animalité (sauvagerie) et humanité (barbarie) à l’échelle d’un écosystème humain africain.

  4. Extraterrestre

    Comparer le président SASSOU à ce Monsieur de Robert MUGABE,je crois que vous avez perdu la tête.Oh! revenez sur terre.
    Mon président n’est pas un dictateur s’est vous qui le dites.
    il vous donne la conférence nationale,des élections transparentes et démocratique,il autorise les opposants de sortir du pays.tout dernièrement les grands opposants sont venus pavanés à paris.je cite Parfait KOLELAS et Tsiati Mabiala…et vous traitez le président de dictature.Mais vous avez perdu la tête.
    Un dictateur ne fait pas sortir des opposants du pays.Et même ceux qui l’insultent à paris,je les vois allez au Congo, pendant les vacances.En quoi mon président devient dictateur à cet âge.Enfin,il ne va pas commencer une carrière de dictateur maintenant.Lui qui vous donne une conférence nationale sur un plateau.
    Vous ne pouvez pas me prouver que NTSOUROU a été tué,assassiné par le pouvoir,c’est trop gratuit.Le général Médecin a fait une déclaration contraire à la votre.
    Si le président SASSOU voulait éliminer Ntsourou,il le fesait le jour de son arrestation à son domicile.Le président SASSOU n’a rien à gagner de cette mort.
    je crois que que vous vous masturbez et que nombreux ont perdu la raison.

    j’aime le président SASSOU

  5. Extraterrestre

    Oh! j’ai discuté avec mon cadet Christel SASSOU,il m’a dit qu’il ne pense pas pouvoir.Mais diable qui vous a dit Christel SASSOU souhaite remplacer son papa,qui nous fait un travail remarquable.
    Vous voulez opposer papa et son fils,c’est votre complot.Et non le leur.pourquoi pas les autres enfants du président SASSOU.
    je vous comprends ,vous faites des rapprochements avec ,ce qui se passe ailleurs dans les pays africains.
    oh! la purge pour préparer la succession de Christel SASSOU. Certains perdent leur vie par maladie on accuse le président SASSOU.
    j’ai compris vos mesures actives pour ternir l’image du président.Mais nous bossons pour la rendre positive cette image auprès de nos amis Français.
    Faites des critiques sur des actions économiques… et non sur les morts du 20è siècle.la nouvelle génération attend de propositions venant de vous,et non des mesures actives.Les kiganga,les Diawara, Biyanda, Ngouabi,Massamba Debat…auraient quels âges maintenant?oh! les nostalgiques notoires.
    Moi je pense maintenant et dans le passé lointain.

    j’aime le président SASSOU.

    1. DANDOU-MILANDOU CEDRIC (GENDARME ASSASSINE A LA MAISON D'ARRET le 29/12/2016)

      eh ben puisque tu l’adores vas y qu’il t’ encule profondement

  6. PAROLE DE DIEU VIVANT

    Même MUNGABE n’enfreint pas à la dignité humaine comme SASSOU, ce mec est l’incarnation du diable en Afrique

  7. celine

    Bonsoir chèrs frères et soeursJe m’apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d’un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j’ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m’a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d’années il est vraiment formidable je souffrais d’une rupture avec mon mari il m’a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j’ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j’ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd’hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m’a rapellé au boulot et j’ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l’autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m’a travailler sans me prendre un euro j’ai d’abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n’importe que problème , vous qui avez n’importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l’apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81

  8. Félix BANKOUNDA MPELE

    Quelle méprise, cher compatriote! Vous dégradez le truand congolais! De très loin, Mugabé est un enfant de cœur face à Sassou-Nguesso! Rien qu’à titre indicatif, Mugabé, s’il conserve le pouvoir de façon autocratique comme Sassou-Nguesso, n’a tout de même pas pris le pouvoir par les armes, en faisant de dizaines de milliers de morts! Migs à l’appui, fait sans précédent en Afrique! Mugabé n’a pas, comme notre despote, mobilisé des armées étrangères, les plus féroces de la sous-région, pour traquer, humilier et tuer ses compatriotes pendant au moins trois ans! Et on peut multiplier à satiété les exemples pour illustrer le profil spécial de notre monstre! Mugabé n’est mis en exergue comme dictateur, en Occident, que parce qu’il a osé touché aux intérêts des occupants et terriens blancs dans son pays, mais il est loin d’être le champion en la matière, en Afrique….

Laisser un commentaire