«

»

Fév 08 2017

Qui a tué Ange Bidié Diawara ?

ange-diawara

1973 – 2017, cela fait exactement 44 ans que fut assassiné Ange Bidié Diawara, grand héros congolais dont le dévouement pour la cause nationale a taillé une place de choix parmi les immortels.

Ange Diawara, comme il est plus connu, aimait le Congo. Il n’y a pas de mots assez justes pour le dire. Qu’un tel vaillant combattant de notre armée ait été assassiné, c’est un fait, dans notre pays, théâtre d’une révolution marxiste-léniniste tropicale, qui n’a jamais cessé de broyer ses propres fils.

Par exemple le caporal Ontsou, faussement accusé d’avoir tiré sur le Commandant Marien Ngouabi le 18 mars 1977, puis le lieutenant Mboro furent liquidés expéditivement au cimetière d’Etatolo au petit  matin  deux jours plus tard par lieutenant Yves Motando à la demande  du Capitaine Sassou, devenu plus tard Denis Sassou Nguesso. Et comme par ironie de l’histoire, Yves Motando, promu tour à tour jusqu’au grade colonel, devint lui-même la cible de ce pouvoir qu’il avait pourtant servi hier, les mêmes causes produisant les mêmes effets.

S’agissant alors du lieutenant Ange Diawara, qui a tiré l’arme laquelle a mis fin à sa vie ?

Le peuple congolais, avide de lecture des roman policiers,  serait-il aussi dupe et moins curieux de pousser sa réflexion plus loin, jusqu’à connaitre ce détail important  de son histoire, qui n’est pas  petit du tout pour autant, étant donnée la personnalité d’Ange Diawara, et comment cela pourrait fournir des clés de lecture de notre histoire belliqueuse ? Qui manipule cette machine à broyer « congolais » ne ciblant inlassablement que « la main habile » pour reprendre l’expression de Henri Lopès ; autrement dit  des « arbres susceptibles de porter des fruits de l’espoir » libérateurs de notre  peuple ?

Ouvrons les yeux ! D’Ange Diawara à Franklin Boukaka, Kimbouala Nkaya, le lieutenant Nzokou, en passant par le commandant Président Marien Ngouabi, Ontsou, Mboro, l’ex président Alphonse Massamba-Debat, le cardinal Emile Biayenda,…et demain Colonel Marcel Ntsourou, Paulin Makaya, le général Jean-Marie Michel Mokoko, André Okombi Salissa « Tout Bouge », pour ne citer que les plus en vue ; combien de congolais faut-il sacrifier pour que le Congo retrouve la paix des cœurs et la tranquilité des esprits ?

Pour le jugement de l’Histoire, tous les témoins ont droit à la parole, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, les conditions ne sont-elles pas réunies pour que le peuple congolais, en interrogeant l’histoire, en sache on ne peut plus sur les conditions de l’assassinat de l’immortel Ange Diawara, cette icône de la révolution congolaise ? Qui a achevé le lieutenant Ange Diawara ? Quelle en était la cause immédiate et quelles en étaient les causes profondes ?

Arrêté avec ses compagnons, parmi lesquels le lieutenant Ikoko, le sergent chef Olouka et Bakekolo, Ange Diawara fut vivant lorsqu’il fut ramené de Kinshasa où il avait pourtant trouvé refuge. Grièvement blessé, très fatigué et très affamé, il paraissait très diminué et qui ne l’aurait pas été dans ces conditions. En plus il n’avait plus dormi pendant plusieurs jours, mais il arrivait à parler.  D’ailleurs, il s’attendait à être présenté au camarade Président Marien Ngouabi, le guide de la révolution congolaise, lequel voulait à son tour le présenter au peuple congolais qui n’attendait plus que cela.

Ange Diawara s’attendait à être interrogé par le camarade Président Marien Ngouabi, lequel allait lui demander de dire les raisons qui avaient motivé sa tentative de putsch.  Il s’y préparait en prison  où il fut gardé pour être présenté au leader du PCT (Parti Congolais du Travail), lorsque se présentèrent quatre militaires venus le chercher à la demande d’un haut cadre militaire qui occupait également une place importante dans la « machine à broyer » mise en place par le système.

Ange Diawara résista au premier abord. Il fut sommé de se laisser amener au risque de subir davantage les tortures des sbires du pouvoir allés le chercher. Le lieutenant déjà blessé et fatigué fut exfiltré menotté à bord une jeep militaire qui le conduisit dans une direction d’apparence inconnue.

L’ancien ministre des Affaires Etrangères Charles David Ganao (20 July 1926 – 6 Juillet 2012) a vécu avec la peur au ventre, de 1973 jusqu’à sa mort, Ange Diawara ayant été assassiné dans sa maison, en sa présence et devant quelques hommes politiques congolais encore vivants de nos jours. Nous nous gardons expressément de divulguer leurs noms, pour ne pas en faire des cibles potentielles.

Alors, qui a tiré sur le lieutenant Ange Diawara et pourquoi ?

Le chef des services de renseignement d’alors, Denis Sassou, lequel avait fait venir Ange Diawara, se mit à le tourner en raillerie. Il lui dit qu’il avait beau fuir, le temps était venu pour lui de payer pour ses velléités démagogiques. Denis Sassou lui dit que quelle que fut sa réponse à la question qu’allait lui poser le camarade Marien Ngouabi, il était arrivé à la fin de sa mésaventure  putschiste ; qu’il allait le payer très cher et de sa vie.

Ange Diawara ne supporta de se sentir ainsi ridiculisé par le vaurien que fut à ses yeux le chef des renseignements Denis Sassou. Aussi cracha t-il sur sa figure, pour exprimer sa colère, sa désapprobation de se faire ainsi humilier par un moins que rien. Ne dit-on pas que « le mourant a beau être faible, il peut lui arriver dans un dernier sursaut de cracher sur son bourreau, n’ayant plus rien à perdre ni a gagner ? »

Denis Sassou, toute honte bue, ne passa pas par quatre chemins : il se leva, alla prendre dans son blouson militaire le pistolet qu’il portait toujours sur lui, et tira un coup gordien, achevant ainsi le lieutenant Anges Bidié Diawara atteint par une balle au cœur. En voici la cause immédiate.

En conclusion, Ange Diawara n’avait jamais été fusillé à l’état-major comme le dit la version officielle. Dans celle-ci, les faits avaient évidemment été maquillés, pour gommer la main de Denis Sassou. Ce que l’on nous servit ne fut qu’un habillage de l’histoire, pour le protéger puis camoufler l’anonymat de l’exécutant sommaire d’Ange Diawara. En voici la cause immédiate, la cause profonde étant évidement le putsch manqué.

Les relations entre Charles David Ganao et Denis Sassou avaient depuis longtemps souffert de cet incident. Elles avaient même été faussées, le premier craignant toujours que le deuxième attentât à sa vie, tellement il était un témoin gênant. Lorsque cela le prenait, Denis Sassou le menaçait en sourdine qu’il savait ce qui lui arriverait s’il essayait « d’ouvrir sa bouche ».

Denis Sassou fit même de Charles David Ganao le témoin de son mariage avec Antoinette Tchibota, que le dictateur et sanguinaire congolais avait ravi à Kader Diawara, frère cadet du lieutenant Ange Diawara.

Pour la petite histoire, Ange Diawara aurait cassé la gueule à Denis Sassou pour avoir entretenu des liaisons amoureuses avec sa belle-sœur.

Devenu chef d’Etat, Denis Sassou lequel a entre-temps ajouté à son patronyme la particule « Nguesso » du nom de son papa, se montrait généreux à l’égard Charles David Ganao avec qui il semblait avoir des relations plus que conviviales. La vérité en était autre. En efet, l’amitié entre les deux hommes n’était que de façade.

Que les tombes sont pleines de secrets ; c’est le moins que l’on puisse dire, n’est-ce pas ? Pascal Lissouba n’a t-il pas écrit dans son opuscule sur Denis Sassou Nuesso paru en ligne : « Connaitre l’homme pour comprendre la tragédie congolaise ». Qui dirait autrement ?

Colonel à la retraite Marcel Onanga

(29 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. SASSOU DEGAGE ET PUIS

    CADRE DE VIE URBAINE : STOP A POINTE NOIRE ET A BRAZZAVILLE LA POUBELLE POURQUOI ET COMMENT? https://www.youtube.com/watch?v=FG_gHf0Z2_E&feature=share

  2. CADRE DE VIE URBAINE : STOP A POINTE NOIRE ET A BRAZZAVILLE LA POUBELLE POURQUOI ET COMMENT?

    L’ignorance est-elle la pire des souffrances? – Oui, c’est à peu près cela. Mais tout dépend de la durée pendant laquelle le cerveau a été abimé par la durabilité de la période médiévale. Explications http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/cadre-de-vie-urbaine-stop-a-pointe-noire-et-a-brazzaville-la-poubelle-pourquoi-et-comment.html

  3. Bantu

    Ange Diawara avait cru en la révolution. Il aimait le Congo et ne le concevait pas sous l’angle ethno régionaliste. En ce temps, c’est l’idéologie qui primait. Ange Diawara du Pool (tendance marxiste) ne pouvait pas partager la même idéologie que Kinganga Sirroco du Pool (Tendance capitaliste). Voilà comment le Congo fonctionnait à ce stade car, même sous Alphonse Massamba Debat, Kinganga sirocco était en prison.

    Ange Diawara avait cru bon de se rallier du côté de Marien Ngouabi surtout qu’ils avaient les mêmes tendances idéologiques marxistes, mais, malheureusement, Marien Ngouabi était entouré de rapaces dont le ralliement n’était autre qu’ethno régionaliste et non idéologique. Yhombi Opangault et Sassou Nguesso n’ont jamais partagé la même idéologie politique.

  4. PAYS DES DEUX ROIS

    Merci Colonel Marcel Onanga.

    Celui qui a juré d’asservir le peuple congolais est en passe de gagner son pari. Après avoir démoli les hommes par différentes tueries, l’économie par toutes les malversations et détruit les villes qui sont devenues poubelle, Sassou est en train d’exterminer et de vouloir réduire à néant une partie de la composante de notre peuple, à savoir, le Pool.

    Que d’hommes de valeur passés à la trappe!!!!!! Que de pertes pour ce pays!!!!!!

    Une seule chose est positive : nous connaissons, enfin, le MAÎTRE D’ŒUVRE. DU MALHEUR CONGOLAIS.

    A nous congolais de prendre acte et de tirer nos conclusions. Le type n’a pas encore fini son entreprise de démolition du Congo. Certes, il finira bien par mourir mais, que devons-nous encore sacrifier juste pour le plaisir de cet ogre???? Qui devons-nous encore voir partir tragiquement pour que nous réalisions que notre pays n’a pas besoin de tuer ses enfants??????

    Ces autres imbéciles qui se réjouissent du malheur de ceux qui partent doivent savoir qu’après ceux-là, ce sera à eux le tour de subir la même tragédie.

    LISEZ BIEN LES SIGNES DU TEMPS. INTERPRETEZ BIEN CE QUI SE PASSE.

    SASSOU LE marxiste s’est muté en homme de droite juste pour garder le pouvoir. Il accepte de changer de drapeau pourvu qu’il reste au pouvoir. Il accepte la démocratie juste pour qu’il soit toujours au pouvoir……….

    MAIS, DIABLE!!!! D’Où TIENT-IL LA CERTITUDE DE RESTER AU POUVOIR ENCORE ET ENCORE??????????

    CONGOLAISES, CONGOLAIS, OUVREZ LES YEUX. L’AVENIR DE CE PAYS N’AUGURE RIEN DE BON SI NOUS NE NOUS LEVONS PAS.

  5. ZEKI

    Oui meme si c est Sassou Nguesso qui a tiré ce dont je doute je crois que le vrai responsable de la mort de ANGE DIAWARA un heros national est Ngoubi, pourquoi? eh bien le PCT est un pouvoir centralisé donc quiconque agissait en dehors des consignes du chef supreme ici en l occurence ngouabi etait suspecteé de coup d etat. de plus ngouabi mefiant dans le climat de l epoque suspectait tout le monde . donc si tel est que sassou avait tué ANGE SANS NGOUABI L ENTENDIT ça revenait à penser que SASSOU avait pris part aussi au putch et que ce dernier en tuant ANGE PROTEGEAIT SES ARRIERES. De ce que je comprend c est plus ngouabi le vrai coupable qui rien ne pouvait se faire en dehors de lui. JE ME SOUVIENS ENCORE QUE NGOUABI QUI AVAIT PRESIDE LE CONGRES DE L URFC UNE SEMAINE AVANT LA MORT DE ANGE AVAIT DECLARE A LA FIN DU CONGRES QUE DANS UNE SEMAINE ANGE DIAWARA SERA MORT. COMME DIT UNE SEMAINE PLUS TARD ANGE ET SES COMPAGNONS SONT TUES. C EST APRES A TRAVERS LES FUITES QUE ON VA APPRENDRE QUE ANGE ET SES COMPAGNONS AVAIENT ETE ARRETE AU ZAIRE DE MOBUTU. QU ILS AVAIENT PASSE PLUS D UNE SEMAINE VIVANTS AU CONGO.DONC QUAND ON REFLECHIT BIEN LA RESPONSABILITE DE NGOUABI ETAIT BIEN LA ET CRIARDE.JE VEUX BIEN QUE ON REJETTE SASSOU MAIS NE LUI COLLER PAS CE QU IL N A PAS FAIT.DIAWARA ET SES COMPAGNONS AVAIENT CONDAMNE A MORT PAR COUTUMACE PAR LE TRIBUNAL POPULAIRE DE NGOUABI.C EST AUSSI LUI QUI AVAIT FAIT EXECUTER L AUTRE HEROS OLUKA. FAUT REPLONGER DANS L HISTOIRE DU PAYS POUR SAVOIR QUI AVAIT QUOI?

  6. cgb

    l ouverture d une information judiciaire pour proces à titre posthume serait necessaire pour l edification de notre histoire et de notre avenir , et conjurer le tribalisme qui a detruit notre pays mal introduit par ngouabi sur une echelle jamais vue auparavant . ces heros dans leur lutte avaient montré qu ils etaient au dessus des tribus.ils voulaient batir une nation sans tribu donc sans tribalisme ni regionalisme . EN CELA CES HOMMES SONT NOS HEROS ET DES EXEMPLES ILS MERITENT PLUS QUE JAMAIS DE NE PAS TOMBER DANS L OUBLI

  7. zulubassemba

    j’avoue mes chers compatriotes que justuce soit faite car un pays sans histoire ressemble a un avion sans pilote. merci beaucoup pour avoir nous relaté cette belle histoire que s’il faut enseigné dans nos école afin de banir le tribalisme dont les autres profite de se cromponer au pouvoir y compri la France.

  8. cgb

    Merci colonel Marcel Onanga de ce temoignage edifiant le peuple congolais a besoin de connaitre qui a assasine ses enfants batisseurs de la nation ( DIAWARA , IKOKO , ISTOU OLOUKA FRANKLIN BOUKAKA BAKEKOLO MANTOUPAPOLO ET ETC……..)
    au burkisna fasso va s ouvrir bientot le proces surl assasinat de thomas sankara . il faut bien que au congo aussi justice survienne et il le faut
    GLOIRE A L IMMORTEL ANGE BIDIE DIAWARA ET SES COMPAGNONS

  9. Samuel Noko

    Le corps mort de Ange Diawara etait exposé au stade de Massamba Debat devant la population Congolaise. Il existe une photo qui le prouve. Marien Ngouabi et Dénis Sassou Nguésso etaient parmis ceux qui etaient debout dérriere le corps mort de Diawara. Ils ont voulu faire disparaitre cette photo qui est dans l`internet, mais ils ont echoué. Le complot entre le gouvernement de la RDC et le PCT à toujours été un complot de génocide. Les disparus du Beach est aussi une exemple. La RDC l`ancien Zaire à le rôle d`arreter ou refouler les opposants Congolais de B/ville à Brazzaville afin le pct accomplisse le complot dans un acte de meurtre. Le but c`est la Conservation du titre présidentiel. Leurs politique est basé sur ce complot des assassinats pour intimidé la population. Surtout ceux qui s`opposent à la gouvernance du pct.

  10. celine

    Bonjour chèrs frères et soeursJe m’apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d’un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j’ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m’a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d’années il est vraiment formidable je souffrais d’une rupture avec mon mari il m’a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j’ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j’ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd’hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m’a rapellé au boulot et j’ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l’autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m’a travailler sans me prendre un euro j’ai d’abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n’importe que problème , vous qui avez n’importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l’apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81

  11. CONGO BRAZZAVILLE : L’INDÉPENDANCE EMPOISONNÉE ENTRE ET POUR LES CONGOLAIS, MODE D’EMPLOI.

    Philosophie

    Sujet N°1: le partage de valeurs existentielles universelles est-il le reflet de l’individu et ou de sa société d’appartenance ?
    Congo Brazzaville : l’indépendance empoisonnée par qui ou quoi et pourquoi et vers quoi ? La problématique porte à examiner des éclairages anthropologiques (génétiques), culturelles (épi-génétiques) et sociétales (éducation société et civilisation durable) à l’échelle existentielle bantoue congolaise.
    CONGO BRAZZAVILLE : L’INDÉPENDANCE EMPOISONNÉE ENTRE ET POUR LES CONGOLAIS, MODE D’EMPLOI. EXPLICATIONS http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/congo-brazzaville-l-independance-empoisonnee-entre-et-pour-les-congolais-mode-d-emploi.html

  12. YAMOUWONDA

    Apres les avoir tué a Brazzaville, la nuit ils sont allés avec les corps a Boko pour revenir a Brazzaville le matin même. Arrivés a Kinkala ils y avaient tentés d exhiber les corps sur la place publique , pour faire croire aux gens qu ils avaient été abattus dans le Pool. La population avait demandé qu ils quittent le lieu avec leurs cadavres.

  13. Jean Claude K.

    De Diawara, j’ai encore en mémoire cette rencontre insolite .

    Un attroupement d’ élèves s’était formé à 200 m du Lycée Savorgnan autour d’une jeep russe. Il était 16 heures. Nous sortions alors de notre dernier cours. Autour du petit véhicule militaire, l ‘ambiance était joyeuse, décontractée mais studieuse. On se serait cru dans un campus américain. Une deuxième jeep était garée un peu à l’écart. Quatre éléments de la Défense civile l’occupaient. Personne n’en faisait cas.

    En nous approchant de la jeep cernée, je reconnus » les grands », les élèves de Terminale. Sur le capot, un homme assis en tenu de la Défense civile, pistolet à la ceinture. Il expliquait quelque chose. Il avait dû prendre quelques manuels des Lycéens, certains gisaient ouverts à ses côtés. Un camarade de classe s’écria « c’est Diawara ». Voilà comment j’en fis connaissance.

    Nous ne comprenions rien à leur discussion, nous étions en 2de. Mais aujourd’hui, je réalise la justesse de sa pensée. A l’époque, Diawara mettait en garde ses interlocuteurs avec passion et talent, sur le fait que la société idéale que les hommes rêvent d’édifier depuis des siècles, cède le pas à la société industrielle (entendez capitaliste) qui impose ses buts, sa conception de l’homme, son organisation.

    Quant aux, Lycéennes présentes, elles avaient d’autres visées . Elles ne cessaient de murmurer :  » Qu’il est beau « , « qu’il est mignon » , » Oh ! comme il s’exprime bien ». Il faut lui reconnaître sa grande gentillesse, mais davantage cette volonté et facilité de dialoguer avec autrui. Immédiatement je le trouvais courageux, sympathique, lucide et moderne.

    En remontant ce passé, je saisis mieux son inquiétude sur l’enseignement colonial. N’a t-il pas fait accroître une distance entre la morale et les mœurs et de ce fait, la hiérarchie des valeurs devient des plus fluctuantes.

    Diawara, jeune mais visionnaire !

  14. le nul qui veut savoir

    Très captivant ce témoignage @Jean Claude K. Et merci encore au vaillant Colonel Onanga; si les autres officiers congolais encore propres moralement et intellectuellement et d’autres anciens témoins oculaires pouvaient nous relater ce qu’ils en savent avant de livrer leurs bibliothèques ou cerveaux à la poussière, ce sera le plus grand service qu’ils rendront aux générations futures pour mieux bâtir notre Congo de demain sans tribalisme avec éviction des erreurs du passé, bannissement de toutes les lignées sales ayant servi aux sales besognes des charognards que nous connaissons. Merci de nous faire savoir qu’il y a encore des hommes avec un brin de lumière pour illuminer le peu des congolais restant avec une conscience patriotique.

  15. Samuel Noko

    Oui, moi aussi je m`en souvienne très bien. A l`epoque j`avais cinq ans. Ma première annee a l`ecole primaire Mabiala Manganga qui se trouve dans l`arrondissement de Makelekele. Tout juste apres la cloche du derniere heure de l`ecole venait se faire entendre, un camion militaire etait arrêtè dans la ruelle a la sortie principale de l`ecole. Derriere le camion en question, y avait quelques militaires qui tenaient le corps mort de Diawara a une position assise. Dans le camion on pouvait aussi voir d`autre personne tuè, mais c`est ange Diawara qui etait le but de leurs exhibition. Je l`avais bien vue avec mes propres yeux. S`il y a d`autre personnes qui avaient vècu cette affreuse realitè tout juste après la derniere heure de l`ecole, cela signifie que le corps mort de Ange Diawara etait exhiber plusieurs jours a Brazzaville devant des ecoles.

  16. M

    Le grand criminel, terroriste Sassou Nguesso, fils des parents des Abbey fesaient partie déportés au Congo depuis l’Afrique de l’Ouest; au début des années 1900 est un danger permanent pour Congo et la Sous région. Il est un homme qui n’a pas voulu s’integrer au pays d’acceuil.Sassou Nguesso et ses complices terroristes continuent de mener l’épuration éthnique dans le Pool, les arrestations des opposants dans tout le Congo, monter des faux coups, de justifier LES MASSACRES QU’ILS SONT EN TRAIN DE COMMETTRE dans le Pool, au sud du Congo sur le nom de Ntoumi. »Denis Christel se « paie » la presse internationale. Le fils préféré du (dictateur sanguinaire, président illégitime )du congo a invité plusieurs journalistes français – tous frais payés – à Brazzaville pour vanter ses actions caritatives. Stratégie. » Voici comment le régime génocidaire, illégal Sassou Nguesso fait avec la complicité du gouvernement de la France pour cacher la vérité auprès du monde.Comment il fait pour gaspiller de l’argent des Congolais, alors que les congolais, les étudiants, travailleurs, retraités sont abondonnés à eux-mêmes.
    Congolais Reveillez vous! Comment pouvez vous depuis plus de 33 ans laisser un individu si médiocre, méchant prendre les biens , les richesses de tout un peuple, d’une république pour lui, sa famille et son clan? Comment pouvez vous laisser faire un président de fait, illégitime aller mener des´massacres, génocides à répétition dans le Pool pendant des années et transformer le Congo en prison ouverte comme si de rien n’était et tout le monde garde le silence et s’enfonce dans la peur? Sassou Nguesso est le personage le plus trouble, terroriste, génocidaire de la génération après Hitler. Sa place et celle de son clan est la prison à vie.Sassou-NGuesso se livre à son nouveau génocide depuis presque une année dans le Pool et transforme le Congo en prison ouverte. Cela n’est pas normale qu’on laisse faire de telles choses dans ce monde au 21 e siècle.Sassou Nguesso et clique sont des vrais terroristes, des grands criminels, des individus sans foi ni loi. C’est très grave ce que continue à vivre le peuple au Congo. Avec l’arrestation sans cesse des opposants, des simples citoyens, le régime aux abois, ne fait que de plus en plus démentrer sa barbarie. C’est quoi toutes ces actions ? Sassou Nguesso et ses complices terroristes continuent à faire massacrer les populations dans le Pool en prétextant poursuivre Ntoumi.Hier c’était Paulin Makaya et ses militants sont accusés d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, assassinat, complicité d’évasion à la suite de la mutinerie montée par le pouvoir le 29.12.2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville. Il ya quelques semaines,cela a été le cas d’Okombi qui mobilise toutes les énergies du diable Sassou Nguesso qui à peine revenu au pouvoir par la force des armes il près de 20 ans, laissent massacrér plus 352 Congolais au beach de Brazzaville, revenu » au pays après un appel qu’il avait lui-même lancé aux réfugiés ». Quant est ce qu’ il sera temps de s’occuper réellement des affaires de gouvernance véritable de la république au Congo? Pour ceux qui ne le comprennent pas ou ne veulent pas le comprendre par opportunisme, par corruption, par idiotie, il est à savoir que ce qui se passe au Congo où le Pouvoir du tyran sanguinaire, mafieux ne cesse de rompre avec les intrigues de KBG des vieilles et très tristes époques, est une situation très alarmante que chacun est appelé à combattre . Comme l’a souligné BISHIKANDA DIA POOL dans Sukissa, »c’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que l’on voit un prisonnier politique détenir des armes de guerre dans sa cellule. Tout le monde le voit maintenant, le pouvoir de Sassou-Nguesso est un pouvoir en voie de disparition qui n’a plus sa légitimité ; ni même sa raison d’être. Le grand criminel, terroriste Sassou Nguesso, 77 ans en réalité, dont les parents fesaient partie des Abbey furent déportés au Congo; au début des années 1900 est un danger permanent du Congo. Sassou Nguesso et ses complices terroristes continuent de mener l’épuration éthnique dans le Pool, les arrestations des opposants dans tout le Congo, monter des faux coups, de justifier LES MASSACRES QU’ILS SONT EN TRAIN DE COMMETTRE dans le Pool, au sud du Congo sur le nom de Ntoumi. La mutinerie du 29.12.2016 à la maison d’arrêt de Brazzaville a été par exemple un coup monté par les extrémistes du pouvoir ultra criminel de Sassou Nguesso.Elle visait à abattre J3M, Ntsourou et Paulin Makaya à la sortie de leurs cellules dans la confusion, et créer ainsi des images fortes aptent à détourner l’attention sur l’humiliation subie par Denis Sassou Nguesso aux USA. Le tyran est prêt à faire davantage couler le sang des Congolais pour camoufler son incompétence, ses crimes contre l’humanité et accentuer son opération d’épuration éthnique dans le Pool. Sassou-Nguesso est un adepte du terrorisme d’État. Sassou-Nguesso humilié et devenu la risée du monde entier a besoin de faire encore usage à la violence, qui est pour lui seul moyen qu’il connait pour faire oublier la honte, les crimes contre l’humanité qu’ils imputent toujours aux autres , particulièrement à Ntoumi qui n`était qu’un petit enfant quant’ il a commencé à les commettre. Comme il fallait s’ y attendre, le pouvoir illégitime de Sassou Nguesso n’a pas tarder à accuser de nouveau Ntoumi, son victime de tous les temps, pour la dite mutinerie à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville, le jeudi 29 décembre 2016 afin de justifier sa poursuite de ses arrestations arbitraires, l’épuration éthnique dans le Pool. La presse du pouvoir titre pour ce scénario de tous les temps:“La tentative d’évasion de prisonniers aurait été commanditée par quelques éléments du pasteur du pasteur Frédéric Bintsamou alias Ntoumi qui sont également en détention dans ces geôles. „ Cela est vraiment Cynique et relève d’ailleurs un aveu de faiblesse. Comment les élements de Ntoumi ont’ils pu réussir à pénétrer les enceintes de la prison si bien surveillées et dans une de Brazzaville si bien quadrilllées par les forces de l’ordre au service de Sassou et clique. Sassou Nguesso et sa clique qui font de Ntoumi un mythe, derrière lequel il faut se cacher pour tous les coups, ne peuvent désormais en tout cas tromper que les niais et les comrompus.Ntoumi est’ il l’ auteur des disparus de Beach? Est ce lui qui a tué les jeunes, les civils pendant la marche pacifique contre le référendum constitutionnel d’octobre 2015 et après le coup d’Etat constitutionnel?“Ntoumi est’ il l’auteur des turtures d’Augustin Kala Kala, dont le corps couvert de blessures avait été abandonné devant la morgue de Brazzaville? Remontons un peu plus loins.Ntoumi était ‘il l’auteur » des assassinats qui installèrent le CMP (Comité Militaire du Parti) mars 1977 et celles des guerres civiles qui débutèrent le 5 juin 1997 pour se poursuivre en nettoyage ethnique jusqu’en 1998 et qui firent 400.000 victimes, » les dispaus du Beach?. « Lorsque Sassou Nguesso et Yhombi-Opango assassinent Marien Ngouabi. Quand Ils détournent les soupçons sur des innocents Laris-Bakongos qu’ils éliminent physiquement. Et qu’ ils organisent une semaine sanglante,au cours de laquelle sont opérées de nombreuses exécutions sommaires, et les malheureux sont enterrés comme des chiens, torturés avant d’être abattus ou enterrés vivants; tel que cela fut le cas de l’ex-Président Massamba-Debat, dont les yeux auraient été crevés, puis dépécé et jeté en pature aux lions du parc zoologique. le Cardinal Emile Biayenda, les lieutenants Kimbouala-Nkaya, Mboro, Ontsou, ainsi que d’autres innocents étaient massacrés, alors que Sassou Nguesso est ministre de la Défense, et dirigea provisoirement l’Etat, du 18 mars au 3 avril 1977, » Ntoumi était il là? La liste est encore très longue des crimes, assassinnats de Saou Nguesso.Le tyran Sassou Nguesso a rendu un vibrant hommage à sa force armée tribale et ses supplétifs qui bombardent le département du Pool depuis prèsque déjà une année, en déclarant : « Il s’agit des vaillants officiers et des braves soldats de nos forces de défense et de sécurité dont je salue l’esprit de mission, d’abnégation et de sacrifice qu’ils consentent au quotidien pour assurer notre sécurité et notre quiétude collectives. „Honte pour Sassou Nguesso et sa clique qui continuent à massacrer les Congolais au mépris des règles élémentaires des droits de l’Homme.Pendant son discours, Sassou Nguesso qui commandite depuis près d’une année, ses forces à semer la mort dans le Pool,n’a pas du tout évoqué un seul mot sur les populations du Pool sous les bombes des hélicoptères, avions de Combats et sous les armes lourdes et légéres des milliers de soldats, policiers, milices, mercenaires venus de l’Afrique, du monde entier auxprès desquels ils les a livrés.Le Congo est un grand pays aux terres très fertiles et incroyablement riche en matières premières et très peu peuplé , quand un président, gouvernement sont incabable après plus de 10 ans à gagner la bataille du développement socio-économique, une telle équipes n’est pas du tout viable. Il faut que finisse le système sanguinaire et mafieu de Sassouz Nguesso pour que les Congolais vivent enfin. Sassou Nguesso et clique sont des des grands criminels, des individus sans foi ni loi. Pour 2017, Sassou-NGuesso demande à son gouvernement illégal de dire la vérité. Espérant pour cela que l’auteur de très nombreux crimes contre l’humanité, des disparus du beach, du hold-up électoral et massacre son peuple dans le département du Pool, des assassinats des présidents NGouabi, Massambat-Débat , du cardinal Biayenda, des détournements de fonds publics depuis plus de 33 ans, ainsi que du pillage systématique des revenus pétroliers, des biens mal acquis etc commence par nous dire la vérité sur les raisons qui lui pousse à agir comme il le fait depuis des années.Le peuple Congolais a besoin du départ sans condition de Sassou Nguesso le terroriste et de toute sa clique terroriste, mafieuse avant tout dialogue. Il ne faut plus tolérer la présence de Sassou Nguesso, le semi illétré et sa cliques . Ils sont des Terroristes, des individus dangereux. Avec eux, iln’ y aura pas de droits de l’homme, les droits humains, la liberté, individuelle, la démocratie, le développement au Congo.Les Congolais conscients de leurs devoirs et responsabilités ne doivent plus perdre un seul instant le temps. Il faut unir les efforts pour renverser sans retard, Sassou Nguesso et sa clique et sauver le Congo ! La diasporia de la France! Informez par tous les moyens le peuple de la France sur la complicité du gouvernement de la France, sur les politiques qui pactissent avec le génocidaire, dictateur Sassou Nguesso et clan, ainsi qu’autres dictateurs de l’Afrique jusqu’au point d’aller chercher l’argent des campagnes électorales à ces derniers.

  17. T

    Moi j’étais en 6e au college qui se trouvait sous les gradins du stade revolution.
    Ce matin là, sans me douter de quoi que ce soit je suis allé en classe comme d’habitude. Nous étions à peine entrés en classe à 7h lorsque nous avons entendu un vacarme inhabituel. Provoqué par une colonne de vehicules qui arrivaient en trombe, suivie d’une foule immense. Tout ce monde s’est présenté à l’entrée des véhicules du stade. cette entrée à l’époque faisait face à la forêt.

    Là on a attendu un long moment, le temps de chercher je suppose le gardien qui arrivera avec la clé.

    Pendant ce temps, aucune précision, même si des gens étaient excités mais moi je n’ai pas le souvenir de savoir la cause de cette agitation.
    Je suis entré avec la foule donc et c’est là que le camion de transport de troupe de marque Berliet après avoir effectue’ un tour de piste s’est arrêté en face de la tribune d’honneur sur la piste d’athlétisme. On a commencé à exhiber tous ces corps meurtris. Les uns tirant sur la barbichette de diawara et s’emparer de ces poils, d’autres faisant des photos, et lancant des quolibets.

    J’ai le souvenir d’avoir vu parmi les curieux juchés sur les pneus afin de bien voir le contenu de cette benne, au moins une femme.

    Les tribunes étant ouvertes, nous nous sommes alors mis dans les gradins de cette tribune.
    Ensuite Ngouabi est arrivé par hélicoptère qui a atterri sur la pelouse en son centre. Puis a tenu un discours enflammé où il a parlé de macchabées pour ceux qui s’en souviennent peut-être..

    Du haut de mes douze ans, la nuit, j’ai eu du mal à trouver le sommeil pendant longtemps.

    Je souscris à l’avis du précédent intervenant qui disait que ngouabi malgré tout était bien le responsable de cet assassinat.

    1. cgb

      c est quelque chose qui nous avait secoué , je me rappelle bien avec quelle verve ngouabi parlait avec quelle vanite j ai encore en memoire des fragments du discours de ngouabi il dit par exemple DIAWARA ET IKOKO SONT BEL ET BIEN MORTS ILS N EXISTENT PLUS. LEUR AVENTURE EST TERMINEE et à cote de NGOUABI SE TROUVAIT YOMBI MAIS FAUT BIEN LE RECONNAITRE LE VRAI RESPONSABLE DE LA MORT DE ANGE DIAWARA ET DE SES COMPAGNONS C ETAIT BIEN NGOUABI. NAVAIT IL PAS PREDIT AVEC UNE EXACTITUDEA L ISSU DU CONGRES DE L URFC QU IL CLOTURAIT QUE JE CITE  » DANS UNE SEMAINE DIAWARA SERA MORT » et ce qui arriva justement. LE DONNEUR D ODRE POUR ASSASSINER CES FILS DU PAYS C ETAIT BIEN NGOUABI

  18. GIL

    Salut Jean Claude K

    Curieusement, moi aussi, j’ai presque eu la même rencontre avec Diawara.

    J’étais chaminadien. Juste avant l’allée qui mène au Lycée, à gauche, il y avait une station d’essence. Et c’est là, un après midi, que je vis Diawara discutant très amicalement avec quelques élèves de mon Lycée et étudiants de Bayardel.
    Curieux comme un loup, je m’étais rapproché du groupe.

    Sur une moto, eh oui ! à califourchon sur une moto rouge de marque MZ, Diawara échangeait avec les « grands ». J’étais comme toi en 2de. L’objet de la discussion était sur des personnes que je ne connaissais point. J’entendais :{ Eguel,(Hegel) Platon, Niche, (Nietzsche), Aristote, Max (Marx)…}. J’ai tout de suite pensé qu’ils parlaient des révolutionnaires cubains méritants et amis de Ché ou Mao.

    Tous ceux qui arrivaient, allaient serrer la main de Diawara. La poigne avenante mais ferme. Son expression d’accueil était  » Bonjour salut ».

    Nous étions nombreux à ne rien comprendre de ce qui se disait. Je notais par exemple que le moins concerné c’était le pompiste. Il bichonnait la moto comme si elle fut la sale. Trois élèves AET du Lycée étaient très potes avec Diawara. Ils semblaient le connaître. Ils l’appelaient  » Ange « . Les étudiants apportaient une profondeur au débat qui réjouissait l’attroupement. Des noms comme  » Décarte(Descartes), Alain, Inguel (Engel)  » fusaient. C’était fascinant ! Comment faisaient-ils ? Tels étaient mes sentiments.

    J’étais impressionné. Mais ne pigeant rien, ignorant et trop impatient, je pris la direction de Bac city où je résidais. Un trajet que je faisais à pieds tous les jours du lundi à samedi.

    C’est en Terminale que je compris que cet après-là, non loin de Chaminade, passants curieux, futurs bacheliers, étudiants et Diawara débattaient sur des notions philosophiques à partir des auteurs.

    Diawara surprenait par sa franchise immédiate et son esprit avide de dialogues et de connaissances. Une star, un modèle pour Jeunes naissait pensais-je . Hélas !

    Je lui dois une fière chandelle ; d’être devenu aujourd’hui prof de philo. Merci Monsieur !

    Salut JC KOUKH.

  19. Mokengeli

    Les hommes de la trempe de DIAWARA, IKOKO, MATOUMPA-MPOLO, FRANKLIN BOUKAKA… ont été exterminés par des malades de type SASSOU, NDENGUET, OKEMBA, OBARA, OBOA…des violents, incultes, incapables de réfléchir. Ils font partie des déchets de la civilisation bantoue. Le grand malheur pour notre Congo c’est que ces fous continuent de faire mal à tout un peuple.

    L’histoire commence à distinguer clairement le bon grain de l’ivraie de la maison Congo.

    GLOIRE IMMORTELLE A Ange DIAWARA ET SES COMPAGNONS !!!

  20. capali

    Les docteurs Mokodjimobé et Eboundit étaient nos petits au Lycée Savorgnan de Brazza en 1972. Ils ont ravitaillé le maquis de Diawara et Ikoko.Ils peuvent mieux nous parler de Diawara et son maquis. Ils sont encore vivants.

  21. F. MALONGA

    J’ai lu avec une attention toute particulière, l’article du colonel à le retraite Marcel Onanga. De deux choses l’une, soit le Colonel M. Onanga est un affabulateur, soit il est simplement habité d’une haine qui ne dit pas son nom, contre le président Sassou Nguesso.

    Très jeune à l’époque, j’avais 12 ans en 1973, j’ai été à l’époque témoin à la fois direct et indirects des évènements de manière particulièrement tendancieuses par le colonel Marcel Onanga. Jeunes pionniers de la révolution, comme on disait à l’époque. Nous vivions avec le mythe, les histoires de quelques héros révolutionnaires, comme le Che, mais aussi comme Ange Diawara.
    Nous suivions également avec beaucoup d’attention voire beaucoup de passion, ce qui se disait à la fois dans la rue et à la Voix de la Révolution Congolaise sur le légendaire Ange Diawara et le fameux maquis de Goma tsé tsé. Tout cela, avec le regard innocent d’un enfant, sans naturellement comprendre ni connaître à l’époque, les raisons politiques ayant conduit au mouvement du 22 février 1972.

    Comme beaucoup de Brazzavillois, j’ai eu le  » privilège  » de voir ce jour d’avril 1973, la dépouille de Ange Diawara.

    En effet, élève à l’école Saint Michel de Ouenzé, entendant une grande clameur publique, tous les élèves de Saint Michel que nous étions, sommes sortis en courant vers l’avenue de la Tsiémé ( juste au niveau de l’église Sainte Marie ) et là, nous avons vu venir un cortège de véhicules civils et militaires accompagné de nombreux badauds qui suivaient en courant le cortège.
    Dans ce cortège qui circulait à vitesse réduite, se trouvaient un camion militaire vert olive de marque Berliet à l’arrière duquel était on voyait très nettement ( car le camion était assez grand ), des dépouilles mortelles, dont celle de Ange Diawara tenue par des militaires, mis en position assise et la tête tenue bien droite pour être à la fois bien vu et reconnu par la population.
    Le corps de Ange Diawara ne portait au niveau du visage, de la poitrine et du ventre ( en tous cas les parties que nous voyions ), aucune blessure visible. Comme beaucoup de jeunes gens, nous avons accompagné en courant pendant longtemps le cortège.

    Je suis donc à la fois très étonné et stupéfait de lire dans son article, le colonel Marcel Onanga affirmer que Ange Diawara avait été achevé par Denis Sassou, d’une balle au cœur. Le cœur se situant sur la partie gauche de la cage thoracique, tout le monde aurait vu de manière indiscutable, la blessure causée par le prétendu coup de feu donné à partir d’un pistolet par Denis Sassou.

    Les images du corps de Ange Diawara existent sur internet ( il suffit d’aller sur Google, elles y sont toujours ). On voit clairement que Ange Diawara n’a aucune blessure au niveau de la cage thoracique. Je suis d’ailleurs assez surpris que personne n’ait relevé ce fait.
    Comme beaucoup de jeunes Congolais et particulièrement Brazzavillois de cette époque, nous étions admirateurs de Ange Diawara et par conséquent, très affectés par sa mort. Il va de soi qu’à l’époque le contexte politique révolutionnaire, ne pouvait permettre la moindre manifestation d’humeur.

    L’analyse politique, et l’honnêteté intellectuelle ne peuvent seules laisser réduire l’assassinat de Diawara, IKOKO et leurs compagnons par une simple querelle dont la principale cause serait Antoinette Tchibota. On ne peut pas non plus, donner plus de pouvoir à Denis Sassou en 1973 qu’il en avait réellement.

    Il me semble en réalité, le colonel Marcel Onanga, dans une gymnastique intellectuelle machevelienne, veuille occulter l’entière responsabilité du Président Marien Ngouabi, et faire passer le Président Sassou Nguesso pour seul responsable de l’assassinat de Ange Diawara.
    Je n’ai nullement l’intention ici, de jouer à l’avocat du Président Sassou Nguesso, je ne dis pas non plus que le lieutenant Sassou ( du fait de ses fonctions dans l’appareil sécuritaire et politique de l’époque ) n’avait aucune responsabilité . Cependant, je m’oppose à une manipulation éhontée certainement à des fins personnelles, de l’histoire de mon pays.

    Le Président Marien Ngouabi semblait à l’évidence être fier et heureux de l’assassinat de Diawara Ikoko et leurs compagnons.
    Je n’avais pas été au stade de la révolution à l’époque quand les dépouilles mortelles avaient été exhibées à la vue de la population, mais le discours prononcé ce jour là par le Président Marien Ngouabi est par la suite passé en boucle pendant des jours en rediffusion sur la  » Voix de la révolution Congolaise « .
    Je me souviens toujours de cette phrase du Président Marien Ngouabi disant je cite :  » DIAWARA ET IKOKO SONT LA, ILS SONT MORTS. VOILA, VOILA DES MACCHABEES COMME CA ! CES GENS LA ONT TRAHI LA REVOLUTION, ET MEME TRAHI LE PARTI. ILS SONT LA, MORTS ET BIEN MORTS. ILS ONT ETE ABATTUS COMME DES CHIENS « . Je me demande si le colonel Marcel Onanga n’avait pas entendu ce discours au ton jouissif du Président Marien Ngouabi.
    Par ailleurs, qui d’autre que le Président Marien Ngouabi, avait le pouvoir de permettre et d’organiser l’exhibition macabre des dépouilles mortelles de Diawara, Ikoko et leurs compagnons d’abord au stade de la révolution, puis à travers les principales artères de Brazzaville ?
    Pensez-vous sérieusement que le lieutenant Denis Sassou avait le pouvoir, ou pouvait organiser la procession macabre des corps de Diawara, Ikoko et leurs compagnons contre la volonté du Président Marien Ngouabi ?

    Autre grand mensonge du colonel Marcel Onanga qui démontre son manque de sérieux, il affirme que la version officielle dit que Ange Diawara avait été fusillé à l’état major. Je me demande de qui le colonel Onanga tient cette version dite officielle, ou encore, où a t-il pris connaissance de cette soit disant version officielle. Croit-il sérieusement le pouvoir de l’époque assez maladroit ou fou, pour déclarer officiellement à la communauté nationale et internationale, l’exécution d’opposants à l’état major ( par ailleurs, lieu de résidence officielle du Président Marien Ngouabi ) ?

    1. cgb

      @F.MALONGA JE SUIS D ACCORD JE CROIS QUE JE NE SUIS PAS UN PARTISAN DE SASSOU MAIS LUI FAIRE PORTER LA RESPONSABILITE DE LA MORT DE YA NGOLO ANGE DIAWARA COMME NOUS AIMIONS L APPELER AFFECTUEUSEMENT EST UNE DEFORMATION EHONTE DE L HISTOIRE.
      LE POUVOIR ETAIT CENTRALISE NGOUABI SEUL DECIDAIT . CA REVENAIT DE FAIRE UN COUP D ETAT SI TU AGISSAIT EN DEHORS DES DIRECTIVES DE NGOUABI. DE PLUS NGOAUBI ETAIT TRES HAINEUX . ANGE AVAIT TUE SAUVAGEMENT AU COUTEAU SI TU REGARDE BIEN LA PHOTO IL AVAIT UNE PLAIE BEANTE A L ABDOMEN QUI LE TRAVERSAIT DE PART EN PART ET DES PLAIES AUX NIVEAUX DES PLAIES DE COUDES PREUVE QUE ON LUI AVAIT COUPES LES TENDONS DES MUSCLES BICEPS D AILLEURS ON LE VOIT TRES BIEN SUR LES PHOTOS
      L ANALYSE MINITUEUSESMENT DE SES PHOTOS MONTRENT QUE ON LUI AVAIT FAIT SUBIR UN VERITABLE MARTYR AVANT DE L ACHEVER ….. NGOUABI N ETAIT QU UN BARBARE C EST UNE PHOTO QUI JUSQU AUJOURD HUI ME SECOUE QUAND JE REGARDE CAR J IMAGE QUE CES DERNIERS INSTANTS

  22. cgb

    YA NGOLO COMME IL ETAIT SURNOMME A BACONGO MAKELEKELE avait ete trahi par les français ( les fioux et autres) qui faisaient parti du fameux reseau moundele.
    ces soi disant communistes n etaient que des agents charges d infiltrer le maquis de Ange DIAWARA dit ya Ngolo pour le localiser et le suivre dans tous ces mouvements et connaitre ses contacts . ils surent que ANGE AVAIT LA PROTECTION ET LE SOUTIEN DE MOUBOUTOU.
    Evidemment ils travaillaient pour les interets de la france pas pour ceux des congolais ,. car faut se souvenir que LORSQUE ANGE DIAWARA FUT NOMMER MINISTRE DES EAUX ET FORETS IL NATIONALISA L INDUSTRIE DU BOIS QUI ETAIT TENU PAR LES FRANCAIS CE QUI PROVOQUA LEUR COLERE!!!!!! SI BIEN QUE QUAND LE MOUVEMENT DU M22 SURVINT LA FRANCE QUI AMBITIONNAIT D EXPLOITER LE PETROLE CONGOLAIS Y TROUVA UNE OCCASION FORMIDABLE DE FAIRE CHANTER NGOUABI. TU NOUS DONNES LE PETROLE ET TON POUVOIR SERA EN SECURITE CAR NOUS POUVONS TE LIVRER ANGE DIAWARA. CA ARRANGEA NGOUABI QUI AVAIT UNE PEUR TERRIBLE DE LE PERDRE .NGOUABI ACCEPTA DONC DE NEGOCIER AVEC LES FRANCAIS .
    IL LEUR DONNA LE PETROLE ET EUX LUI DONNERENT ANGE DIAWARA YA NGOLO . LE RESEAU MOUNDELE AVAIT APPORTE A ELF LE RENSEIGNEMENT QUI AVAIT PERMIS D ARRETTER ANGE.
    MOBOUTOU ETANT GRILLE LUI AUSSI DU FAIT DU RESEAU MOUNDELE , DE RETOUR D UN VOYAGE A L ETRANGER , DANS UN DISCOURS QU IL FIT SE DEMARQUA VITE DE SON PROTEGE ANGE DIAWARA EN RENIANT PUBLIQUEMENT ET REPROCHANT DES PROCHES D AVOIR HEBERGER DIAWARA AU ZAIRE
    L ERREUR DE ANGE C ETAIT AUSSI DE NE PAS AVOIR TENU COMPTE DES CIRCONSTANCES DE LA MORT DU CHE . EN EFFET IL EST CLAIREMENT ADMIS QUE LE CHE FUT TRAHI PAR LE PHILOSOPHE FRANCAIS REGISTE DEBRE QUI AVAIT ETE A SON MAQUIS. QUAND IL RENTRA DU MAQUIS IL FUT ARRETTER PAR L ARMEE BOLIVIENNE ET DONNA SEMBLE TOUS LES ELEMENTS QUI AVAIENT PERMIS LA CAPTURE DU CHE IL Y A UN FILM QUI PASSAIT SUR LA CHAINE O QUI RETRACE BIEN L HISTOIRE DE LA CAPTURE DU CHE.
    BREF VU LA CAPTURE DU CHE DANS DES CIRCONSTANCES PLUS QUE BIZARRE ANGE DIAWARA AURAIT DU SE MEFIER DES ETRANGERS VENUS REJOINDRE LE MAQUIS ET SUTRTOUT QUE IL AVAIT DEJA UN DIFFERENT AVEC LA FRANCE AVEC LA NATIONALISATION DU BOIS
    BREF ON NE REFAIT PAS L HISTOIRE MAIS EN L ABSENCE DE TOUT DOCUMENT PERMETTANT DE MIEUX COMPRENDRE CE PASSE NOUS EN SOMMES REDUIT A ELABORER DES THEORIES. N OUBLIEZ PAS QUE JUSTE APRES L ASSASSINAT DE ANGE DIAWARA YA NGOLO ET DE SES COMPAGNONS NGOUABI DECLARE UN DISCOURS QUE ON VENAIT DE DECOUVRIR DU PETROLE AU CONGO ET QUE CELUI ETAIT SCANDEULEUSEMENT RICHE IL JUBILAIT DE JOIE DE BONBHEUR.!!!!!! LES ARCHIVES SUR CES DISCOURS EXISTENT

  23. Extraterrestre

    Aujourd’hui on met tout sur le président SASSOU,je ne crois pas à cette version du colonel ONANGA. Le capitaine SASSOU tire sur Ange BIDIET DIAWARA devant témoin et le pouvoir de l’époque le laisse tranquille.
    Non c’est des mesures actives dans le but de ternir l’image du président SASSOU. Mes chers amis stop! le mensonge est trop visible,pour mettre tout sur la tête du président SASSOU.
    La mort de DIAWARA c’est passée en 1973 et c’est maintenant que le colonel ONANGA parle de tout çà.àprès 44ans. Vous voulez dire que le président Ngouabi ne dirigeait pas le Congo,et c’est le Capitaine Sassou qui était à la tête du pays?.
    Stop! stop!
    Cette génération a changé,ce n’est plus la génération de 1970, que les gens manipulaient comme ils voulaient.
    Nous voulons le président SASSOU qui nous construit le pays du nord au sud:les routes,les municipalisations….mal grès la conjoncture internationale difficile.

  24. Extraterrestre

    Racontez ce que vous voulez mais nous sommes avec le président SASSOU POINT.
    j’aime le président SASSOU.

    1. cgb

      ne nous laissons pas egarer le seul responsable de la mort de ANGE DIAWARA c est NGOUABI. SASSOU N ARIEN A VOIR CE N ETAIT PAS LUI LE PATRON. MEME YOMBI QUI ETAIT A COTE DE NGOUABI CE JOUR LA AU STADE DE LA REVOLUTION N Y A RIEN A VOIR. A L EPOQUE LE POUVOIR PRATIQUAIT LE CENTRALISME DEMOCRATIQUE SEUL LE CHEF DECIDAIT APRES QUE LA BASE LUI RAPPORTAIT UNE INFORMATION. ET AGIR EN DEHORS DU CHEF REVENAIT TOUT SIMPLEMENT A FAIRE UN COUP D ETAT.FAUT OUBLIER QUE LEUR MODELE DE FONCTIONNEMENT ETAIT CELUI DU PARTI COMMUNISTE RUSSE

  25. zulubassemba

    Moi mes chers amis je me pose la question de savoir.Qu’est que le peuple congolais a fait à la France?OBA Pièrre arrive en EuropeEurope avec un mandat d’arrêt international il s’échappe nous avons vu les militaires Francais à la case Degault à Bacongo tiré à bout portant en direction de Bacongo en 1987.Et encore l’ecrivain Alain Mabanckou va voir Le président Français pour lui faire état de la situation au Congo à la fin de sa visite Sassou met en Prison Mokoko et que Ni RFI ni le Gouvernement Francais ne dit rien aucun communiqué du Quai d’Orsay. Et maintenant tous les opposant se retrouvent en Prison aucune declaration cela me fait vraiment penser que La france a quand même des gros intérêts au Congo. Alors faites de tel sorte que nous puissons libérer notre Pays sans l’apport de qui que ce soit. Voilà ma pensé du jour.

  26. PATRICE NGOMA

    MES CHERS COMPATRIOMPATRIOTES

    CET ARTICLE SUR ANGE DIAWARA JETTE LA LUMIERE SUR LA MAIN ARMEE QUI A OTE LA VIE A ANGE DIAWARA.

    NEVEU DE MONSIEUR DAVID CHARLES GANAO ET AYANT VECU AVEC LUI A SA RESIDENCE DU CENTRE-VILLE, JE PUIS VOUS CERTIFIER QUE TOUT CE QUI EST ECRIT DANS CET ARTICLE EST VERIDIQUE. DENIS SASSOU AVAIT INSULTE DIAWARA. EN FAIT L’IL L’AAVAIT PROVOQUE, LUI DISANT ‘TU ME FAISAIS LA GUEULE AU SUJET D’ANTOINETTE TCHIBOTA, OU EN SOMMES-NOUS MAINTENANT ?

    DIAWARA ETAIT MENOTTE. MES COUSINS, FILS ET FILLES GANAO, PUIS MOI ALLIONS GUETTER. LORSQU’ON L’A TUE, ON NOUS A CHASSER; NOUS SOMMES REPARTIS JOUER LOIN VERS LE CEFRAD, EN FAIT C’ETAIT POUR QU;ON NE SACHE PAS CE QUI S’ETAIT PASSE.

    DONC QUI A TUE ANGE DIAWARA ? LA REPONSE EST TOUTE SIMPLE, C’EST DENIS SASSOU.
    QUI A MIS DENIS SASSOU A CE POSTE ?c’ETAIT LE PRESIDENT MARIEN NGOUABI. mARIEN NGOUABI QUI N’A PAS APPRECIE QUE ANGE DIAWARA AIT ETE TUE N’A PAS BLAME DENIS SASSOU.

    JE PEUX VOUS CONFIRMER QUE DENIS SASSOU EST DE PERE BIOLOGIQUE DAHOMEEN, ACTUELLEMENT LA REPUBLIQUE DU BENIN.

Laisser un commentaire