«

»

Juil 09 2017

Appel à la mobilisation citoyenne du 10 juillet 2017 contre la dictature et l’illettrisme au Congo-Brazzaville

 

Le Congo est un pays et non une épicerie familiale

Les élections législatives et locales au Congo-Brazzaville nous montrent l’étendue de la déliquescence de la jeunesse et des acteurs politiques. Même la famille biologique du tyran n’est pas en reste.

Les signaux faibles amènent toujours à déceler l’ampleur des dégâts. A l’heure de la révolution numérique, bon nombre de candidats surtout estampillés PCT n’arrivent pas à écrire correctement en français sur les banderoles ou les affiches électorales. Ceux qui ne veulent pas prendre des risques écrivent dans leur patois. Ainsi va le Congo de la rupture avec la langue de Molière. Le silence gêné ou coupable d’Alain Mabanckou, d’Henri Lopes, d’Emmanuel Dongala et bien d’autres écrivains et hommes de lettres congolais nous laisse pantois face à ce florilège de sottises. L’intellectuel encore mieux qu’un écrivain est la conscience du monde. De grâce ne laissez pas tomber notre pays qui nous a tous tant donné.

Après la dépravation des mœurs, le despote d’Oyo a réussi le tour de force d’attirer vers le bas toute une nation, du moins ce qu’il en reste avant sa transformation en monarchie. Alors comment sortir de cette impasse sinon que par le changement de pouvoir que nous appelons tous de nos vœux. A l’heure des réseaux sociaux, le Congo apparaît comme un pays de plus en plus arriéré au grand désespoir de nos hommes de lettres, de nos intellectuels, de nos élites qui jadis ont fait la fierté de ce pays. La nature ayant horreur du vide, les médiocres ont pris la place. Ceci est à méditer pour l’avenir car vaut mieux un bout de pain chez soi qu’un gâteau à l’étranger.

L’heure est grave et plus personne ne pourra dire qu’il n’était pas au courant. Allons-nous nous complaire dans ce ridicule que nous impose le clan de Mpila ou changer les choses ? Cela ne tient qu’à nous. Quand on veut assassiner tout un peuple soit on l’assujetti soit on le prive d’éducation. C’est ce qui se passe actuellement au Congo.

Le 10 juillet 2017 à 13 heures au rond point de Moungali, nous avons rendez-vous avec l’histoire, notre histoire qu’il conviendra d’écrire avec un grand H. Ne pas se relever, ne pas relever la tête fera de nous des lâches et des poltrons. Ce pouvoir vit ses dernières heures. Ce fruit est pourri et il doit tomber de notre arbre CONGO.

Nous encourageons, nous incitons nos compatriotes à sortir de la torpeur ce 10 juillet 2017 avec un mouchoir blanc à la main, signe de notre non violence. Nous ne revendiquons que nos libertés fondamentales et notre droit à vivre dans un pays apaisé et digne. Il est temps de signifier à ces sanguinaires que le Congo est un bien commun que nul ne peut s’accaparer et gérer comme une épicerie familiale. OUI, nous n’avons pas peur !

Peuple congolais lève toi car ton pays va à la dérive et il est en danger de balkanisation. Il n’y a que toi qui peux changer le cours des choses, personne d’autres ne le fera à ta place. Nous avons déjà raté une occasion de les mettre dehors, mais cette fois ci, nous croyons que le moment du réveil, du sursaut national est arrivé. La plaisanterie a assez duré.

Tous les éléments constitutifs d’une crise sont présents. L’élément déclencheur de l’insurrection nationale est toi peuple congolais qui croupit dans la misère pendant que d’autres s’empiffrent au point d’avoir une obésité morbide. Plus rien ne doit nous détourner de nos revendications légitimes à vivre dans un pays épris de paix, de tolérance et de respect mutuel, avec l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Il ne peut y avoir de développement économique sans justice sociale. Sourd à nos doléances, l’heure de la révolte a sonné. La rue doit reprendre le pouvoir. Il est des moments où se taire devient une non assistance à personne en danger donc criminel.

Au lieu d’aller quémander de l’argent au PNUD, encore une humiliation nationale et la dernière, le braqueur des urnes n’a qu’à arrêter sa sale guerre dans le Pool et sa mascarade d’élections. Le peuple congolais a besoin d’autres choses que ce cinéma qui ne consiste qu’à faire plaisir à nos grands électeurs qui désignent et soutiennent les dictateurs africains. Nous savons tous que le dessein caché est la préparation de la succession du fils qui n’a comme mérite que d’être la progéniture de notre potentat. Nous ne voulons pas du père, nous n’accepterons jamais le fils. Que cela soit dit et entendu. Le jeu est terminé. Le tsunami de ce 10 juillet 2017 va balayer cette dictature afin de laisser la place à ceux qui aiment ce pays le diriger en toute transparence.

L’heure de sécher nos larmes est arrivée. La lueur pointe à l’horizon. « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé » dixit Margaret Mead.

Le peuple congolais a décidé de prendre son destin en main pour mettre fin à cette république bananière que le Congo est devenu depuis que règne à sa tête le monarque de l’Alima. Il a osé nous défier mais qu’il sache que seul le peuple est souverain dans une démocratie.

Friedrich Nietzsche écrivait : « Ce qui soulève l’indignation face à la souffrance n’est pas la souffrance elle-même, mais son absurdité ».

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

 

(17 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    Chers Compatriotes,
    Vaillant peuple Congolais,

    Après plus trois décennies de règne sans partage, le dictateur Denis SASSOU NGUESSO et son clan ont ruiné notre pays beau pays, le Congo-Brazzaville. Les dégâts causés par ce régime sont innombrables, tant sur le plan matériel avec la destruction systématique des entreprises et des infrastructures, que sur le plan culturel, moral, éducatif, etc. Nos populations sont dans une pauvreté extrême. Le dictateur a sacrifié toute des générations entières et notamment celles des années 80 jusqu’ à nos jours.

    A titre d’illustration, le taux de scolarisation qui avoisinait les 100% dans les années 80, est tombé à moins de 50% aujourd’hui. Or, l’édification d’une société solide et prospère ne peut se faire sans une jeunesse éduquée et instruite. L’avenir du Congo est donc menacé.

    Nous devons libérer notre pays qui est sous occupation des Nguesso. A cette fin, les congolais de l’intérieur comme de l’extérieur doivent agir en synergie sur tous les fronts.
    Pour nous congolais de l’extérieur, le combat se déroule à l’échelle individuelle et collective. Nous avons notamment des individus engagés qui ne ménagent aucun effort pour combattre cette dictature sauvage.

    A l’échelle collective, nous sommes regroupés en associations ou collectifs car l’union fait la force. En dépit de notre éloignement géographique, nous n’avons pas oublié nos compatriotes restés au pays.

    Pour nous, il s’agit de récupérer notre pays aux mains des forces de l’occupation du territoire national. Et dans un deuxième temps, nous participerons avec vous, compatriotes de l’intérieur, à la reconstruction du pays, et faire du Congo, un pays de la méritocratie et de la dignité humaine.

    Par ailleurs, nous, résistants extérieurs à la dictature, avons constaté des attitudes ambigües chez certains de nos compatriotes restés au Congo.

    En effet, ces derniers s’étonnent de notre enthousiasme dans ce combat. En particulier, certains se demandent si nous sommes rémunérés pour nos activités contre cette dictature.

    C’est un comportement qui nous a profondément bouleversé. D’autres individus du même genre nous disent qu’ils ne sont pas intéressés pour parler de cette situation catastrophique du pays.

    Ces individus en majorité des intellectuels, diplômés Baccalauréat +3, +5, + 8, nous disent que parler du drame congolais, c’est faire de la politique. Nous disons qu’ils ont tort. Pour nous, il ne peut être question de rémunération, et par qui d’ailleurs ?

    Comment peuvent-ils évoquer de telles idées attardées alors qu’ils sont les premières victimes de ce système mafieux et criminogène de Sassou et des Nguesso.

    Cette attitude démissionnaire est d’autant plus paradoxale que ces individus, n’ont ni eau potable, ni électricité. Ils ne mangent pas à leur faim. Ils n’ont pas d’hôpitaux pour se faire soigner, ni d’écoles pour leurs enfants. Ils s’accrochent à leur travail, ne prennent jamais de congés annuels. Étant au travail 7 jours sur 7, ils se livrent au « système D ou même à toute sorte de trafics illégaux et immoraux » pour joindre les deux bouts. Ils sont bien conscients qu’ils n’auront jamais de pension de retraite avec le système instauré par le tyran Sassou Nguesso.

    Comment ces intellectuels sont-ils tombés aussi bas ? Ce comportement démissionnaire est inacceptable de notre point de vue. Nous devons vaincre la peur si nous voulons récupérer notre pays, le Congo-Brazzaville, aux mains des mauvais, trop mauvais pour être utiles au sens même de l’intérêt général.

    Pourquoi, vous, qui êtes les premières victimes de cette tyrannie sauvage de Sassou Nguesso, voulez-vous baisser les bras ? Nos efforts seront vains si vous qui êtes sur place au Congo, adoptiez une telle attitude démissionnaire et irresponsable ?

    Nous, Résistants Extérieurs à la dictature, ne faisons que notre devoir : « un Africain ne doit jamais oublier d’où il vient », dixit un adage.

    Chers compatriotes, Vaillant peuple congolais, l’heure de la prise de conscience de notre condition humaine est arrivée. Nous devons passer aux actions concrètes pour déloger le tyran. L’insurrection civile et militaire est la seule voie qui nous permettra de retrouver notre dignité. Le Congo n’est pas la propriété des Nguesso.

    N’allez pas voter aux élections législatives qui s’approchent à l’horizon. Elles n’ont aucune légitimité.
    Chers compatriotes, réveillez-vous avant que nous ne devenions des apatrides.

    Fait le 8 juillet, 2017
    Le Collectif des Résistants Extérieurs à la Dictature du Congo-Brazzaville

    GRAND ANGLE DE PRISE DE CONSCIENCE CONGOLAISE : APPEL DU 8 JUILLET 2017 : http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/07/grand-angle-de-prise-de-conscience-congolaise-appel-du-8-juillet-2017.html

  2. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    ❤ ❤ ❤ Le stade d’humanité commence par le respect de l’intégrité physique, de la dignité et de l’autonomie de la personne humaine –Et tout en cherchant à faire ressortir et à analyser le contenu social, moral et philosophique du caractère sacré de la vie humaine ❤ ❤ ❤
    ❤ ❤❤ On ne peut par ailleurs parler de stade supérieur d’humanité que pour un être qui s’est affranchi de la sauvagerie, de la barbarie et des barrières de la raison et de la conscience – c’est à dire en cours et ou en devenir d’être civilisé ❤ ❤ ❤

    AUX FRONTIÈRES DE L’HUMANITÉ: LE DICTATUEUR SASSOU NGUESSO A-T-IL UNE ÂME ET UNE CONSCIENCE? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/07/aux-frontieres-de-l-humanite-le-dictatueur-sassou-nguesso-a-t-il-une-ame-et-une-conscience.html

  3. Ngoma

    Moi Ngoma je serai parmi vous pour vous surveiller. Si vous faites votre défilé sans provocation ni vandalisme, alors rassurez vous, tout se passera bien, dans le cas contraire, je signalerai à la force de l’ordre de faire son travail. Abou ! Piaha !

  4. Mokengeli

    Comment un hotel situé dans une ville comme Dolisie (plus de 100.000 ha) peut-il mettre la clé sous le paillasson? C’est le paroxysme de la mauvaise gestion !
    Décidément, il y a des gens à qui il ne faut jamais confier une affaire. Une question me taraude : pourquoi avoir confié la gestion du Grand hotel de Dolisie à une NGUESSO : parce que c’est la fille du président ?
    Boulimie du pouvoir, quand tu nous tient !!!

  5. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    AUX FRONTIÈRES DE L’HUMANITÉ: POURQUOI AU XXIE SIÈCLE LA FRANCE S’ACHARNE T-ELLE A ENTRETENIR ENCORE « LE CODE NOIR » AU CONGO BRAZZAVILLE? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/07/aux-frontieres-de-l-humanite-pourquoi-au-xxie-siecle-la-france-s-acharne-t-elle-a-entretenir-encore-le-code-noir-au-congo-brazzavill

  6. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    CONGO BRAZZAVILLE: LA LISTE COMPLÈTE DE 65 TRIBUS REPARTIES EN 9 GROUPES ETHNIQUES MAJEURS. https://www.youtube.com/watch?v=-PSB_LInkGY

  7. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    LE 10 JUILLET 2017 A BRAZZAVILLE : LE PEUPLE A PERDU LA BATAILLE MAIS PAS LA GUERRE CONTRE LE DICTATEUR SASSOU.
    Déploiement de mercenaires étrangers et miliciens mbochis exceptionnel à Brazzaville pour empêcher totalement le rassemblement du peuple contre l’ogre dictateur Sassou Nguesso, ce fut le 10 juillet 2017.

    Qu’il y ai mille personnes ou zéro au rond point de moungali, cet événement est d’ores et déjà un succès, car il aura fait trembler le régime tyrannique de Brazzaville qui, aujourd’hui n’a d’autres voies de recours que la brutalité de ses méthodes.

    Bravo à tous.

    Ce rassemblement n’est que le premier épisode d’une saga patriotique qui, nous l’espérons finira par faire vaciller ce pouvoir. »

    Marcus Kissa
    #VotonsleBoycott
    #MobilisonsNous http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/07/le-10-juillet-2017-a-brazzaville-le-peuple-a-perdu-la-bataille-mais-pas-la-guerre-contre-le-dictateur-sassou.html

  8. LE CONGO DEBOUT

    Cette manifestation a été une véritable réussite, pour deux raisons:
    La présence de la milice armée avec les armes lourdes, témoigne a suffisance que le pouvoir du criminel sassou est un pour criminel et totalement militaire (maintenu par les armes et LA France QUI LE SOCLE DE CE POUVOIR SE TROUPE ELLE-MÊME EN MALE, EN PARLANT DE DÉMOCRATIE AU CONGO BRAZZAVILLE. Deux la peur du pouvoir envers le peuple qu’il méprise martyrise.
    NOUS NE LÂCHERONS PAS, SA NE FONCTIONNE PAS AUJOURD’HUI ON REVIENT DEMAIN. JE DEMANDE A MAMAN MUNARI D’ANNONCER LA NOUVELLES DATE DE LA MANIFESTATION LE JOUR DE CETTE ÉLECTION DE NOMINATION DES DÉPUTÉS. ET NOUS VERRONS SEUL LA MILICE DANS LES RUES.

    1. makab

      Mais arrêtez de raconter n’importe quoi. Il n ‘y a pas eu de manifestations pas à cause de la présence des policiers qui se devaient d’être présent pour assurer la sécurité. La manif n’a pas eu lieu car les manifestants n’étaient pas au rendez-vous. même les leaders n’étaient pas présents. Comme quoi tout le monde n’a pas la capacité de mobiliser.

  9. LE CONGO DEBOUT

    NOUS NE LÂCHERONS PAS, SA NE FONCTIONNE PAS AUJOURD’HUI ON REVIENT DEMAIN. JE DEMANDE A MAMAN MUNARI D’ANNONCER LA NOUVELLES DATE DE LA MANIFESTATION LE JOUR DE CETTE ÉLECTION DE NOMINATION DES DÉPUTÉS. ET NOUS VERRONS SEUL LA MILICE DANS LES RUES.

  10. Kassava de Tsibakala

    Chers compatriotes,

    Durant toute la journée je n’ai pas eu des informations sur le ce qui s’est passé réellement au rond-point de Moungali en cette date du 10 Juillet 2017.

    Cependant je lance un appel à l’endroit de tout Brazzavaillois qui aurait filmé ou bien photographié le dispositif militaire déployé sur le terrain par la dictature au pouvoir, de mettre ces images en ligne.

    Faites en une large diffusion !

    Vive le Congo

    1. makab

      Il n’y a rien eu car les manifestants n’étaient pas au rendez-vous. Il y avait de Bj de policiers mais c’est tout a fai normal que lors de ces rassemblements qu’il y ait des forces de l’ordre pour éviter des débordements. Les leaders de l’idc frocad se sont terrés chez eux quand ils ont su que y’ avait personne.

  11. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    CONGO BRAZZAVILLE: LA LISTE COMPLÈTE DE 65 TRIBUS REPARTIES EN 9 GROUPES ETHNIQUES MAJEURS. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/07/congo-brazzaville-la-liste-complete-de-65-tribus-reparties-en-9-groupes-ethniques-majeurs.html

  12. ON NE RÈGLE PAS LES PROBLÈMES AVEC CEUX QUI LES ONT CRÉES.

    CLAUDINE MUNARI JOUE T-ELLE AUSSI LE JEU DE PARFAIT KOLELAS ET DE TSATY MABIALA? https://www.youtube.com/watch?v=OIzfljwe6Ds&feature=youtu.be

  13. makab

    J’ai mal pour mon Congo. A force de baigner dans l’illégalité, les Congolais ne savent plus faire la différence entre ce qui est légal et ce qui ne l’est pas. la présence des forces de l’ordre c’est à dire policiers est nécessaire pour assurer la sécurité. Même dans les pays démocratiques c’est comme ça que ça se passe donc arrêtez de mettre l’échec de cette manifestation su le dos de la présence des policiers. La vraie raison est que les Congolais n’ont pas répondu à l’appel de l’idc frocad. n’y avait personne sur le lieu du rassemblement pas même les leaders qui ont lancé l’appel. le 27 septembre 2015 les policiers étaient bien présent et le meeting avait bien eu lieu.

  14. "nous avons montre a l'opposition que nous avons des dents" dixit pascal lissouba president de la republique en decembre 1993 a casablanca

    le grand hotel de dolise n’a pas mis les cles sous le pallaisson.il sera rachete par une chaine hoteliere internationale.le radisson ou le groupe azalai. pour la question des fautes en grammaire francaise bon oui l’ecole congolaise a bcp baisse depuis les annees 90.de 1980 a 1990 le congo avait deja atteint ses omd en matiere de scolarisation universelle.on etait a 100%.sur ce plan nous disons bravo a denis sassou ng.en 1992 p lissouba accede a la tete de l’etat congolais en depit du rejet de son election par b kolelas .le munukutuba monte en force les laris se recroquevillent dans leur langues, refusent de parler le munukutuba, guerre civiles …retour de denis sassou ng et forte montee du lingala.destruction de l’ecole congolaise.la faute a qui? a p lissouba.

    aujourdhui le congo a ete depasse par la namibie la lybie et le gabon.p lissouba n’etait pas le bon candidat pour le developpement du congo.aujourdhui nous sommes a 92%.source unesco. mais les congolais ne lisent plus.

    https://www.unicef.org/french/infobycountry/congo_statistics.html

    mr j c gakosso ministre des affaires etrangeres dans sa lettre de rappel envoye partout dans le monde avait ecrit A CETTE EFFET…oubliant que « cet » est un adjectif demonstratif qui s’accorde en genre et nombre…mme munari idem guy b p kolelas idem il y a toujours des fautes …bref toutes les correspondances emises de brazzaville.meme tsaty mabiala.il n y a que des fautes.

    mr gakosso on dit un effet donc il fallait ecrire A CET EFFET

    pour le cfco s’ils ne sont pas remuneres la faute est bien au pool.c’est un chemin de fer qui relie les deux grandes villes congolaises a savoir brazzaville et pointe noire avec des prolongements sur ouesso impfondo et bangui. quand le chemin de fer est sectionne par les maccabees du pool plus de cycle d’exploitation donc plus de recettes d’exploitations plus de chiffre daffaires plus donc plus de valeur ajoutee donc plus de SALAIRES. c’est un principe comptable soit les SIGS. au sujet du cfco la faute est bel et bien au ninjas du mcddi.y a t il des comptables dans le pool?

  15. LE CONGO DEBOUT

    Nous venons ici apporter nos arguments, nous avons nos différences ceci tout a fait normal. Mais il les points sur les quels devrons nous accorder si voulons construire e vivre ensemble.
    Prenons le ou Ntoumi est le problème tel que sassou veut convincre tout le monde. Alors que fait sassou au pouvoir après 32 ans sans partage du pouvoir, de toute évidence nous sommes dans une dictature, et pourquoi organiser les élections alors que tout connu d’avance et nous sommes dans monarchie. Après 32 ans que cet imbécile soit bon ou pas sassoufit. Nous voulons du sang nouveau et celui qui viendra après deux mandats. Quelqu’un d’autre prend le Relay. ET il n’aura plus des milices qui vont bombarder d’autre partie du même pays avec les armes achetées, avec l’argent de toute la nation congolaise alors qui a raison?
    SASSOU EST LE PROBLÈME DU CONGO, LES HABITANTS DES AUTRES RÉGIONS PARTICULIÈREMENT CEUX DU NORD PENSENT QUE CEUX QUI SONT ENTRAIN DE MOURIR AU POOL NE FONT PAS PARTI DU CONGO, ALORS QUE SE SONT NOS SŒURS QUE LES TCHADIENS LES BURUNDAIS LE RWANDAIS VIOLENT ET TUENT, SE SONT NOS BÉBÉS NOS MAMANS QUE LES HÉLICOPTÈRES ACHETÉS AVEC L’ARGENT DU CONGO BOMBARDENT. DANS QUEL MONDE SOMMES-NOUS?

Laisser un commentaire