«

»

Fév 19 2017

Mort du colonel Ntsourou: l’opposition réclame une enquête internationale

claudine-munari-0

Toujours beaucoup d’interrogations après la mort du colonel Marcel Ntsourou au Congo. L’ancien numéro deux des services de renseignements qui purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité pour, notamment, « rébellion, détention illégale d’armes de guerre », est mort vendredi 17 février à l’hôpital central des armées de Brazzaville. L’avocat de Marcel Ntsourou ainsi que l’opposition réclament une enquête internationale.

Le mystère demeure autour de la mort du colonel Ntsourou. Selon un communiqué de l’hôpital militaire de Brazzaville où il a été admis en urgence, l’ancien numéro deux des services de renseignements congolais est décédé après avoir été victime d’un malaise dans sa cellule alors qu’il avait 60 ans.

Le procureur de la République de Brazzaville, André Ngakala Oko, a annoncé avoir ordonné à la police judiciaire d’ouvrir une enquête. Maître Amédée Nganga, un de ses avocats demande plutôt une enquête internationale avec une autopsie.

« Il y a pratiquement 72h, j’ai eu de ses nouvelles et il ne m’a pas dit qu’il avait des inquiétudes. S’il avait des problèmes de santé, ça aurait pu être simplement des problèmes de tension, mais il avait des médicaments pour ça, a expliqué au micro de RFI Maître Nganga. Maintenant, il serait judicieux qu’on puisse mettre en place une commission d’enquête indépendante pour savoir réellement ce qu’il s’est passé. Mais quoiqu’il en soit, l’innocence d’un homme, la dignité d’un homme a été bafouée par une justice qui n’en est pas une. Dans tous les cas, quelles que soient les raisons qui aient pu conduire au décès de ce monsieur, il n’en demeure pas moins vrai que le chef de l’Etat assume toute la responsabilité du décès, à cause de ce long séjour arbitraire en prison ! Car rien ne caractérisait les infractions qu’on lui reprochait, puisqu’il n’en était même pas, ni de près ni de loin, l’auteur. »

Enquête internationale et autopsie

Au Congo-Brazzaville, la nouvelle de la mort du colonel Ntsourou a suscité de nombreux commentaires. Claudine Munari, présidente de la Fédération d’opposition IDC-FROCAD-CJ3M, la juge « triste et inquiétante ». Elle estime que l’Etat a failli à sa mission de protéger un citoyen et réclame, elle aussi, une enquête internationale sur les circonstances du décès de l’officier.

« Cette nouvelle, elle est triste pour nous, mais elle est inquiétante aussi. Parce qu’aujourd’hui c’est Ntsourou, demain à qui le tour ? Ntsourou n’était pas un prisonnier politique au sens où nous le sommes, les militants de la Fédération, mais c’est un citoyen Congolais, l’Etat doit respecter les droits des uns et des autres, a affirmé Claudine Munari. Je ne veux pas faire le procès d’Ntsourou, juger Ntsourou, mais je dis seulement [que] l’Etat faillit à son devoir de protection des citoyens. Ntsourou était sous leur responsabilité. On nous dit qu’il a fait un arrêt cardiaque. Mais sur quelle base ? Est-ce qu’on a fait une autopsie ? [Dans] ce pays, on arrête les gens, ils sont à la maison d’arrêt, ils meurent, on ne fait pas d’autopsie, on nous donne des raisons comme ça leur vient. Ce n’est pas comme ça, l’Etat de droit. On va réclamer une enquête internationale parce que si elle n’est que nationale, franchement, la messe est dite »

Une enquête internationale « superflue » pour le gouvernement

Le porte-parole du gouvernement congolais a réagi à la demande d’enquête indépendante formulée par les avocats du colonel Ntsourou et l’opposition. Thierry Moungala, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, dit comprendre l’émotion de la famille à laquelle il présente ses condoléances mais appelle à garder « raison et sérénité ». Il promet que les résultats de l’enquête seront rendus publics et ne voit donc pas l’intérêt d’une enquête parallèle.

« D’abord, je ne comprends pas la notion de « commission d’enquête indépendante », c’est une notion qui m’échappe sur le plan juridique, explique-t-il. Deuxièmement, je crois que tout le monde a suivi le communiqué du procureur de la République, qui a annoncé qu’il diligentait une enquête à travers la police judiciaire. Parce qu’effectivement il y a eu mort d’homme, que cette mort d’homme se passe dans des conditions brusques qui semblent être, à ce stade des investigations, un arrêt cardio-respiratoire, c’est-à-dire un évènement brusque et imprévisible. Donc il est logique que le procureur engage une procédure. Alors, toute autre procédure serait à la fois superfétatoire et superflue, puisque je ne vois pas ce qu’une commission dite indépendante pourrait apporter de plus que les investigations de la justice congolaise. »

Sur la demande d’autopsie, le ministre Moungala ne se prononce pas, seul le procureur peut décider, précise-t-il. Le porte-parole du gouvernement assure que la veuve du colonel Ntsourou qui est en France et qui a annoncé sa venue à Brazzaville aura, conformément aux traditions, accès à la dépouille de son époux. « Ce sont des choses qui ne posent strictement aucun problème, bien entendu », a assuré le ministre.

 

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Mokengeli

    Ceci s’adresse à Thierry blondin MOUNGALLA,

    Tu sais blondin, que tu sois le vuvuzéla de service, nous le savons tous. Mais à ton tour, tu dois savoir que le jour où le cadavre de ton maître sera pendu par les pieds comme à son temps, MUSSOLINI, tu figureras parmi les compagnons de SASSOU-NGUESSO qui partageront le même sort que lui; et ta femme, sera autorisée de s’approcher au pied de la potence pour mieux te pleurer. Quant à ton corps, il ne lui sera pas rendu car il sera donné à tous ceux qui pratiquent le fétichisme avec des morceaux d’albinos. C’est une PROMESSE.

  2. Mokengeli

    Et j’ajoute : les pièces de ton corps ne seront pas vendus. Cela ne vaudra pas la peine; Ils seront plutôt donnés gracieusement pour la plus grande joie des féticheurs spécialisés dans le corps d’albinos.

  3. NATTA

    Quand on sert une barbarie, on est quelque part psychologiquement très mal.

    Observez attentivement tous les valets du tyran. Ils ne sont pas guidés par la raison , mais par un profond désir de servir un homme, un maître. Ntsourou fut un fidèle et zélé serviteur de Sassou, l’anti démocratie. Il s’est rétracté trop tard et très mal. Il eût été inspiré de rejoindre l’Opposition.

    L’unique culture du putschiste et despote de Mpila, c’est la violence nourrie par la fraude et corruption. Que vaut la mauvaise foi d’ un imbécile heureux de la tronche de Moungalla? Une enquête parallèle, indépendante du pouvoir, est plus crédible. Celle que ferait des fraudeurs confirmés et récidivistes ne peut être que faussée !

    On saisit bien combien le ministre veut sauver la charogne qu’il sert. Il sait se complaire dans la délicieuse corruption comme beaucoup des cadres-serfs de Sassou et clan.

    Le peuple saura quoi en faire !

  4. AFFAIRES CRIMINELLES

    NUISANCES OLFACTIVES: POURQUOI L’AMBASSADEUR ET LE PERSONNEL DE L’AMBASSADE DE FRANCE AU CONGO BRAZZAVILLE PUENT? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/nuisances-olfactives-pourquoi-l-ambassadeur-et-le-personnel-de-l-ambassade-de-france-au-congo-brazzaville-puent.html

  5. Extraterrestre

    Tsourou un cas d’école.je dis le président SASSOU n’a rien avoir dans la mort de TSOUROU.Et le procureur a dit qu’il va diligenter le processus.alors j’ai appris Monsieur TSOUROU FESAIT UNE DISCRIMINATION entre les teke et les kongo dans le pool.
    Tsourou;nous te pleurons pas.car tu as brûlé vif les gens à KINDAMBA.PENDANT LE CONFLIT DU POOL.

  6. REGARDE LE CONGO TON PAYS

    Ntsourou est mort, c’est malheur qui frappe le Congo Brazzaville.
    Mais soyons sincère
    Le criminel sassou n’est qu’un nom simple derrière lui toute une force :
    La France pour le pillage du Congo
    Les USA pour maintenir Kabila en RDC
    Ntsourou fut numéro 2 du system sassou
    Mokoko fut attaché militaire de la présidence de sassou
    Disons que ces personnages sont responsables de la malédiction congolaise, leur égoïsme, logique du pouvoir au nord et le tribalisme, place le Congo dans une misère profonde.
    On ne peut pas lutter politiquement contre le criminel sassou avec tout son support
    NTSOUROU OU MOKOKO DEVRAIT ABATTRE SASSOU IL Y A LONGTEMPS DE CELA, NOUS NE SERONS PAS LA OU NOUS SOMMES AUJOURD’HUI.
    QUI EST LA GARDE DE CE TERRORISTE MAINTENANT ? LA LÉGION ÉTRANGÈRE FRANÇAISE

  7. K

    une enquête internationale est impératif.
    Ibata, est un faux médecin et faux Général. Il parle d’un arrêt cardio-ventilatoire. Il ignore personnellement ce que cela signifie.
    « Un arrêt cardio-ventilatoire, ou arrêt cardio-respiratoire (ACR), est l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. On parle aussi parfois simplement d’arrêt circulatoire ou d’arrêt cardiaque.L’arrêt cardio-circulatoire ne signifie pas nécessairement la mort de la victime : en cas de constatation d’un arrêt cardio-circulatoire, il faut immédiatement prévenir les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire en attendant les secours. »/fr.wikipedia.org.
    Au-delà de la mort de la personne de Marcel Nstourou, se pose une question lancinante à laquelle nous ne devons sous aucun prétexte nous dérober, il y va de notre survie : Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître.(la voix du Peuple)

  8. K

    une enquête internationale est impérative-
    Ibata, est un faux médecin et faux Général. Il parle d’un arrêt cardio-ventilatoire. Il ignore personnellement ce que cela signifie.
    « Un arrêt cardio-ventilatoire, ou arrêt cardio-respiratoire (ACR), est l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. On parle aussi parfois simplement d’arrêt circulatoire ou d’arrêt cardiaque.L’arrêt cardio-circulatoire ne signifie pas nécessairement la mort de la victime : en cas de constatation d’un arrêt cardio-circulatoire, il faut immédiatement prévenir les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire en attendant les secours. »/fr.wikipedia.org.
    Au-delà de la mort de la personne de Marcel Nstourou, se pose une question lancinante à laquelle nous ne devons sous aucun prétexte nous dérober, il y va de notre survie : Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître.(la voix du Peuple)

  9. le mikiliste revolté

    VOILA ce qui devait arrivée arriva.LE FOU DINGGUE DE SASSOU MASSOKO SOLO a encore frappé comme d’habitude.CE FILS DE MERDE commence franchement à nous fatiguer et je puis dire qu’il est celui qui a empoisonné le colonel Marcel Ntsourou. Mon âme est meurtri et je dis bien et je dis bien nous aurons la peau de sassou takou et ses acolytes comme le nègre de ndenguet et le pygmée oko ngakala.

  10. Extraterrestre

    Restez calme ce pouvoir nous allons le conserver pour très longtemps.des générations en générations.le président SASSOU reste président à vie.c’est maintenant que vous devrez intégrer les rangs.
    Nous connaissons vos gesticulations,masturbez vous,le pouvoir restera et vous passerez…
    j’aime le président SASSOU

Laisser un commentaire