«

»

Fév 19 2017

Le coup fomenté contre le Colonel Ntsourou par le Général Pascal Ibata et son épouse Margot

topsecret

Le coup fomenté contre le Colonel Marcel Ntsourou par le Général Pascal Ibata, Médécin-chef, Directeur Général de l’hôpital Militaire Pierre Mobengo de Brazzaville et son épouse Margot.

Cet article en forme de lettre ouverte va indubitablement surprendre beaucoup de brazzavillois, parmi lesquels les militaires congolais. Les faits qu’il relate ont commencé à avoir lieu dans les deux mois qui ont suivi l’interview accordée par le Colonel Marcel Ntsourou à RFI (Radio France Internationale) le 29 Septembre 2013. Ils sont d’une vérité sans fissure.

Pour ceux qui s’en douteront, je leur demanderais de poser la question à un Colonel auquel je fais expressément allusion dans ledit article. Il avait été envoyé par le pouvoir pour négocier avec le Colonel Marcel Ntsourou la visite à ce dernier par le chef des services de renseignement peu après sa sa remise en liberté avec sursis. J’y étais présent et évidemment et ledit colonel mbossi ne savait pas que je le connaissais on ne peut. D’ailleurs, le fait de le connaitre m’a facilité le contact avec le maître des lieux que j’étais venu supplier de m’accorder une interview pour notre chaîne de télévision.

Je suis né à Moungali, Brazzaville, d’un papa Mbossi de Boundji et d’une maman de la RDC.  Après le décès de mon papa, ma mère a de nouveau été épousée par un homme originaire de Ngô.

 J’ai passé ma tendre enfance au Camp du 15 Août 1960, anciennement appelé Camp Tchad où j’ai côtoyé tous ceux qui furent au pouvoir au temps du CMP (Comite Militaire du Parti). Je connais Monsieur Denis Sassou depuis qu’il était un sous-officier. J’ai joué avec ses filles Edith, Joujou, Elena, Ninelle, etc.  J’ai étudié avec Edith au CEG de la Fraternité où l’on organisait la Foire de Brazzaville. Tous ces détails c’est pour dire que je sais ce que j’écris.

Je suis un Ancien Enfant de Troupe (AET). Je réside actuellement à Johannesbourg où je gère une chaîne de télévision câblée privée sud-africaine qui a pignon sur rue dans le monde depuis que j’ai pris ma retraite anticipée, suite à la guerre qu’a connue le Congo en 1997, laquelle a ramené au pouvoir le Général Denis Sassou Nguesso.

En tant que patron de presse, l’on est toujours à l’affût des nouvelles croustillantes et c’est dans ce contexte que nous nous intéressâmes à l’épopée du Colonel Marcel Ntsourou qui secouait la République du Congo, laissant le peureux Général Denis Sassou Nguesso sans sommeil  ou s’il dormait, c’était d’un seul œil, l’autre étant maintenu ouvert, à la manière des caïmans des rivières d’Oyo, sa ville natale.

Il fut alors décidé par le comité éditorial de notre chaîne d´aller à Brazzaville prendre langue avec le Colonel Marcel Ntsourou en vue d’un direct sur notre antenne.

Pas question pour nous de solliciter une autorisation auprès du ministère congolais de l’information pour la simple raison que les autorités congolaises ne nous l’auraient pas accordée ; ou s’ils l’accordaient, ils nous auraient collé des espions qui auraient certainement découvert que je suis un ancien enfant de troupe, et auraient cherché à me nuire, ou à savoir ce qu’on allait discuter avec le Colonel Marcel Ntsourou tombé en disgrâce.

L’équipe fut constituée, mais il manquait un leader, autrement dit, un fin connaisseur de la ville de Brazzaville, surtout que je ne voulais pas risquer ma vie dans un tel exercice périlleux, le Congo étant devenu pour moi, un état hors la loi, sans loi ni foi, depuis que j’en avais vu assez lors de la guerre de 1997.

Après plusieurs tergiversations et atermoiements, je décidai de conduire la mission, prenant soin de laisser toute l’équipe à Kinshasa, afin que je me rende seul en éclaireur à Brazzaville, avec pour seul consigne un simple mot.

Lorsque j’arrivai chez le Colonel Marcel Ntsourou, je trouvai un service de sécurité digne de celui d’un chef encore en exercice. Après quelques échanges verbaux avec ses hommes qui allèrent le voir, il accepta de me recevoir, certainement par curiosité, vu surtout que je m’étais déguisé en maçon avec une truelle et un seau à la main comme si je revenais d’un chantier de construction.

La toute première rencontre fut infructueuse car je sentais que le colonel n’était pas soit convaincu de moi, soit sur ses réserves. Aussi je lui pris congé et repartis prendre mon dernier bateau pour Kinshasa, question aussi d’affiner ma stratégie et de revenir plus serein que jamais. Je crois qu’en bon officier des renseignements, il voulait savoir si j’étais digne de confiance.

A ma deuxième visite le Colonel était plus relaxe et disposé à causer avec moi, ayant vérifié la promotion de laquelle je me réclamais et que mon nom y figurait en bonne et due forme.  Nous ne parlâmes pas que de l’interview proprement dit. Néanmoins, il me reçut dans son bureau situé dans un bâtiment à côté de son logement résidentiel.

Deux paons dont un male et une femelle, puis deux perroquets de genres opposés vinrent lorgner pendant que nous parlions. Je le pris pour une bonne augure : « alors que j’avais acheté les premiers pour les élever; m’apprit-il, les perroquets sont venus d’eux-mêmes;  un don du ciel certainement pour me tenir compagnie » conclut-il.

Au cours de notre conversation, je lui fis remarquer que pour un colonel tombé en disgrâce, il vivait trop encerclé par des cameras, certaines d’entre elles étaient directement pointées sur son domicile, ce qui était contre la loi et enfreignait sa liberté puis son intimité. Y avaient-elles été installées pour l’espionner jour et nuit ? Lui demandai-je.

Je lui dis que si je pouvais comprendre celles qui coiffaient les guérites de la résidence Général Guy Blanchard Okoï, Chef d’état-major des armées lequel était son voisin immédiat, qu’en était-il de celles qui se trouvaient tout juste à l’entrée de la résidence en face de la sienne et de celles qui, du haut de ladite résidence, au cinquième  étage,  suivaient tout se qui se passait dans sa clôture ?

C’est à cet instant qu’il m’apprit qu’il y vivait un général du nom de Pascal Ibata, en titre médecin-chef à l’hôpital militaire de Brazzaville.

Je lui dis qu’il me paraissait impossible qu’un général, fut-il d’une armée aussi bidon que celle du Congo, ne connaissait pas l’importance de l’intimité et de surcroit dans un camp militaire, vu surtout que la parcelle ainsi visée est celle d’un colonel, responsable des services de renseignement.

Dès cet instant, le Colonel comprit que je n’étais pas un idiot. Il devint plus en plus rassuré et nous commençâmes a envisager une date de rencontre. Alors qu’il commença à regarder sa montre de temps en temps je compris qu’il avait un rendez-vous important. Il m’apprit que son ancien chef avait prévu passer lui rendre visite ; ce qu’il ne voulait pas et que des émissaires étaient attendus pour accorder des points de vue.

Je voulus me retirer avec la promesse de repasser lorsque se pointèrent à son portail deux militaires. Le Colonel Ntsourou me pria de me retirer à côté, le temps qu’il les accueille pour que nous reprenions notre causerie par la suite. Pour moi, cela présageait un intérêt.

Après le départ des deux militaires, je repris place auprès de lui dans son bureau et je l’appris que je connaissais l’un d’eux : « le Colonel Dimi, originaire d’Olombo, dont le défunt petit-frère Oko, alias Adellas fut mon copain. Nous avons habité ici au Camp 15 Août, dans l’Allée du Chaillu, en face de l’ancienne Office des recettes principales, qui fut communément appelé La Perception dans les années 1970. Il était Sergent-chef, béret vert alors. . Son défunt petit-frère et moi  faisions le Karaté ensemble avec les Maitres Amidou, Feu Héliodore Ngouloubi, entre autres. Il avait une femme lari, avec laquelle il a eu une fille ; il l’a divorcée pour épouser une femme mbossi d’Olombo. Il avait à l’époque une coccinelle bleue, communément appelée VW. Leur maison familiale est à la Owando ou Itoumbi, tout juste après l’avenue de la Tsiémé, à Ouenzé ».

Le Colonel Marcel Ntsourou fut très surpris par la précision du détail. Il fut alors convaincu que j’étais vraiment congolais. Nous continuâmes notre causerie. Il parlait moins; préférant m’écouter. Et soudain, je le surpris en lui demandant quel intérêt Margot Ibata, épouse du Général Pascal Ibata avait à l’espionner même dans sa vie  privée ? « Elle a monte une équipe de gardes corps de son mari pour vous espionner», lui dis-je. Il resta bouche bée.

Puis je continuai : « Le mari a commencé à prendre un malin plaisir, mais l’idée est venue de sa femme  laquelle a commencé à faire enregistrer vos séances d jogging  qu’elle s’en va remettre à Antoinette Sassou Nguesso pour la convaincre que vous êtes en train de préparer un coup d’état, lequel est même éminent. Etes-vous sûr que vous n’en n’êtes pas au courant? `Drôle d’officier des renseignements alors’ si vous me dites que vous n’en êtes pas au parfum. En bon journaliste, j’ai suivi un militaire qui sortait de cette clôture jusqu’au Centre Culturel Français (CCF) avant de venir chez vous. Il m’a tout révélé.»

Il était 15h, je venais de manquer mon dernier bateau pour Kinshasa. J’allais dormir à Poto Poto, heureux de ma moisson du jour et surtout d’avoir fait effet sur mon type interlocuteur.

Le 12 Décembre, j’étais de nouveau à Brazzaville lorsque je lui demandai: « Mon Colonel, connaitriez-vous la fille du Général Pascal Ibata et Margot qui est arrivée de Paris avec son mari pour sa cérémonie de dot ? Ses parents tiennent à ce que le couple présidentiel rehausse de par sa présence ladite cérémonie; ils sont prêts à tout faire pour s’attirer les faveurs de Monsieur et Madame Sassou Nguesso.  Ils recherchent beaucoup d’argent pour organiser une cérémonie de dot grandiose le  14 Décembre  2013. Ne voyez-vous pas que vendre un film sur vous est une bonne astuce pour récolter des fonds  pour recevoir la belle famille ? Essayez de bouger dans votre clôture et vous remarquerez que ces cameras situées au 5ème étage vous suivront. Les cameras  situées à l’entrée de leur clôture et tournées vers votre portail servent à enregistrer tous ceux qui rentrent chez vous et en sortent.»

Le Colonel Marcel Ntsourou m’apprit que « de sources bien informées, il y a une attaque qui est prévue ces jours-ci. Cela me parait sûr car il est en Afrique du Sud pour le sommet de l’Union Africaine. C’est ainsi qu’il procède, n’est-ce pas ?  Si les choses se dégradent ou bien qu’elles deviennent incontrôlables, il est déjà hors du danger.»

Je lui appris aussi qu’il y avait parmi ses éléments un certain Mundélé, lequel avait un frère du même nom qui fut en service chez Jean-François Ndenguet. « Votre Mundélé est gracieusement entretenu par le directeur général de la Police nationale en échange des rapports détaillés sur  tout ce qui se passe ici chez vous.

Conscient que j’en avais assez servi au Colonel, ce 12 Décembre à 14h00 je le quittai pour aller reprendre le dernier bateau pour Kinshasa.

Nous nous fixâmes pour le lundi 16 Décembre 2013 à 11h, et qu’au lieu d’une grande équipe de télévision, trois personnes suffiraient pour ne pas attirer des suspicions. Je lui suggérai de faire surveiller par ses gardes corps s’il y aurait bien une cérémonie de dot  le 14 Décembre 2013. Ainsi il allait comprendre que je ne racontais pas des bêtises.

Le jour convenu, nous étions dans le bateau en partance pour Brazzaville lorsque le Colonel Marcel Ntsourou m’appela pour me demander de surseoir ma venue à Brazzaville car il était assiégé. Arrivés au Beach, nous apprîmes avec forces détails comment son domicile avait été pilonné. Des hélicoptères pilotés par des militaires Ukrainiens vrombissaient encore dans le ciel.  Nous allâmes dans à l’hôtel que j’avais pris soin de réserver à Poto Poto. Y laissant mon équipe, j’allai à la résidence du  Colonel Marcel Ntsourou pour m’enquérir s’il était sorti vivant de son supplice.

Les cadavres jonchaient le sol. L’impact des balles prouva qu’il y a eu un carnage: un véritable crime contre l’humanité pour une armée qui tire ainsi au sol et du ciel sur des citoyens sans armes. . Les casques bleus venus le protéger afin qu’il se remette à Jean-François Ndenguet, Jean-Dominique Okemba et leurs supplétifs rwandais et tchadiens m’informèrent que le Colonel Marcel Ntsourou avait pu s’en sortir, mais pour combien de temps, car le régime était bien déterminé à en découdre avec lui. « Ils vont le tuer coûte que coûte, même à petit feu, par empoisonnement ou par tout autre moyen» m’apprit un casque bleu.

Le jour de l’attaque, Mundélé, prévenu certainement par Jean-François Ndenguet, n’était pas venu au travail. La cérémonie de dot avait bel et bien eu lieu en présence d’Antoinette Sassou Nguesso souhaité, tandis que son mari se trouvait bien au sommet de l’Union Africaine en Afrique du Sud.

Dans la vie, il est des signes qui ne trompent pas. Plus tard j’appris qu’après mon départ, le jour de notre dernière rencontre, l’un des perroquets fut trouvé mort. Le deuxième s’envola pour de bon le jour de l’attaque. Quand aux deux paons, dans le crépitement des balles, ils sautèrent le mur pour se retrouver chez le chef d’état-major.

« Que ne fera-t-on pas pour avoir l’argent pour recevoir ses beaux-parents ? On aura tout vu ! », fis-je.

Voir aujourd’hui le communiqué sans cachet sur le décès du Colonel Marcel Ntsourou signé par ledit General Pascal Ibata, me fait penser à une imposture. C’est un piètre Général, qui monnaie tout y compris l’honneur. N’est-ce pas trop drôle et mesquin pour un si  grand officier supérieur de son rang, qui pour de basses besognes matérielles, se laisse influencer par sa diablesse de femme ?

Après cinq jours passés à Brazzaville et avant d’aller reprendre notre bateau pour Kinshasa, je décidai d’aller montrer à mes collègues le lieu où nous allions laisser notre peau. De vrais maçons, armés de truelles et de seaux y vaquaient à reconstruire les murs détruits par l’impact des balles. Le sang était sec. L’atmosphère était apocalyptique.

Dans l’après-midi, alors que nous traversions le fleuve Congo, je pensais au risque encouru et au fait de voir une armée, si corrompue soit-elle, s’insurger sur un être sans défense et me dis que le Congo allait encore revivre le calvaire de 1997 si ses fils, ses filles, ses cadres civils et surtout militaires ne se ressaisissaient pas.

Ô pays bien aimé, qu’est ce qui t’arrive ? Pourquoi une telle haine viscérale des uns et des autres ? J’ai failli laisser ma peau avec les enfants d’autrui dans ce pays maudit que j’ai hâte de quitter. Je n’y reviendrai pas de sitôt, c’est sûr.

Des larmes chaudes coulèrent sur mes joue, tellement que je ne trouvais pas de réponses à mes propres questions. Mais je continuais de me les poser tout de même. Qu’est ce qui ne va pas dans la tête de Denis Sassou Nguesso ? Denis Sassou Nguesso  a-t-il vraiment un cerveau qui fonctionne normalement ? Les AET  n’existent-ils vraiment que de nom ? Ont-ils vraiment trahi leur serment de ne servir que la république et le peuple comme on l’enseigne dans leur formation ? Qui va sauver le Congo ? Qui va sauver le brillant Colonel Marcel Ntsourou ?

Et soudain, nous étions à Kinshasa. Dans le taxi qui nous ramenait à l’Hôtel du Fleuve je pensais au Colonel Marcel Nstourou, à nos causeries les trois fois que je l’eus rencontré. Pour la toute dernière, je lui avais demandé comme si je savais que nous n’allions plus nous revoir:

– Mon Colonel, les AET pourraient-ils venir à votre secours ? N’y enseigne-t-on pas que nous nous devons assistance ?

Le Colonel Marcel Ntsourou me dévisagea, puis il répondit par une simple moue, avant de renchérir:

–  « ce sont des peureux ; ce pays n’a plus d’armée encore moins d’enfants de troupe. Ils sont tous de petits bourgeois en tenue militaire. S’agissant des AET, il y en a qui ont la troupe, mais sont-ils courageux ? Je leur lance le défi, même à titre posthume.»

Je lui tendis un morceau de cola, qu’il coupa et dont il me donna un morceau conformément à la tradition téké, puis il ajouta : «  J’allais dire que ce sont des femmes ; encore qu’une femme, si vous tapez son enfant, qu’elle soit forte ou faible, elle ne se laissera pas faire. »

– En tant qu’officier supérieur, quelle lecture faites-vous de la crise congolaise actuelle ?

– Elle est militaire et non politique. Tant que Denis Sassou Nguesso sera toujours vivant, le Congo sera un pays hanté. C’est du moins mon opinion.

– Et si la vie était à refaire ?

– Je regrette aujourd’hui d’avoir contribué à renverser le président démocratiquement élu Pascal Lissouba. La lecture politique que nous avions faite en 1997 était complètement fausse, influencée par Denis Sassou Nguesso.

– Mon Colonel, quelle image voudriez vous que les congolais gardent de vous, si trop tôt vous abattait l’ennemi ?

Me fixant droit dans les yeux et d’un regard vif, le poil du corps et ses cheveux presque redressés, il dit :

– « Pour moi, le Congo est une question de passion. Un peu de sacrifice pour le Congo s’il nous plait ! Je ferais le mien jusqu’à l’épuisement de mes forces. Même mort, je continuerai à me battre contre ce régime qui nous a fait trop du mal. Le Congo ne mérite pas cette ingratitude de ses politiciens et de ses militaires  en tête desquels Denis Sassou Nguesso. Le Congo lui a tout donné. Sans le Congo, il ne serait rien».

– Et si demain nous ne nous revoyions plus, Mon Colonel, que voudriez-vous que je dise aux congolais ?

–  « Dites-leur que le Colonel Marcel Ntsourou est mort en soldat du peuple, sans fléchir d’un moindre iota ! »

Il respira profondément puis reprit la parole :

« Que des mères enseignent à leurs enfants que le Colonel Marcel Ntsourou s’en est allé la tête haute, sans courber l’échine !»

– Au revoir mon Colonel !

– « C’est moi qui vous remercie, Colonel. Au revoir et bonne route ! »

Colonel à la retraite Germain Ndinga

 

(19 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. YAMOUWONDA

    Est ce un roman ?

  2. Yhiayhia Dzellat

    Ou veut-il pour autant et avec quelques tournures volontaires, brouiller les pistes et sa pseudo-identité ’emblématique’ ?
    Comme par hasard, il est aussi colonel à la retraite, notre zulu. Transmettez-vous nos salutations au colonel ‘Nkouta’, à la retraite, s’il vous plait !

    Mbossi_

  3. AFFAIRES CRIMINELLES

    NUISANCES OLFACTIVES: POURQUOI L’AMBASSADEUR ET LE PERSONNEL DE L’AMBASSADE DE FRANCE AU CONGO BRAZZAVILLE PUENT? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/02/nuisances-olfactives-pourquoi-l-ambassadeur-et-le-personnel-de-l-ambassade-de-france-au-congo-brazzaville-puent.html

  4. BONOBOLISME MEDICAL.... DE PASCAL IBATARD, fils de pute !

    Pascal IBATARD, à la fois Général et Médecin de pacotille !

    IBATARD, est un vrai fils de pute ! mais un faux Général ! Ce DG clanique de l’hôpital militaire s’illustre par sa médiocrité. Sassou NGUESSO a baisé sa femme Margot avant de baisé ses filles aujourd’hui. Il est donc en quelque sorte le beau père inavoué du monstre de l’Alima plus vieux que lui et qui souille ses pauvres petites filles. En plus d’être un médécin complice d’assassinats, c’est un père indigne de protèger ses enfants du pédophile incestueux Takou NGUESSO.

  5. REGARDE LE CONGO TON PAYS

    Ntsourou est mort, c’est malheur qui frappe le Congo Brazzaville.
    Mais soyons sincère
    Le criminel sassou n’est qu’un nom simple derrière lui toute une force :
    La France pour le pillage du Congo
    Les USA pour maintenir Kabila en RDC
    Ntsourou fut numéro 2 du system sassou
    Mokoko fut attaché militaire de la présidence de sassou
    Disons que ces personnages sont responsables de la malédiction congolaise, leur égoïsme, logique du pouvoir au nord et le tribalisme, place le Congo dans une misère profonde.
    On ne peut pas lutter politiquement contre le criminel sassou avec tout son support
    NTSOUROU OU MOKOKO DEVRAIT ABATTRE SASSOU IL Y A LONGTEMPS DE CELA, NOUS NE SERONS PAS LA OU NOUS SOMMES AUJOURD’HUI.
    QUI EST LA GARDE DE CE TERRORISTE MAINTENANT ? LA LÉGION ÉTRANGÈRE FRANÇAISE

  6. K

    Ibata, est un faux médecin et faux Général. Il parle d’un arrêt cardio-ventilatoire. Il ignore personnellement ce que cela signifie.
    « Un arrêt cardio-ventilatoire, ou arrêt cardio-respiratoire (ACR), est l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu. On parle aussi parfois simplement d’arrêt circulatoire ou d’arrêt cardiaque.L’arrêt cardio-circulatoire ne signifie pas nécessairement la mort de la victime : en cas de constatation d’un arrêt cardio-circulatoire, il faut immédiatement prévenir les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire en attendant les secours. »/fr.wikipedia.org.
    Au-delà de la mort de la personne de Marcel Nstourou, se pose une question lancinante à laquelle nous ne devons sous aucun prétexte nous dérober, il y va de notre survie : Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître.(la voix du Peuple)

    1. Rufin Mabanzo

      Très bon commentaire K. Vous faites preuve de maturité. Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître

  7. Bonguissa

    Monsieur TSOUROU s’est fourvoyé . mort de mort naturelle ou assassiné , il a contribué à la déstabilisation du Congo, en remettant au pouvoir,avec OKOMBI SALISSA( encore un téké) ,SASSOU dont le but , n’était nullement de construire le Congo, mais de venger , de l’humiliation, subie ou supposée au sortir de la Conférence Nationale . On ne peut se réjouir de la mort de son prochain , mais celle de TSOUROU me laisse indifférent . Il n’a jamais été opposé à SASSOU…..Il est tombé en disgrâce pour avoir voulu être général. en multipliant des erreurs … c’est différent … c’est un courtisan déchu …..

  8. varangog@yahoo.fr

    ADIEU SOLDAT DU PEUPLE.
    après DIAWARA abattu froidement par le monstre.
    après ANGA abattu par le dragon
    tu es l’officier qui a tenu tete à celui que tu as remis « naivement » le pouvoir .Tu as été sincère et honnete mais lui, il ne connait pas les vertus, il ne connait que les vices.
    ADIEU SOLDAT du peuple , tu as prouvé que jamais, jamais tu n’as courbé l’échine devant un homme fut ce t’il l’homme qui se délecte du sang des hommes comme lui.Tu es noble et franc dans tes amitiés.
    VA EN PAIX dormir au panthéon des hommes droits et dignes.l’indigne, l’immoral, l’incestueux SASSOU fera encore des victimes mais tu leur a ouvert les yeux.
    HONNEUR à toi soldat du peuple. De l’école des AET en passant par BAKOU, du gouvernorat civil et militaire de pointe-noire tu es apprécié comme un officier de valeur. VA que la terre des aieux te soit légère MON GENERAL D’ARMEE de troisième catégorie l’autre étant usurpateur et médiocre comme l’anus de la tortue.

  9. Rufin Mabanzo

    SOYONS SERIEUX CHERS COMPATRIOTES CONGOLAIS

    A moins que nous ne connaissions pas comment fonctionne la presse. La presse se compose des articles qui sont soient:-

    1- Informatif
    2- Descriptif
    – Instructif ou
    – Persuasif

    Comme vous le voyez, il n’existe pas une place pour l’insulte dans le schéma ci-dessus esquissé.
    Je vous écris ceci parce que l’article du Col. Germain Ndinga sur le décès du Col. Marcel Ntsourou est très informatif. Il nous informe sur beaucoup de choses qui se sont passées qui ont conduit a son arrestation. Cela devrait nous choquer tous. Donc lisons un article comme celui-ci s ans faire des commentaires dignes des fous. Respectons le temps et l’effort déployés par ceux qui les écrivent. N’écrivons pas des bêtises. Que l’auteur ait utilisé un nom d’emprunt, peu importe; faisons preuve de maturité.
    A bon entendeur, salut.

    Un lecteur assidu de http://www.Zenga-mambu. com

  10. Ave Maria

    1. FOUS?
    2. Insulte?

    1′. Lesquels? Lequel!?
    2′. Laquelle?

    1. Roland Transor

      AVE MARIA, EXPRIME TOI CLAIREMENT

  11. Extraterrestre

    Oh! l’affaire de Monsieur Ntsourou n’est pas une affaire politique,pour en faire un problème politique.pour votre mémoire,Ntourou réclamait les galons de général de l’armée.
    Car pour lui ,il avait beaucoup fait mais le président était insensible.C’est pour cette raison,qu’il se mettait à hurler,à aboyer partout.il n’ est pas un opposant politique,et d’ailleurs c’est un colonel des facs.il a tenu des propos insultant au cdt en chef des facs,donc doit être puni selon la réglementation militaire.
    En plus ce monsieur a commis des bavures graves à kindamba où,il fesait le tri-sélectif pendant la guerre du pool.entre les villages SOUNDI et Téké.il lâchait les ressortissants téké et brûlait les autres.
    Nous n’avons pas à regretté la mort de ce garçon à double facette proche d’un monstre.
    Que la terre te soit très dur monsieur Ntsourou Marcel.

  12. Extraterrestre

    Reste monsieur Okombi SALISSA vous avez tout eu dans ce pouvoir des:
    -Maisons à étage
    -beaucoup d’argent
    – voitures
    – voyages
    -belles femmes
    -postes à responsabilités….
    Alors en quoi,le président SASSOU est mauvais?
    Merci ba pessa na boua!
    qui vous connaissait au Congo?

  13. Extraterrestre

    Sachez le le président SASSOU est un général d’armée,vous serrez toujours pris la main dans le sac.le président SASSOU a une grande et longue expérience en matière de renseignement,raison pour laquelle,il a toujours surpris les comploteurs comme vous.
    Des gens comme vous de petite expérience,fabriqué à la hâte,dans les pays de l’EST.Vous êtes zéro devant le général d’armée.
    Certains furent des diplômés sans emploi,devenu ministre par,le bon cœur du président,veulent prendre sa place.D’autres ont été élevé d’élève officier à la dignité de Général de division cherche sa place(pitié ).
    Mokoko a raté des coups sous Milongo,sous Lissouba…il avait même enfermé des hommes politiques au palais des congrès de 9h à 22h.mais il a échoué.aujourd’hui il cherche le pouvoir du président SASSOU.
    Mais mon général ton temps est passé,tu as des occasions,avec l’appui du peuple.Surtout au palais des congrès ce jour là.
    Mais comprend que le président SASSOU est un extraterrestre tu l’auras pas comme çà.

    J’aime le président SASSOU.

  14. Extraterrestre

    Ntsourou est mort de façon naturelle,qui a tué ce monsieur? personne.Ne collez pas la mort de ce monsieur aux gens.
    le président SASSOU est étranger dans tout çà.C’est une mort comme toutes les autres au Congo.pourquoi claironnez vous.
    le président SASSOU gagnerait quoi de cette mort.rein et rien.

  15. AFFAIRES CRIMINELLES

    JE SUIS LE POUVOIR ET VOUS ÊTES LE POUVOIR ET NOUS SOMMES LES CONTRE-POUVOIRS ET POURQUOI FAIRE? https://www.youtube.com/watch?v=Ry0P-YQNESU

  16. AFFAIRES CRIMINELLES

    LE DICTATUEUR SASSOU NGUESSO ET SON ENTREPRISE D’AVC DE MASSE AU CONGO BRAZZA ET POURQUOI FAIRE ?
    Pourquoi les congolais vivant à l’intérieur du pays sont-ils devenus en moins de vingt ans au 1er rang mondial des patients et victimes de tensions artérielles (Hypertension) et d’avc (accident vasculaire cérébral) ? La problématique porte à examiner les impacts entre la dictature antisociale et criminogène telle qu’elle est incarnée par Sassou et les Nguesso et interface entre sciences, médecine, condition humaine et sociétale à l’échelle congolaise. Explications: https://www.youtube.com/watch?v=s_rxTVA_vsY

  17. celine

    Bonsoir chèrs frères et soeursJe m’apelle CELINE LOPEZ
    Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d’un vieux vraiment formidale.
    Je vous assure que j’ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m’a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d’années il est vraiment formidable je souffrais d’une rupture avec mon mari il m’a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j’ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j’ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd’hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m’a rapellé au boulot et j’ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l’autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m’a travailler sans me prendre un euro j’ai d’abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n’importe que problème , vous qui avez n’importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l’apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81

Laisser un commentaire