«

»

Août 09 2016

Mokoko en prison: Chronique d’une mort cruelle, inutile et programmée

free-mokoko

 

Pouvons-nous éviter la guerre sans tomber dans le déshonneur ?

Depuis le début de cette crise, nous avons tenté de prêcher la voie du milieu, celle du bon sens élémentaire : Mettre l’église au milieu du village, rassembler et reconstruire. Oublier ce qui nous divise pour être plus unis que jamais comme le recommande notre hymne national. Les choses étaient simples et claires : Après deux mandats constitutionnels, Sassou devait quitter le pouvoir pour établir une tradition d’alternance pacifique au Congo. Craignait-il pour ce qu’on aurait pu lui reprocher, nous nous engagions en échange à lui garantir une sortie honorable. Il ne l’a pas fait, malgré les multiples appels à la raison.

Est-il trop tard maintenant ?

Ayant forcé le changement de constitution et anticipé l’élection présidentielle, Sassou se retrouve dans une situation inconfortable. On lui a certainement fait croire qu’il pouvait gagner cette élection. Tout le monde constate que la victoire imposée est pire qu’une défaite acceptée. Ce triomphe sans gloire le pousse aujourd’hui à réclamer la reconnaissance de ses challengers. La nouvelle constitution impose-t-elle au vainqueur de l’élection d’attendre la reconnaissance des vaincus avant de pouvoir régner ?

La situation tourne même à l’absurde. Mokoko était à deux doigts de reconnaître la victoire de Sassou. La télé était déjà devant sa villa, prête à recueillir sa déclaration. Tout le monde sait aujourd’hui que l’ex-ambassadeur français Vidon et l’homme d’affaires Olivier avaient réussi à le convaincre. Prétextant l’insoutenable souffrance imposée aux populations du Pool, Mokoko était sur le point de signer la reconnaissance exigée de lui par le pouvoir. Les raisons qui l’ont poussé à se rétracter à la dernière minute restent mystérieuses. Mokoko serait-il aujourd’hui en prison s’il avait reconnu la victoire de Sassou ?

Mokoko pris au piège infernal du schisme nord-sud

Le sud du Congo, Pointe-Noire en tête, où la soif d’alternance était et reste toujours immense, a voté pour Mokoko. L’espoir était probablement le suivant : En tant que général, Mokoko tiendrait tête à Sassou. En tant que nordiste son positionnement  allait priver Sassou de l’épouvantail que constitue pour beaucoup de nordistes la perte du pouvoir en faveur du sud. Les résultats électoraux du nord restent à ce jour, sujets à caution, étant donné le fait que l’opposition n’avait pas assez de représentants dans les bureaux de la partie septentrionale. Il est donc difficile d’évaluer l’adhésion du nord-Congo à la candidature de Mokoko. Une nouvelle thèse a vu le jour : Mokoko était le cheval de Troie que les sudistes ont utilisé afin qu’il récupère le pouvoir fort du nordiste Sassou avant de se le faire voler par les méchants sudistes. Pauvre Congo !

Mokoko avait-il un plan B ?

Tout le monde y a cru ou a voulu y croire. Au vu de ce qui se passe aujourd’hui, on peut supposer deux choses : Soit il avait un plan B qui n’a pas fonctionné, soit il n’en avait pas du tout. Inutile à présent d’épiloguer sur la responsabilité des uns et des autres. La question qui doit nous préoccuper est la suivante : Comment sortir Mokoko de la prison où il croupit pour des raisons purement politiques, fallacieuses et connues de tous ?

Trois possibilités peuvent être évoquées :

  1. Les populations qui ont soutenu Mokoko exigent sa libération. Elles l’imposent au besoin par une grande manifestation. Elles ont confié leur espoir à Mokoko qui s’est engagé à les libérer d’un régime qui viole la constitution et étouffe la démocratie. Le minimum qu’elles doivent à Mokoko, c’est de le soutenir dans les épreuves qu’il subit injustement. Or, à voir la passivité de la population, on est en droit de se poser des questions.

Les chances de réussite de cette possibilité sont très faibles. En effet, le peuple traumatisé par de longues guerres dévastatrices ne se voit pas en mesure de venir à bout d’un régime enfermé dans une fuite en avant. D’autre part, qui ira sortir Mokoko de sa prison ? Les Sudistes qui l’ont plébiscité ou les Nordistes dont il est apparenté du point de vue ethnique ? Les idéalistes font des incantations selon lesquelles, le peuple uni du nord au sud ira un jour au secours de Mokoko. Le peuple désabusé aurait-il cru à un miracle en envoyant le général au casse-pipe ? L’histoire nous le dira.

  1. Des militaires organisent une opération pour obtenir la libération de leur frère d’armes.

Des bruits courent que des unités entières de l’armée auraient été désarmées à la dernière minute avant la présidentielle de mars 2016 pour éviter des mutineries. Y aurait-il eu un plan B qui aurait été éventé ? Le pouvoir a-t-il agi par anticipation ? L’armée a-t-elle été prise de court par ce fait accompli ? Autant de questions et bien d’autres qui restent sans réponse aujourd’hui. Là aussi, l’histoire nous dira ce qui s’est réellement passé.

Ces deux hypothèses restent du domaine du possible. Cependant, elles exigent du temps pour se mettre en place. Or l’état de santé de Mokoko se dégrade à vue d’œil. Nous courons droit vers l’irréparable. Les dernières images du général ne sont pas rassurantes. Chaque jour qui passe le rapproche de l’issue fatale. La mort de Mokoko déclenchera-t-elle la révolte tant attendue et tant souhaitée par les uns et tant redoutée par les autres ? Ou au contraire restera-t-elle un dégât collatéral dans la tumultueuse vie politique d’un pays qui se prépare déjà en coulisse à une nième guerre civile ?

On a entendu les gens de Makoua menacer de descendre sur Oyo au cas où il arrivait quelque chose à Mokoko. Aux dernières nouvelles, ils auraient été largement corrompus pour ne pas bouger. On a entendu des Congolais prédire un bain de sang au cas où le pouvoir traverserait la ligne rouge. Mokoko a été emprisonné, personne n’a bougé le petit doigt. A l’allure où vont les choses, Mokoko pourrait mourir demain, nul ne sera étonné que rien ne se passe. Et sa mort aura été cruelle, diabolique, inutile et programmée.

La diaspora

De nombreuses voix s’élèvent au pays pour demander à la diaspora de faire quelque chose. Inutile de répéter que la solution au problème congolais devra se trouver au Congo et entre Congolais. Si la diaspora et la communauté internationale peuvent  apporter leur contribution, c’est en appoint aux solutions recherchées sur place par ceux qui vivent quotidiennement une tragédie à huis-clos. D’une  part, ceux que hante la peur de perdre le pouvoir et de l’autre, ceux soumis à la répression d’un pouvoir déstabilisé par une crise post-électorale sans précédent couplée à une crise économique dévastatrice. Nul ne peut ignorer que la diaspora joue un rôle important dans la sensibilisation de l’opinion publique internationale sur la situation du Congo. Elle participe à la pression financière et économique dans le but de pousser le pouvoir à la négociation afin d’aboutir à une solution politique globale. Sur ce point, un certain succès a été atteint. La diaspora aurait-elle choisi son camp, celui de l’opposition ou peut-elle user du détachement que permet la distance pour encourager le vrai dialogue qui fait tant défaut au Congo ?

Malheureusement, la grande majorité de notre diaspora ne brille pas par la modération et la pondération. A des milliers de kilomètres de Brazzaville, nombreux sont nos concitoyens qui ne mettent jamais les pieds à Brazza au prétexte que leur vie serait menacée mais qui passent leur temps à insulter le pouvoir pour sa tyrannie et l’opposition pour sa couardise. Nous aurions même l’opposition la plus bête du monde et le pouvoir le plus idiot de la planète. Eux seuls, irréprochables immaculés à la science infuse auraient la clé du problème congolais. Ils seraient prêts à aller libérer le peuple congolais de la barbarie et nettoyer le paysage politique congolais des miasmes du PCT et affiliés. Leur arme de prédilection ? Appeler le peuple à sortir dans la rue pour renverser le pouvoir. Leur argument ? On ne chasse pas une dictature sans prendre les armes. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Et qui sont les œufs ? Pas eux, bien sûr, mais le pauvre peuple qui doit se mettre en avant. Eux, ils sont justes bons à bomber le torse dans le dos des autres. Ils seront pourtant les premiers à revendiquer la victoire et à se partager les postes ministériels bien avant la chute du pouvoir.

Où sont donc ceux qui depuis Paris avaient organisé l’arrivée triomphale de Mokoko à Brazza ? Pourquoi ne l’ont-ils pas accompagné à Brazza ? Pourquoi ne descendent-ils pas au Congo sortir le général des griffes du pouvoir ?

La troisième voie

Soulignons d’emblée qu’elle sera totalement inutile si le pouvoir arrive à s’imposer ou si l’opposition arrive à prendre le dessus. Dans les deux cas, les risques d’une guerre civile à la libyenne, irakienne ou syrienne sont très réels. Pour le moment, nous n’y sommes pas encore et tant que c’est le cas, il faut continuer à prôner un dialogue franc basé sur l’exigence démocratique d’une alternance pacifique. Utopie ? Bien sûr ! Car pour le pouvoir le dialogue a longtemps été synonyme d’escroquerie politique tandis que l’opposition le considère comme une perte de temps. Et le peuple, que pense-t-il ?

Nous parlons tous au nom du peuple, mais feignons d’ignorer que le peuple est profondément divisé entre le nord et le sud. De surcroît, ce peuple craint la guerre comme une peste pour l’avoir éprouvée dans sa chair et ses biens pendant de trop longs mois et de trop longues années. Nous faisons semblant d’ignorer que le Nord-Congo n’est pas rassuré par l’après-Sassou. Ce dernier sera-t-il fait de règlements de compte aveugles où tout nordiste sera tenu pour responsable de la gestion du PCT ? Nous fermons les yeux sur les mega-meetings d’octobre 2015 et de mars 2016 pendant lesquels les refrains en Kongo et kituba n’avaient rien de rassurant, quand on entendait des masses hurler « Kongo dieto bâ mbuta ba sisa dio » (Le Congo, un héritage de nos ancêtres). Je ne sais pas si à ce moment, les Kongo qui hurlaient croyaient qu’ils avaient les mêmes ancêtres que les Ngalas. Et que dire du refrain « Tata pesa beto ngolo, ya ku nuane mvita yayi…Sassou me kuamisa beto, beto ke vutuka manima vé » (Dieu, donne-nous la force de mener ce combat….Sassou nous a harcelés…nous ne reculerons pas. » Ceux qui le chantaient, se sentaient-ils réellement solidaires des galériens de Talangaï-Mikalou ou Impfondo ou pensaient-ils plutôt leur heure de gloire enfin venue ?

Diaspora : Démarche pratique

Comment la diaspora peut-elle contribuer à décrisper la situation au Congo ? Nous proposons une démarche simple : Organiser un voyage groupé (par charter ?) pour aller exprimer sur place notre ras-le-bol et proposer un dialogue réellement inclusif et responsable avec des objectifs bien précis basés sur la garantie de l’alternance politique. C’est l’occasion de voir le courage de ceux qui, cachés derrière des écrans d’ordinateurs et des pseudonymes demandent sans cesse à nos compatriotes de descendre dans la rue. Le courage d’aller affronter le pouvoir les mains nues par la seule force de nos arguments. Ceux qui passent leurs journées à insulter le pouvoir et l’opposition sont invités à descendre les premiers sur le ring des arguments et à faire ce qu’ils ont toujours demandé aux autres : manifester face à un pouvoir violent. Nous irons ensemble demander la libération de Mokoko et la tenue d’un vrai dialogue.

J’entends déjà des voix s’élever pour critiquer la naïveté et l’utopie de la démarche. Peu importe.  Je m’adresse ici au CONGO ETERNEL, celui qui veut se construire dans la paix et le rassemblement de tous, dans la justice et le progrès. Ce Congo-là n’a pas peur de se retrouver face à Sassou et de lui parler droit dans les yeux le langage de l’unité et de la concorde qui commencent par le strict respect des règles établies. Le langage de la paix et de la dignité que nous défendons tous. Et c’est au nom de cette dignité que nous exigeons la libération de Mokoko, de Paulin Makaya, de Libongo-Ngoka, de Modeste Boukadia et de tous les autres prisonniers politiques.

Modalités pratiques : Nous voulons organiser le plus tôt possible un vol de 250 ou 500 volontaires (et pourquoi pas plus ?) Nous associerons la presse internationale et des politiciens européens et américains pour témoigner sur le niveau de « démocratisation du Congo ». Chacun supportera son billet. Une contribution volontaire sera demandée à ceux qui soutiennent l’initiative, mais qui ont peur de faire le voyage. La contribution des peureux est aussi la bienvenue. Que le pouvoir nous arrête tous et nous enferme dans la même prison que Mokoko.

Nous voulons éviter la guerre au Congo, mais pas au prix du déshonneur et de la lâcheté. C’est pourquoi nous irons voir Sassou pour parler du CONGO ETERNEL, les yeux dans les yeux. Nous irons rassurer chaque Congolais qu’il y a un avenir national après Sassou. Et de même que nous exigeons aujourd’hui la libération de Mokoko et des autres prisonniers politiques, nous exigeons aujourd’hui et exigerons demain, avec la même force et le même courage, une retraite tranquille pour Sassou. Nous nous opposerons avec la même énergie à quelle que chasse aux sorcières que ce soit.

VIVE LE CONGO ETERNEL !

 

« Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »
Winston Churchill

 

(30 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Isidore aya de Makoua

    Neurosciences et psychanalyse: comment devient-on dictateur? et pourquoi sassou nguesso est dictateur, psychopathe et sociopathe? https://www.youtube.com/watch?v=tPrn2NpUe6k

  2. Kassava de Tsibakala

    Chers compatriotes,
    @ Cher Auteur,

    Je m’en doutais déjà depuis des mois, que certains compatriotes ne baisseront pas leurs bras de dispatcher çà et là le spectre d’une guerre entre les congolais du Nord contre les congolais du Sud.

    Ce fond de commerce ne peut plus avoir de la conjoncture dans notre pays. Notre pays le Congo va trop mal. Le dénominateur commun qui fait de nous congolais s’appelle la constitution. Et celle-ci a donné à Sassou la chance de diriger le Congo avec un mandat qui termine dans quelques jours.

    Je rappelle ici à tous ces marchands et autres adeptes de guerres tribales, que notre pays le Congo a tout donné à Sassou. Même la chance d’une sortie avec honneur à la fin de son règne.

    Mais hélas, ce Monsieur Sassou n’a pas voulu entendre çà de cette oreille. Dans tous les cas, il est désormais trop tard pour lui et aussi pour vous cher auteur anonyme.

    S’il existe des compatriotes qui trouveraient que c’est de lèse majestueux de demander à Sassou de respecter la loi fondamentale de son pays à la même enseigne que ses autres concitoyens, eh bien à ces congolais, tout comme à l’auteur anonyme de cette dissonance, je leurs demanderai humblement d’aller se faire foutre. Sassou doit recevoir la pédagogie du commun des mortels. Il n’est pas plus congolais que les autres.

    Nous exigeons de Sassou qu’il puisse respecter la loi fondamentale du Congo comme le font chaque jour des milliers et milliers des congolais. Il ne peut pas se substituer en un dieu dans notre pays.

    Ce fond de commerce à base d’un tribalisme trivial que vous revenez nous vendre sous forme d’une guerre civile chaque fois que votre champion est en défensive, ne doit plus continuer de faire son ménage au Congo. Nous combattrons tous ces petits sorciers le moment venu.

    Oui chers compatriotes, prenez espoir car il y a des congolais qui sont déterminés à éradiquer ce fléau anti social que nous appelons le tribalisme.

    Après le départ de Sassou, nous imposerons un système des partis politiques ancrés dans une concurrence de philosophie idéologique sur la bonne gouvernance du pays et non des partis à appartenances tribales, claniques, d’épiceries familiales sans oublier le fanatisme aveugle de leurs adeptes.

    Il n’y a pas de projet de guerre entre les congolais. Nous voulons tout simplement que chaque congolais respecte la loi de son pays et Sassou ne peut pas faire l’exception.

    Et nous sommes prêts à le lui faire savoir dans quelques jours. Oui, chers compatriotes : Sassou doit quitter la tête du pays par tous les moyens. Que vous appeliez cela la guerre du Sud contre le Nord, cela n’engagera que votre mauvaise culture démocratique et surtout votre mauvaise foi intellectuelle.

    Un nouveau CONGO naîtra après Sassou.

    Vive le CONGO

  3. Soleil BRILLANT

    Mais qui êtes – vous pour exiger « une retraite tranquille » pour Sassou? On a fait un lavement des mains pendant la conférence nationale, et pour quels résultats? Ce même Sassou est revenu en 1997 après une guerre violente qui a fait des milliers de morts, et il continue à perpétrer la mort. Tous les congolais doivent comprendre que la vie humaine est sacrée, et qu’on ne peut pas tuer volontairement un être humain pour quels que motifs que ce soient. Je vous rappelle que la peine de mort n’existe plus dans le droit congolais, mais il reste la prison à vie. Si votre protégé Sassou a peur d’être exécuté, comme il l’a fait et sait le faire pour les autres (le goût du sang… le sang et les larmes des autres), il faut lui dire que le droit sera appliqué, et que Sassou doit répondre de ses actes. Il finira certainement sa vie en prison dans une cellule à la maison d’arrêt. Si votre protégé Sassou, a peur de finir en prison, alors qu’il aille se cacher chez ses amis chinois, où nous aurons beaucoup de mal à aller le chercher. Nous voulons construire un Congo, où le crime doit être banni, et donc puni sévèrement. De même, nous voulons construire un Congo, où l’enrichissement illicite sera interdit, et sévèrement sanctionné.

  4. Nkaya mabiala jonas

    Voila encore les repetitions. Si Mokoko veux sortir du prison par une manifestation, il faut parler a Kolela. Les Laris sont les courageux du congo pour mener une quelconque manifestation. Depuis l’independance, les rebellions au congo a pour origine la region du poool. Parler a kolela et nous autres de la bouenza, lekoumo, Niari et Kouilou suivront nos amies Laries. Je suis en france et c’est en Europe que je me suis rendu compte que Les laris est un peuple instruit, intelligent et capable de changer la situation polique du congo. Bana ya la bouenza, ba Lari yayi ke na valeur, raison pour la quelle Sassou ke noinissa bahou.

  5. Isidore aya de Makoua

    Le château fort néocolonial français au Congo est-il imprenable par le souverain peuple congolais? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/08/le-chateau-fort-neocolonial-francais-au-congo-est-il-imprenable-par-le-souverain-peuple-congolais.html

  6. Anonyme

    Article trop superficiel, peu pénétrant et trop porté sur les identités qui ne sont pourtant pas une fatalité, l’auteur reprend les points de de vue des politiques, une analyse trop générale et pas du tout conceptuel pour se prolonger vers le dépassement de l’ethnie qui n’est pas simplement une vue de l’esprit mais bien un possible

  7. LE GRAND DEFI

    AIDE TOI TOI MÊME DIEU AIDERA
    C’EST AUX CONGOLAIS DE SE LIBÉRER SOUS L’ESCLAVAGISME FRANÇAISE, PAS A HOLLANDE DE LIBÉRER LE CONGO.
    SASSOU N’ES QU’UN IMBÉCILE DE NAISSANCE, AVEC UNE BANDE DES CANCRES MBOCHI, SOUS LA DIRECTION DE LA France, POUR SAUVEGARDER LES FAMEUX INTÉRÊTS DE LA France.
    https://www.youtube.com/watch?v=AaU9qLzNnWg
    https://www.youtube.com/watch?v=wsnjJjy5iV8
    https://www.youtube.com/watch?v=SUiZkPCp6uU
    https://www.youtube.com/watch?v=ULsEcI9_ZHA
    https://www.youtube.com/watch?v=LC8rfNWRQFE

  8. LE GRAND DEFI

    LE CONGO 2016 (commentaire annulé )

  9. LE CONGO2016 (AIDE TOI TOI MEME DIEU T'AIDERA C'EST CONGOLAIS DE LIBERE SOUS L'OPPRESSION DE FRANCE ET NON A LA FRNCE DE LIBERER LE CONGO )

    NEVER GIVE UP

  10. Ngoma

    Le Président Sassou est l’homme qu’il nous faut , Il construit le pays, alors suivons le. Les autres sont des aventuriers. Le Professeur des NIBOLEK n’a planté aucune brique sur le territoire congolais, mais a réussi à initier une guerre civile dévastatrice? Allez y comprendre !

    1. Makoubila-Ma-Mbanza

      Ngoma, tu es d’une légèreté dangereuse et déconcertante. Tu es juste un fanatique qui, finalement, n’a rien dans la tête à qui on a dit : « va défendre Sassou et tu auras de l’argent » et te voilà en mille morceaux pour défendre cette calamité. Tu devrais avoir honte de toi. Mais je doute que tu aies le moindre jugement, le moindre sens critique.

      Nous avons besoin d’un pays apaisé où il fait bon vivre. Pour cela, il faut des hommes et des femme ( et non un seul homme) qui travaillent pour le pays en se passant le flambeau. Des gens qui passent à tour de rôle devant le peuple et ce dernier leur confie le pouvoir pendant le temps convenu.

      Le Congo a besoin d’eau potable. Cela est-il le cas??? NON!!! Brazzaville contemple le fleuve le plus puissant d’Afrique qui passe sous ou sur ses pieds mais, aucune goutte d’eau dans ses robinets.

      Le Congo a besoin que sa population jouisse d’une bonne santé. Est ce le cas??? NON!!! Le Chu de Brazzaville est un mouroir reconnu par tous. L’hôpital qui devait redonner la santé aux populations ne leur donne que la mort. Avez-vous compté le nombre de mort par jour au Chu de Brazzaville? Les rues de Brazzaville sont remplie d’immondices de toute sorte; les mouches et les moustiques pullulent; à la moindre pluie, les rues sont remplies d’eau et certaines maisons partent sous l’effet de l’érosion. Est ce que vous constatez cela???

      Le Congo a besoin d’énergie pour vivre au quotidien. A-t-on du courant disponible dans cette ville capitale???? NON!!!! Encore une fois, le pleuve le plus puissant passe à coté et on le regarde sans le solliciter. La RDC qui a compris, a construit les deux barrage d’Inga. Si ton Roi-Maître avait un peu d’intelligence et de la vision, il aurait pu s’associer à Mobutu pour construire cet outil indispensable pour la vie des congolais.

      Le Congo a besoin d’une jeunesse bien formée pour assurer son avenir. Est ce le cas??? NON!!! Les établissements scolaires sont en ruine.sans tables-bancs. Les élèves s’asseyent à même le sol. Est ce vraiment sérieux???

      Ngoma, le sous développement mental que vous avez et dont vous faites la promotion au Congo est l’arme qui va vous détruire. Pendant que le peuple a besoin de s’émanciper, vous l’enfermez dans vos idioties. Le temps n’est plus très loin où la marmite va éclater et malheureusement ça va faire des dégâts inutiles. Nous méritons tous de vivre bien et heureux, vous y compris. Mais dans vos têtes vous avez fait le choix d’être les SEULS à vivre heureux et les autres doivent être malheureux. Voilà votre propre bombe qui explosera à la figure. Et pourtant ce n’est pas nécessaire d’en arriver là

  11. La France a-t-elle choisi son camp?

    La France doit t-elle envoyer ses officiels visiter les prisonniers politiques au Congo Brazzaville? https://www.youtube.com/watch?v=i0owhz9AlRM

  12. brikx

    Mokoko doit payer pour etre un traitre a nous les Nordistes. Comment voulait it prendre le pain des enfants qui sont nous Mbochis et donner ca aux chiens qui sont les Sudistes du congo. Le pouvoir au congo est pour le Nordistes et les Sudistes sont nos servants. Moko doit mourir pour trahison des nordistes. Vive Sassou , Vive le Congo, Vive les Nordistes.

  13. CD Jumeau

    Merci Monsieur l’Auteur pour votre analyse pertinente, appréciable et qui laisse place au débat. Mais cependant nous pouvons ajouter ou compléter d’autres propositions dont voici la mienne.

    Ma proposition c’est que je veux rendre votre proposition plus efficace: Pour moi, les opposants doivent aider la diaspora à former une délégation de 250 à 500 personnes (et pourquoi pas plus?) comme il est dit, mais COMPOSÉE UNIQUEMENT d’hommes avec des FAM (pas de femmes)… mais hommes armés de FAM, de AK 47 et de F16, pas pour aller caresser SASSOU NGUÉSSO (76 ans) dans le sens de ses vieux poils tout en le suppliant de foutre le con, mais pour aller reprendre Brazzaville et tout le pays que Abou-Bakar AL SASSOUFFIT et ses terroristes tiennent en otage depuis le 20 Mars dernier.
    MOI, CITOYEN DU CONGO, BRAVE COMBATTANT DE LA LIBERTÉ, JE SUIS VOLONTAIRE POUR ACCOMPAGNER OU POUR PRENDRE LA TÊTE D’UNE TELLE DÉLÉGATION. Si satan en face joue et nargue le peuple comme il veut, c’est parce qu’il y a rien ni personne en face de lui pour l’arrêter. Tout ce qu’il voit c’est des intellectuels qui aboient mais pas d’actions, pas de mesures fortes, rien. Former un délégation, que ce soit avec toute la diaspora, tout le Congo, toute la communauté internationale ou même avec le Pape pour aller parler à un terroriste comme SASSOU me paraît non seulement trop, mais trop laxiste envers le puissant terroriste, mais il va aussi bien rigoler parce que la délégation n’aura aucun pouvoir, ne sera pas efficace pour le faire bouger d’un seul iota. Le terroriste sera même renforcer en se prenant pour un chef d’état avec qui on vient négocier. Et c’est un démon, ne l’oubliez pas. THAT IS THE TRUTH!

    Vive le Congo #free MOKOKO! El peuplo vencera!

  14. CD Jumeau

    La responsabilité de SASSOU NGUESSO (terroriste, 76 ans) est totalement engagée à partir de maintenant pour la vie du général MOKOKO. NOUS EXIGIONS SA LIBÉRATION PAR LES TERRORISTES mais s’il arrivait quelque chose à ce dernier ou si un seul cheveu venait à manquer sur sa tête, le terroriste SASSOU en assumera PLEINEMENT la responsabilité ainsi que toute sa famille. J’IRAI CETTE FOIS DANS LE MAQUIS AVEC MON GROUPE DE COURAGEUX POUR SAUVER MA PART DU CONGO. Le Congo appartient à 4 briques de Congolais. TROP C’EST TROP!

    Vive le Congo! Vive le général MOKOKO!

  15. Denis Sassou Nguesso : Mokoko « périra là où il est »

    L’idée du dialogue inclusif s’éteint au fil des jours

    Mokoko en prison, la possibilité d’un dialogue inclusif sous l’égide de la Communauté internationale, voulue par cette apposition inaudible, devient une utopie. Ce serait une aberration que d’aller dialoguer alors que l’un des principaux vainqueurs de la dernière élection présidentielle est embastillé. Tout le combat de l’opposition devrait tourner autour de la libération des prisonniers politiques. Le reste ne serait que diversion. A défaut de mener ce combat, les opposants devraient remettre sur la table l’idée de se constituer eux-aussi prisonniers. Jacques Opango en son temps l’avait pour soutenir Fulbert Youlou.

    Il est acquis que les prisonniers politiques congolais sont seuls, dans tous les sens du terme. Plus personne ne pense à eux (2 mois déjà pour Jean-Marie michel Mokoko, 5 mois pour Jean Ngouabi, 7 mois pour Modeste Boukadia et 9 mois pour Paulin Makaya). Du moins les mots employés à leur sujet sont inappropriés, comme si les opposants de l’air libre accusaient un déficit de vocabulaire. « La cause des prisonniers politiques doit être la priorité », rappelle un ancien ministre, avant d’ajouter : « Sassou ne veut plus du dialogue car il n’est pas question pour lui de libérer Mokoko. » Et on voit des gens proches du pouvoir marteler à grand renfort de phrases toutes faites que le dialogue est anticonstitutionnel : il y a eu une élection présidentielle. En vérité, un argument préside au refus du dialogue par Sassou et ses affidés : Mokoko doit rester en prison jusqu’à la fin de sa vie.

    Mais cette folie, c’est-à-dire cette volonté de puissance affichée par Sassou et ses sbires, reste bâtie sur du sable. « Denis Sassou Nguesso donne l’illusion d’éternité et de dynastie à son clan. A sa chute, même sa sépulture n’existera pas », persifle un célèbre prisonnier politique depuis sa cellule. Sassou, en effet, devrait relire l’histoire de Mobutu, Sadham Hussein et Kadhafi, des dictateurs beaucoup plus puissants que lui mais qui n’ont pas de sépultures dignes de ce nom.

  16. JE SUIS DU NORD (FAITES PASSER MON COMMENTAIRE)

    Mokoko murira en prison, car le pour selon la France au CONGO c’est pour le nord, Mokoko est traire contre le pouvoir du nord.
    VIVE LA FÉDÉRATION AU CONGO
    SEUL UN AVEUGLE OU UN IMBÉCILE QUI NE PEUT PAS COMPRENDRE QU’AU CONGO LA DIVISION ENTRE LE NORD ET SUD EST RÉEL.
    C’EST LE SEUL MOYEN POUR LA France DE PILLER LE CONGO CAR 40% DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE VIENT DU PILLAGE DU CONGO.
    LES NORDISTES ET PARTICULIER LES MBOCHI SONT DES ARRIÈRES MENTAUX, POUR EUX IL SUFFIT QUE LE POUVOIR PUISSE ÊTRE AU NORD MÊME SI RIEN NE VA, MÊME SI SASSOU VIOLE SA MÈRE OU SODOMISE SON PÈRE DEVANT LUI.
    QUELQUE SOIT L’APPEL AUPRÈS DES NORDISTES POUR L’UNION ILS NE COMPRENNENT PAS. C’EST RAISON POUR LAQUELLE LA France (LES MEDIA FRANCES) DIT TOUJOURS LE GRAND NORD (20% DE LA POPULATION CONGOLAISE) EST POUR SASSOU.
    VIVE UNE FÉDÉRATION POUR LA CONSTRUCTION SUD CONGO EST NOUS ALLONS MONTRER AUX NORDISTE QUE SIGNIFIE TRAVAILLER.
    OU EST BOWAO EN REUNION AVEC SASSOU
    ET OKOMBI AUX USA OU A OYO

    https://www.youtube.com/watch?v=AaU9qLzNnWg

    https://www.youtube.com/watch?v=A8UfyN-hp5A

    https://www.youtube.com/watch?v=aCcLBDc5JJM

  17. JE SUIS DU NORD (https://www.youtube.com/watch?v=AaU9qLzNnWg)

    https://www.youtube.com/watch?v=AaU9qLzNnWg

  18. Rico LIMANI

    L’idée de descendre sur brazzaville en bande organisée et dans vol spécial pour aller chasser Abou bacar al Sassou est très encourageante. Reste à savoir si le calif terroriste et son armée (tous des illetrés) vont autoriser l’atterissage d’un vol specialement rempli que des opposants prêtent à leurs mettre en difficulté.

  19. Anonyme

    Article nul!!! Vraiment nul!!! Je ne comprends pas pourquoi certain lecteur arrive à lire ce genre de connerie et de donner leur soutien. Quand quelqu’un parle des nordistes et sudistes à nos jours, c’est déjà de la haine, du tribalisme !!! Le Congo a besoin simplement d’un homme ou d’une femme compétent pour diriger le pays. Qu’il soit du nord ou sud, peu importe. Avoir un sudiste ou un nordiste au pouvoir n’est pas un défis en soit, c’est de la vieille mentalité tout simplement. On sait tous que, le Congo a déjà eu des présidents venant du nord ou de sud, quelque soit la période, on sait tout simplement que, cela est possible. Donc arrêtons de nous enfermer pour par une vieille mentalité qui nous a été imposée pour nos aïeuls!!!!

  20. explication dans cet article et commentaire via congo-liberty en bas de cet article

    Quand Sassou-Nguesso et Jean-Louis Borloo reçoivent les présidents Kaboré et Talon à Oyo, la ville officine de la pensée barbare, des assassinats politiques, de crimes de masse et de génocide au Congo Brazzaville !

    UN CAS DE CONSCIENCE POLITIQUE ET MILITAIRE: APRES LA CHUTE DE SASSOU, FAUDRA T-IL BOMBARDER OU DÉTRUIRE OYO, EDOU ET LES CIMETIÈRES DE SASSOU ET DES NGUESSO? http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/08/quand-sassou-nguesso-et-jean-louis-borloo-recoivent-les-presidents-kabore-et-talon-a-oyo-la-ville-officine-de-crime-de-masse-et-de-g

  21. Maniangu

    Allienation…..

    O allienation des congolais qui se battent entre eux,
    O misère du peuples, galère des policitiens insoucieux

    Pourquoi le Nord se bat contre le Sud? ( Kongo contre Ngala?)
    Pourquoi y-a-til eu la crise Nibo-Tcheque?
    Pourquoi le grand Niari s’est-il divisé ( Bouenza contre Niari et Lekoumou ?)
    Pourquoi Antoinette a t-elle sacrifiée le Kouilou?

    Voilà les 4 principales questions qui sont les sources de la destructions du pays.

    Et tous ceux qui ont des interets en République du Congo savent qu’ils leur siffit de choisir un de ces 4 points pour se servir gratuitement.

    Cette technique est la meme que l’on utilise en agriculture lorsqu’on cultive un champ avec plusieur especes.
    Il suffit de mettre cote a cote deux especes agricoles qui attirents deux types d’insectes qui consommes la meme nourriture.
    Les insectes vont se battre entre eux, au lieu de s’attaquer aux plantes.

    Je vous prie de m’excuser de comparer les congolais aux insectes. C’est l’image de la technique que je souhaite montrer.

    Alors, comment faire pour sortir de cet impasse?

    He ben, c’est la qu’on a besoin des approches de sollutions de tout le monde.

    Aucune personne ne detient seule la solution.

  22. la cognition totale et société à l'échelle d'une dictature africaine

    Enjeux éducatifs sur un réseau global: Oui, l’inégalité entre couches sociales, traditions, cultures, sociétés et civilisations n’est pas fondée sur la nature – elle réside dans l’éducation ou l’information qu’on donne à l’individu ou plutôt dans celle qu’on lui refuse (Isidore aya tonga).

    L’AVENIR DE L’INDIVIDU QUEL QU’IL SOIT OU D’UN PEUPLE ET D’UNE SOCIÉTÉ DONNÉE EST DANS L’HISTOIRE, LE PASSÉ, LA MÉMOIRE ET LE PRÉSENT QU’ON IGNORENT(ISIDORE AYA TONGA) !

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/08/la-vraie-rumba-congolaise-entre-culture-et-societe-le-dr-nico-african-fiesta.html

    1. Maniangu

      Dailleurs en 1795, dans « Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain » de Condorcet, l’idée du civilisé désignait les progrès accomplis par l’individu dans une nation ou société donnée. Il fut possible de passer de la barbarie, à l’état de droit, de citoyen, de civil ou de civilisé, quel que soit le droit positif en vigueur ou les autres facteurs locaux tels que la tribu, l’ethnie, la nationalité ou la religion. Une pensée de Isidore AYA TONGA »

      Dans ce discours, celui qui se prennait pour civilisé pensait instruire le sauvage (le non civilisé). Alors qu’en réalité, il découvrait qu’il était en fait, le dernier á apprehender les regles de vie sociale. Sa frustration fut violente qu’il s’en ait donné à la barbarie.

      Pour le cas de l’Afrique, ceux qui parlent du tribalisme, d’ethnie ou autre, ignorent le plus souvent ses origines et sont incapables d’expliquer de manière rationnelle et logique, les fameuses différences (qui opposent les congolais par exemple) soulignés par le colonisteur.

      L’ethnophilosie est une frustration, telle l’orientalisme pour l’Egypte. Des voies de raisonnement qui ne sont que os pour chien.

      Sommons par exemple les lois traditionnelles vilis, kongos, tékés, voyons si elles so t plus ou moins riches que les solutions proposées par le colons pour résoudre les problèmes sociaux, culturels ou économics. On sera surpris de la dimension de sagesse qu’elles renfermes.

      Nous ne sommes pas sots, sauf si nous nous ignorons les uns les autres. A fortiori nous même.

  23. Le voyage de libération du Congo par sa diaspora doit-t-il être programmé et maintenant

    Le voyage de libération du Congo par sa diaspora doit-t-il être programmé et maintenant ! https://www.youtube.com/watch?v=eHMyoSkcpSg&feature=share

  24. Le voyage de libération du Congo par sa diaspora doit-t-il être programmé et maintenant

    ISIDORE AYA TONGA EST NÉ A BRAZZAVILLE A L’HÔPITAL GÉNÉRAL, LE 1ER JUIN 1963 A 5H30, ETAT CIVIL OU CITOYEN: DÉCLARATION DU 8 JUIN 1963 A LA MAIRIE DE OUENZE A 10H PAR SON PÈRE ET SA MÈRE ORIGINAIRE DE MAKOUA, VIVANT A LA RUE MAKOKO…
    NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE VISA POUR ENTRER CHEZ NOUS AU CONGO MFOA OU BRAZZAVILLE, DANS LE POOL MALEBO, LE ROYAUME TEKE ET PUIS AU CONGO BRAZZAVILLE…
    La France-afrique est-elle du passé et ou nouvelle dans un monde plus que jamais augmenté? https://www.youtube.com/watch?v=eHMyoSkcpSg

  25. habibah natah

    LE VIVRE ENSEMBLE AVEC PAPIWATA MAMIWATA TATIWATA-https://www.youtube.com/watch?v=ZifhrSKLZvY&feature=youtu.be–LA DRIBLEUSE ANTOINETTE NDEMBO-MESSAGE A SASSOU DRACULA—VIDEO OUVERTE A LA DRIBLEUSE ESCLAVE DE SASSOU ANTOINETTE NDEMBO–LE VIVRE ENSEMBLE AVEC UN RUSÉ BARBARE FÉTICHISTE PUTCHISTE!

  26. Mussi Mpangala

    Mr, tu dis : [« Kongo dieto bâ mbuta ba sisa dio » (Le Congo, un héritage de nos ancêtres). Je ne sais pas si à ce moment, les Kongo qui hurlaient croyaient qu’ils avaient les mêmes ancêtres que les Ngalas.]

    ⇨ AH BON, IL N’Y AVAIT DONC QUE DES KONGO DANS LES DIFFERENTS MEETINGS DES OPPOSANTS ? D’où sors-tu cette funeste comptabilité ? Tu ne t’es jamais rendu compte jusqu’à ton âge actuel qu’il y a dans ce pays des chansons populaires dans toutes les langues du Congo. Et que tout le monde les chante sans arrière-pensée tribale.

    Tu ne fais donc que fantasmer autour des mots (tel que « ancêtres ») auxquels tu donnes un sens personnel et fantasmagorique. Mais que veut dire pour toi le mot « ancêtre » ?

    ⇨ Les anciens rois du royaume Kongo et de ses royaumes connexes ne sont-ils pas nos ancêtres communs ? Ne s’agit-il pas de notre Histoire commune ? Si non, sous quel prétexte ? Qui est la reine NGALIFOUROU ? Et la prophétesse KIMPA VITA ? Les pères de l’indépendance (YOULOU, OPANGAULT, Félix TCHIKAYA…) ne sont-ils pas nos ancêtres communs ? A ton avis, pourquoi les candidats aux présidentielles (y compris l’assassin SASSOU) sillonnent nos villages pour quémander une soi-disant bénédiction ? C’est incroyable de voir encore des gens afficher une pareille ignorance à notre époque.

    ⇨ Quand les français parlent de leurs ancêtres, le breton pense-t-il qu’il avoir les mêmes ancêtres que le basque, l’occitan ou le chtimi ? Le gaulois pense-t-il avoir les mêmes ancêtres que l’aquitain ?

    ⇨ Aux États-Unis il y a une grande diversité de communautés ethniques du fait qu’ils se sont construits par vagues migratoires successives. A l’exception des amérindiens, la majorité des américains ou leurs ancêtres ont immigré durant les cinq derniers siècles. Mais pensent-ils avoir les mêmes ancêtres.

    ⇨ Les catholiques pensent-ils à un même Dieu selon la langue dans laquelle se dit la messe ?

    On dit souvent qu’il n’y a pas de questions idiotes, mais tu vois bien que les tiennes le sont. Pourquoi ? Parce que, en réalité, tu es un psychopathe (comme ton chef SASSOU), hystérique dès que tu entends chanter en lari.

    Tu n’es vraiment qu’un villageois au sens péjoratif du terme. Ton article est plein de fantasmes sur fond de tribalisme. J’aurais pu en démonter d’autres, mais je m’arrête là pour l’instant. Ton papier de revendication d’une mort cruelle et programmée te poursuivra tôt ou tard.

    Certains jeunes vous ont bêtement suivi dans le passé pour servir de chair à canon ou pour devenir des criminels contre l’humanité, avec des dossiers en attente dans les juridictions internationales. Sachez qu’il n’y a plus d’idiots dans ce pays pour vous suivre comme des moutons. Les congolais du Nord au Sud sont cependant prêts à se battre pour la liberté des générations actuelles et futures.

  27. Comment s'en servir des 3000 à 5000 mercenaires de l'ex dictateur Sassou Nguesso et pourquoi faire?

    Comment s’en servir des 3000 à 5000 mercenaires de l’ex dictateur Sassou Nguesso et pourquoi faire?
    LES MERCENAIRES DE L’EX DICTATEUR SERONT COLLECTIVEMENT CONDAMNÉS A 25 ANS DE TRAVAUX FORCÉS…
    Les 3000 à 5000 mercenaires de l’ex dictateur Sassou Nguesso sont susceptibles d’être utilisés comme une main d’oeuvre gratuite au service de la reconstruction du Congo Brazzaville. https://www.youtube.com/watch?v=ker5rKE2kO0

Laisser un commentaire