«

»

Déc 18 2016

Réaction d’un fervent militant de l’opposition congolaise

militant-opposition

“La grenouille qui veut se faire aussi grosse que la vache‟

Cette fable a été écrite par un écrivain dont la renommée n’est plus à démontrer. Il avait vu juste puisque cette métaphore se manifeste jusqu’à ce jour à travers des faits quotidiens. Il s’agit entre autres, pour mieux te situer, de ta déclaration lors de la seconde convention de l’opposition congolaise. Il y a dans cette déclaration, beaucoup de similitudes avec les vers de cette fable. Aussi, me permettrai-je pour bien expliciter ceux-ci, me remémorer d’un passé encore récent.

Dans ta déclaration, tu mets en relief les emprisonnements, tortures, meurtres, assassinats, bref un spectacle odieux et macabre devenu le quotidien des congolais de 2016.

Monsieur, les horreurs dont tu fais allusion, tu ne les a jamais connus, suscités à une période encore sanguinolente ? Ce n’est pas celle où les armées étrangères, les mercenaires, les milices et les bandits de grand chemin ont bandé fort dans ce même pays ? A cette époque, quel était ton statut ?

Monsieur, tu me diras peut-être, autre temps autre mœurs. Je remarque qu’il ne te faut pas beaucoup de temps pour vite oublier un passé non lointain. Alors, je me pose beaucoup de questions, si en ce temps, Hormis l’option armée, dans ton fort intérieur, pouvais-tu penser qu’il existait d’autres voies de résolution de crises, conflits, que sais-je ? J’en doute.

Cette période là, tu l’as considérée comme faste, monsieur le leader d’un jour, tu devais aider l’opposition à déstabiliser cette machine qui a fait de toi un homme à l’abri de tout besoin matériel.

Oui, tu étais, vivais dans un autre monde. Pourtant, il y avait le bas peuple du sud du pays qui souffrait le martyr du chemin de la croix imposé sciemment par toi et les autres (les affres de la guerre).

Leurs cadres administratifs et politiques, dans ton interprétation du conflit, tu les avais qualifié de génocidaire, alors qu’à mon entendement, les véritables génocidaires étaient toi et les autres et vous vous la couliez douce. Tu as allègrement sans l’ombre d’un doute de ma part, contribué aux horreurs d’antan, dont tu relèves surement la similitude avec celles de maintenant. Peut- on considérer cela comme des aveux ?

Monsieur, dans un des paragraphes de ta déclaration, tu parles d’actes innommables qui caractérisent tes adversaires d’aujourd’hui. As-tu au moins à l’esprit que le bas peuple du sud du pays, principalement celui des quartiers sud de Brazzaville, du PONIBOLEK (Pool, Niari, Bouenza, Lékoumou) a enduré les atrocités indescriptibles, malgré que les autorités politiques de cette époque, considérées comme génocidaires par toi et les autres s’étaient déjà exilés?

Les souffrances infligées à ce bas des quartiers sud de Brazzaville, du PONIBOLEK, étaient-elles moins innommables que celles d’aujourd’hui ? D’ailleurs, d’où te viens le surnom de l’enfant terrible qui t’a été donné et pourquoi? C’en dit beaucoup hein !

Monsieur, toi qui as contribué, en son temps, aux malheurs du PONIBOLEK, tu as choisi de te camoufler pendant que tes lieutenants sont pour certains torturés et pour d’autres emprisonnés ou dans la clandestinité. C’est toi qui viens aujourd’hui avec un discours moralisateur alors que tu as tout fait pour affaiblir l’opposition en prenant des décisions qui donnaient aux autres l’impression d’un homme prêt à en découdre, préparé au pire. Mais au premier coup de feu tu as détalé comme un malpropre. Alors que la couverture de député te donnait une protection. Quel est ce berger, au moindre cri du loup prend la clé de champ en abandonnant ses brebis.

Je suis outré de lire de toi : « face à cette barbarie… ». Mais la barbarie, tu la connais mieux que quiconque puisque tu l’as réalisée à l’égard d’autrui. Peux-tu me dire où sont passés les matsouanistes qui résidaient à Djambala ? Qu’est devenu leur village ? Je sais que ce village a été incendié. Je te laisse face à ta conscience.

Monsieur, « le mal de l’épine dans le pied, n’est ressentie que par celui qui l’a dans son corps ». Ne parles pas de ce que tu n’as point enduré dans ta chair, c’est franchement révoltant. D’ailleurs, peut-on savoir quel était l’aune de ta contribution au martyr vécu par ce peuple des quartiers sud de Brazzaville et du PONIBOLEK ?

Des plateformes Frocad-Idc

A demi mesure, j’accède à certains des points évoqués sur ces deux (02) plateformes, pourquoi ? Parce qu’au sein de ces plateformes, il y a des partis ou associations qui ont pour effectif pas plus de 28 militants et sympathisants. Le leader de chaque entité concernée est une personne qui n’a, à son crédit que soit son passé de bon administrateur, soit ayant un bon bagage intellectuel. De tout leur corps et âme, ces derniers s’arcboutent autour de ces plateformes pour ne point être mis en marge par les véritables leaders politiques, ayant une machine à drainer incontestablement une masse de personnes, comprends par là, des militants et sympathisants naturellement voués à la cause de leur organisation et de leur leader.

Les leaders des partis ou associations, non pourvus d’une base politique conséquente, n’attendent que les opportunités de rencontres politiques, pour s’arroger le droit de parler devant les foules, question de leur dire, vous voyez moi aussi, je suis là avec vous. Déduis avec moi que ceux-là, ne sont au Frocad-Idc que pour leur positionnement social.

Aussi, il faut être franc, clair dans tes propos. Oui, appelons chat par chat et chien par chien. Au sein des plateformes Frocad-Idc, dans la capitale qui est de surcroit l’unité de mesure de la densité des militants et sympathisants, il n’y a pas trop longtemps, je ne comptais, que deux (02) structures politiques draineuses des foules. Comme il n’est pas interdit de rêver, toi qui a écrit cette déclaration, en toute franchise, penses-tu être parmi ces deux (02) ?

Dans l’hinterland par contre, je suis d’accord avec toi puisque les militants et/ou sympathisants, se regroupent sur la base tribale dans les partis ou associations sis dans leur localité. On peut donc compter ton association dans cette catégorie ? Notes le, que même dans la plupart des localités, il ya des partis et associations qui pointent zéro (00) dans leur compteur.

Monsieur, c’est dans ce cas où ces leaders et toi, sans base politique conséquente, s’agrippent fermement aux partis et associations draineurs de foules d’une part, et dans les plateformes, en vue de bénéficier, du quota alloué à la structure principale d’autre part. Monsieur, qu’attends-tu des leaders que l’on peut comparer aux puces agrippées au corps chevelu d’un chien bien dodu, puisque n’apportant rien dans la gibecière commune. Tu devrais t’en prendre à ceux-là au lieu de chercher à titiller les deux (02) banques de sang, pourvoyeuses d’innombrable foule lors des rencontres politiques.

Monsieur, tu t’es largement trompé dans tes stratégies, tu t’étais permis de penser que certains partis et associations te serviraient de marche pied pour accéder facilement au pouvoir. Tel est pris qui croyait prendre. Et comme tu l’avais souhaité, cela ne s’étant pas réalisé, faille-t-il alors fustiger, ceux qui comme toi avaient le droit de conquérir démocratiquement et pacifiquement le pouvoir ? Est-ce que leur place dans la classification de l’ordre de mérite et d’arrivée à l’issue de l’élection présidentielle 2016, continue à te hanter ? Il ne faut pas être un énarque pour comprendre cette donne.

Monsieur, au Frocad-Idc, comme il était impossible d’occuper à grande pompe la rue sans l’apport des deux (02) structures politiques reconnues pourvoyeuses des foules ? il fallait donc pour sauvegarder l’honneur de l’organisation, décréter qu’il y avait péril en la demeure, et alors opter pour la politique d’achat des consciences pour faire le plein des salles, de la rue, lors des rencontres politiques. Pourquoi ne l’as-tu pas fait ?

Monsieur, tu parles de braver le pouvoir, ceci a été fait en son temps, tu souhaitais dans ton agenda caché pérenniser les actes posés à ton profit, parce que à l’instar des autres leaders sans base politique conséquente, il fallait continuer à haranguer les foules pour marquer des points. C’était sans compter sur les stratégies bâties également par les autres.

Monsieur, ne fallait-il pas aussi faire un point sur les compatriotes tombés lors des événements tragiques que je déplore, sur leur état civil, leur origine, la localisation de leur demeure…?

Est-ce que, cette préoccupation a traversé le Frocad-Idc ? As-tu avec tes pairs Présidents du Frocad-Idc, localisés la provenance de toutes ces personnes qui venaient aux rencontres ? Pourquoi ton regard pour l’éventualité de tous événements politiques à organiser à Brazzaville, n’était rivé que sur les personnes des quartiers sud de Brazzaville ?

C’est sur ces considérations que je crois que tu avais choisi et localisé des personnes qui devraient servir de chair à canon. Ainsi, leur absence signifiait l’échec de toute entreprise.

Monsieur, je me souviens des appels à la désobéissance civile ou à des journées ville morte que certains leaders des partis ou associations sans base politique conséquente, lançaient et qui étaient des fiascos à répétition, parce que sans un retour de son favorable de la population. C’est clair et net, n’est pas leader d’opinions ou draineur de foule qui le veut.

Monsieur, je vais être franc avec toi, tu as un complexe d’infériorité en rapport avec le nombre des militants et sympathisants qui entourent les deux (02) leaders qui drainent du monde. Si tu résous cet handicap en acceptant l’évidence, tu seras alors un homme politique avéré.

Mais, rassure toi monsieur, ce que j’ai relaté ci-dessus, en ce qui est des partis et associations politiques des deux (02) plateformes de l’opposition, qui s’agrippent aux mamelles des deux (02) partis politiques pourvoyeurs de grand nombre de personnes lors des activités politiques, il en est de même dans la majorité présidentielle, puisque ces mêmes puces pullulent abondamment aussi en son sein. A celles-là, il faille ajouter les partis du centre et de l’opposition dite modérée dont les leaders agissent en sangsues toujours assoiffées et n’apportant absolument rien dans la gibecière commune de ladite majorité.

De la Charte de la Victoire

Monsieur, que retenir de la charte de la victoire ?

A son article premier alinéa 2, je lis ce qui suit : Par ailleurs, les candidats de l’opposition n’entreprendront aucune action et ne tiendront aucun propos les uns contre les autres.

A son article 2, il est écrit : les candidats de l’opposition à l’élection présidentielle s’engagent à mutualiser leurs ressources et à battre campagne dans un esprit d’unité, de cohésion et de respect réciproque, en vue d’une alternance démocratique et pacifique.

Je parie que certains des candidats à l’élection présidentielle 2016, n’ont pas respecté les dispositions ci-dessus. Qui sont ceux-là qui ont foulé ces clauses ? Tu les connais, j’en suis sûr.

Monsieur, tu te poses la question de qui vous a empêché de parler d’une seule et même voix pour exprimer la volonté du peuple ? Si l’élection présidentielle est à reprendre, accepterais-tu de ne soutenir que le candidat du Frocad-Idc arrivé en première ligne ? Si oui, tu auras trouvé la réponse à ta question.

Monsieur, ce qui est bien en toi, tu reconnais certains actes malsains empreints d’incivisme que tu poses. Tu te souviendras de l’idée de la perspective du candidat unique du Frocad-Idc qui a traversé nos cœurs. Beaucoup de nos frères se sont emplis les poches car des bons donateurs ont fait circuler des billets de banque. C’est bien de parler du corrupteur et du corrompu, il aurait été mieux d’épingler les auteurs corrupteurs.

Monsieur, retient encore que dans le pays où le contrôle administratif et financier est de mise, tu compterais aussi parmi ceux à qui on demanderait d’expliquer les sources de ton enrichissement. En bon démocrate, il faut te préparer à cette éventualité.

Monsieur, je ne suis pas d’accord avec toi quand tu compares certains concitoyens au bétail. C’est une mauvaise lecture de ta part, car les militants et sympathisants que tu as vus pendant les rencontres politiques des plateformes, surtout ceux des deux (02) structures suscitées, étaient fidèlement rangés derrière leur leader respectif, reconnaissant en lui le seul et l’unique timonier de leur navire (parti). Ils devaient adhérer à ses prises de positions. Par contre, la solidarité manifeste à l’endroit des autres leaders singleton sans base politique conséquente, n’était que le signe de respect et de l’application de nos us et coutumes (tradition) ; l’interpréter autrement c’est se tromper allègrement.

Monsieur, la crise postélectorale fruit de la contestation des résultats, est derrière nous. Tu dis : pas de dialogue, pas d’élections législatives. A ton avis, qui doit convoquer le dialogue que tu souhaites de tous tes vœux ? N’est ce pas Denis SASSOU NGUESSO, le Président de la République de fait, installé ? Dire le contraire c’est tromper le peuple.

La question d’actualité serait, à mon humble avis, la situation sécuritaire et dramatique dans le département du Pool. Elle doit trouver inéluctablement une solution salvatrice pour le bonheur du paisible paysan. La balle est dans le camp de tous les politiques du Congo.

Monsieur, à travers un dialogue que nous souhaitons de tous nos vœux, l’on peut y inscrire un point capital concernant l’amélioration des dispositions réglementaires de la gouvernance électorale. Ce point permettra par l’acceptation consensuelle de certaines clauses telles : le découpage électoral, le Recensement Administratif Spécial, la mise à jour du fichier électoral, etc. à décrisper la tension perceptible de la vie politique au Congo. J’ai bon espoir.

L’opposition aura plus à gagner en vivant dans une harmonie de fraternité en se débarrassant de toutes rancœurs.

J’ai dit.

NATA NKUTU YO.

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alors là?

    LES RAISONS DES AFFRONTEMENTS MILITAIRES ENCOURS DANS L’EST DE LA RD-CONGO AU MATIN DU 19/12/2016…

    Les communes de GOMA (Nord-Kivu) et de Bukavu (Sud-Kivu) sont géostratégiques pour la libération du peuple congolais contre le joug des Rwandais ou du Rwandais Joseph Kabila.

    Ces deux communes sont en effet situées aux frontières du Rwanda (pour la ville de Goma) et du Burundi (pour la commune de Bukavu). Le Rwanda s’est enrichi grâce aux trafics illicites des matières premières de la RD-Congo dont l’essentiel de ces trafics passaient par le Nord-Kivu (70% du trafic) et le Sud-Kivu (30%).

    Les affrontements encours sont dans la signification du contrôle de ses frontières stratégiques pour couper le Rwanda de ses ressources illicites.

    Si les résistants prenaient le contrôle de cette frontière, le Rwanda aura alors perdu une grande partie de ses ressources minières spoliées aux Congolais depuis presque 15 ans de Joseph Kabila et ses revenus aussi (le rwanda pourra perde jusqu’à 50% de son P.I.B.

    Le rwanda ne voit donc pas de bon œil la chute de Kabila et a donc intérêt à le soutenir jusqu’au bout. C’est les raisons pour lesquelles, le Rwanda a mis à disposition de Kabila, les hommes en uniforme, les mercenaires, l’équipement et le renseignement susceptibles de sauver coute que coute le régime contre le peuple congolais et la RD-Congo

    Isidore AYA TONGA

  2. MBELO - NKOSSO

    Encore un article sans intérêt. Découlant d’une masturbation intellectuelle hautement TRIBALE.

    L’auteur est largement reconnaissable par son style dégingandé.

    Au lieu de tiré sur Sassou NGUESSO qui massacre ses parents dans le Pool, voilà ce fanatique de KOLELAS qui tire à boulets rouge sur l’opposition.

    Quel est l’intérêt de cet article ? Quel en est l’objectif ?

    Ah les Kongos-Laris ! ! ! Toujours dans la traitrise.

    Après avoir torpillé le mandat légitime et démocratique de LISSOUBA, vous vous trompez encore de cible une fois de plus.

    Votre cupidité immorale n’a t’elle donc pas de limites ?

    L’appel de la mangeoire peut-il absoudre vos défilés en mocassins sur les corps déchiquetés de tous nos morts dans le Pool ?

    Cet article est un fatras d’incongruités qui ne fait que dévoiler le triptyque malsain qui vous anime : Lâcheté – Couardise – Traitrise.

    A qui sert cet article sinon au diable de l’Alima ?

    Continuez de vendre chaque dépouille déchiquetée dans le Pool à votre mentor Sassou NGUESSO dans le seul but de vous enrichir.

    Votre enrichissement personnel ne vaut elle pas tous ces morts ?

    Vous devez sans doute prier Lucifer pour qu’il y ait plus de morts dans le Pool et encore PLUS de richesse pour vous.

    Oui, CONTINUEZ ! PERSEVEREZ DANS LA TRAHISON !

    Le trésor promis par Satan n’est plus qu’à quelques coups de canifs dans le dos des VRAIS OPPOSANTS.

    1. bantu

       » Ah les Kongos-Laris ! ! ! Toujours dans la traitrise. »

      Etes-vous sérieux cher monsieur ? Là, encore, fort heureusement que le premier ministre nommé par Sassou Nguesso, l’homme du hold up électoral, n’ait pas été du Pool sinon qu’aurions nous pas entendu ?

      Où sont ceux qui affirmaient déjà qu’ils étaient au courant de la composition du gouvernement que Sassou comptait former et dans lequel Parfait Kolélas était pressenti premier ministre, voilà pourquoi il aurait déclaré qu’il prenait acte de la décision de la cour constitutionnelle ?

      L’article ci-dessus est bien clair et très limpide comme de l’eau. Il faut que l’on soit animé d’une mauvaise foi pour prétendre ne pas en comprendre le sens. Finalement, le mot d’ordre de la désobéissance civile était destinée à qui puisque sur le terrain, on avait bien vu qu’il y a des zones qui ne l’avait pas respecté ? Et, quand il s’avère que ces mêmes zones sont celles sur lesquelles le prétendu moralisateur actuel régnait alors qu’il nous montre aujourd’hui qu’il est incapable d’y réunir ne serait-ce que 10 jeunes.

       » Après avoir torpillé le mandat légitime et démocratique de LISSOUBA, vous vous trompez encore de cible une fois de plus. » (Pour parler des kongos-laris)

      Et, le moralisateur dont il est question dans ce texte, n’avait-il pas torpillé, non plus, le mandat légitime et démocratique de LISSOUBA ? N’est-ce pas paradoxal de vous en vouloir aux Kongos-Laris en exemptant celui pour qui dont vous voulez prendre la défense qui s’était illustré en véritable guerrier pour défaire ce même régime de président LISSOUBA que les mêmes Kongos-Laris avaient tenté de sauver et pour lequel ils avaient payé un lourd tribut ?

      J’estime que vous avez mal lu l’article. L’article ne fait pas le lit du diable de l’Alima, mais il dénonce une démagogie au sein de l’opposition. Le diable de l’Alima a prouvé qu’il peut s’imposer, une fois de plus, au Congo. Les gens avaient crié que « personne ne touche un seul cheveu du général Mokoko », il est en prison et rien ne s’est passé. Monsieur Sassou Nguesso a fait un hold up électoral et, comme Parfait Kolélas, n’avait pas mis ses militants dans la rue, il ne s’est rien passé non plus.

      Je regrette un seul fait, c’est que le Pool paie, une fois de plus, le prix de sa naïveté de croire en un mouvement d’ensemble, ce qui n’est pas le cas. Et, si la paix dans le Pool devrait passer par là, je ne peux pas condamner la démarche de Parfait kolélas.

  3. WEB2.0 ET DICTATEURS FRANCAFRIQUES: POURQUOI L'INTERNET EN AFRIQUE FRANCOPHONE EST EN DANGER?

    Les coupures intempestives et récurrentes d’internet et la suspension abusive des médias et réseaux sociaux en Afrique francophone deviennent les problèmes des libertés fondamentales et du développement de la culture du numérique et de l’e-commerce en Afrique noire francophone. http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/12/web2.0-et-dictateurs-francafriques-pourquoi-l-internet-en-afrique-francophone-est-en-danger.html

  4. WEB2.0 ET DICTATEURS FRANCAFRIQUES: POURQUOI L'INTERNET EN AFRIQUE FRANCOPHONE EST EN DANGER?

    De la civlisition0.0 à 1.0 à la civilisition2.0, 3.0, 4.0 et 5.0 et puis !!! Explication par Isidore AYA TONGA…

    De 1997 à 2000: années de vulgarisation et de popularisation d’internet ou du numérique à l’échelle Française, européenne et ou occidentale.
    De 2001 à 2002: la bulle internet (surchauffe) ou les années de la première crise d’internet.
    De 2003 à 2004: années de gestion de la crise d’internet, de restructuration de connexion internet et du marché du numérique.
    De 2005 à 2010: virage internet total: création de nombreux médias et réseaux sociaux et développement de l’e-commerce ou de l’économie numérique (start up).

    De 2010 à 2016: industrialisation d’internet (data centers), internet à la vitesse de la lumière, élargissement planétaire de la sphère internet, optimisation des médias et réseaux sociaux, du modèle économique du numérique (e-commerce, internautes, mobinautes, bases de données, profils comportementaux, géolocalisation, publicités, abonnement, etc).

    La protection et l’utilisation des données numériques personnelles, le droit à la vie privée et le droit de sortie d’internet (droit à l’oubli).
    On parle désormais de lutte contre la cybercriminalité (les moyens de paiement sur la toile, hackers, de pirates internet, etc) et de lutte contre le terrorisme sur le net en particulier sur les réseaux sociaux et images.

    Les internautes et mobinautes passent l’essentiel de leur temps sur internet – ils sont désormais formatés au numérique et leur cerveau a changé – Les nouvelles technologies de l’information éveillent plus que jamais la curiosité, l’esprit et la personnalité de ces utilisateurs addictifs ou non du numérique.
    Les gens communiquent beaucoup plus, mais la plupart de ces échanges sont médiatisés par Internet et le téléphone mobile. De surcroit, les internautes et mobinautes ont moins de proximité corporelle et d’échanges ou de dialogue avec leurs proches que par le passé.
    La génération hyper-visible…
    La génération hyper-visible se compose essentiellement d’internautes qui ont toujours vécus sous le regard public depuis la publication sur la toile de l’échographie de leur embryon, à huit semaines. Ils adorent partager leur vécu – leur journal intime, la liste de leur petit(e)s ami(e)s, leurs dernières photos de vacances- avec la Terre entière, sur des réseaux sociaux et images….

    Nous étions à peine rentrés de nos vacances en famille que mes filles de la génération hyper-visible avaient déjà mis sur Internet toutes leurs photos de nous en maillot de bain.
    Dès que leur mère de la génération visible l’a su, elle les a supprimées plus vite que ne l’aurait fait un censeur du gouvernement chinois.
    La génération hyper-visible adore étaler sa vie et passe son temps à envoyer aux amis des messages sur les réseaux sociaux (facebook, twitter, etc) pour raconter ce qu’elle fait en temps réel.
    2017 à 2030 verra se poursuivre l’élargissement planétaire de la sphère du numérique, des médias et réseaux sociaux, sons et images, et de l’économie numérique.

    Dès 2037 et plus: de la civilisation2.0 à la civilisation3.0 : télénaute, domonaute totale (domicile totalement connecté), cognitivinaute (connexion et utilisation d’internet par fonction cognitive).
    L’extension d’internet comme système cérébral artificiel de caractère planétaire et le développement de nouveaux multimédias amplifieront les tendances en cours.
    Jusqu’à l’arrivée de la deuxième crise internet de 2032, nous assisterons d’ici là
    – au développement de la télévision connectée à internet (tv+internet).
    – à la vulgarisation au grand public par l’instruction ou l’éducation, du code informatique (cryptage, numérisation).
    – à la réduction de la fracture numérique à l’échelle planétaire.
    – à la saturation de l’offre internet dans l’espace et le temps: création exponentielle de sites internet avec une demande limitée en termes de marchés et de pouvoir d’achat.
    Nous pourrons alors dès 2032 vivre la plus grande crise du numérique et 3 ans de restructuration du numérique seront nécessaires pour ajuster.
    Nous entrerons dans une ère nouvelle : celle de la civilisation 3.0 à la civlisation4.0, 5.0 et 6.0 et cela dès 2100 et plus encore…

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2016/12/web2.0-et-dictateurs-francafriques-pourquoi-l-internet-en-afrique-francophone-est-en-danger.html

  5. bantu

    A mes chers parents du Pool,

    Réfléchissons à une autre façon de faire la politique que de nous laisser manipuler et embarquer dans ces alliances marchés de dupes où, en fin de compte, c’est le Pool qui en pâtit.

    Avant la nomination de Clément Mouamba au poste de premier ministre du gouvernement de Sassou Nguesso, des tracts ont été lancés à travers la toile comme quoi c’est Parfait Kolélas qui sera nommé premier ministre, voilà pourquoi il aurait trahi. Mais, trahi quoi ? Pour avoir dit que je prends acte la décision de la cour constitutionnelle ? Ne peut-on pas prendre acte d’une décision à laquelle l’on ne peut rien changer compte tenu d’un rapport de force défavorisant ?

    Supposons maintenant que Parfait Kolélas soit réellement un traître. Mais, que font les non traîtres ? Ont-ils mobilisé leurs militants et descendre dans la rue pour exiger la libération des autres opposants incarcérés à tort ?

    Parfait Kolélas a dû se rendre compte bien après qu’il s’est laissé embarquer dans une histoire où il y a eu trop d’hypocrites tout autour. Et, Dieu merci, qu’il n’a pas été comme son père qui vilipendait le régime de Sassou depuis l’exil pendant les déchus upadésiens se la coulaient douce avec comme conséquences tragiques pour le Pool les événements du 18 Décembre 1998 et son corollaire qui n’avait été rien d’autre que le prolongement de la guerre dans le Pool.

    Le 04 Avril 2016 a été pour Sassou Nguesso, la tentative de reproduire le scénario du 18 Décembre 1998, mais Parfait Kolélas et NTUMI ne lui avaient pas donné l’occasion de réaliser ce complot. Mais, ayant toujours, plus d’un tour dans son sac à malices, il a tout fait de trouver un autre prétexte comme nous le voyons dans la fable » Le loup et l’agneau » de Jean De LAFONTAINE en menant une campagne punitive dans le Pool alors que le porte parole de son gouvernement annonçait une enquête qui devait être ouverte. Comment peut-on donc désigner un coupable de facto sans attendre les résultats d’une enquête annoncée ?

    La politique, ce n’est pas de la surexcitation, mais malheureusement, au Congo, nous comptons plus de surexcités. Et, malheureusement, le Pool se laisse prendre à ce jeu et voilà où est ce que nous en sommes maintenant.

    Parfait Kolélas s’est certes ressaisi, mais il était déjà trop tard, le loup » Sassou » est déjà entré dans la bergerie qu’est le Pool. Que faire maintenant ? Ma question demeure encore sans réponse à cet instant.

  6. colonel Odzoukou

    la réponse est devant toi il faut prendre les tchiata et autres nfikila

    1. bantu

      N’tchiata et autres finkila pour aller libérer le général Mokoko ?

Laisser un commentaire