«

»

Sep 21 2017

Monde du travail : Firmin Ayessa appelé à désamorcer la « bombe » sociale

Le monde du travail congolais est en ébullition. Presque toutes les administrations à budgets de transfert accusent de nombreux mois d’arriérés de salaires. Dans le privé, la situation n’est guerre meilleure. De nombreuses entreprises licencient à tour de bras, parfois sans payer les droits des travailleurs licenciés. La situation devient quasiment intenable, la colère gronde.

Réagissant à la situation des travailleurs congolais, la présidente de l’Union des syndicats du Congo (USC), Anne-Marie Nzila, a exhorté le vice-Premier ministre, Firmin Ayessa, à prendre en compte toutes les couches sociales pour éviter une situation explosive, et pour ne pas  trouver des prétextes des grèves politiques, « alors que les gens font des revendications justes et légales ».

Anne-Marie Nzila a expliqué que le gouvernement devrait impulser la concertation pour être à l’écoute réelle des salariés, en vue de prendre en compte leurs attentes légitimes. « Ce qui conduirait à l’implication de toutes les confédérations et syndicats professionnels, sans discrimination, dans un large dialogue social, donc inclusif », a-t-elle souligné.

La présidente de l’USC a estimé qu‘au niveau de sa formation syndicale, la situation des travailleurs était morose. « Pour trouver une issue à cette situation, il faut qu’il y ait l’implication des travailleurs. Nous avons le cas du CHU de Brazzaville, de l’Université Marien Ngouabi, de la STPU. Bientôt ce sera le cas de la SNE ou de la SNDE dans le cadre des réformes », a-t-elle soutenu.

Anne-Marie Nzila a salué l’initiative du vice Premier ministre qui a commencé déjà à recevoir les syndicats.

Sur la mise en garde du président de la République sur les grèves, Anne-Marie Nzila a souligné qu’un ventre affamé n’avait point d’oreille. « Il n’y a pas de grève politique. Si nous ne réglons pas les choses telles qu’elles commencent à toucher les secteurs stratégiques, on risque d’embraser le pays », a-t-elle prévenu.

Bertrand BOUKAKA

 

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Firmin Ayessa et Clément Mierassa et puis dans la nasse des ténèbres sassou Nguesso, à suivre

    Anthropologie – écosystèmes- cycles de vie énergie/matière – sciences – médecine – technologies – ethnologie – philosophie – cultures – droits des peuples – nouvelles synthèses sociétales et enjeux éducatifs sur un réseau global Oui, l’inégalité entre couches sociales, traditions, cultures, sociétés et civilisations n’est pas fondée sur la nature – elle réside dans l’éducation ou l’information qu’on donne à l’individu ou plutôt dans celle qu’on lui refuse Ceci est un cas de prise de conscience universelle au niveau philosophique, politique, économique, social, culturel, écologique et sociétal Élevons ensemble la raison ( savoir juger par soi-même et pouvoir gérer soi-même son cerveau) Éveillons en nous l’esprit humain (l’esprit critique), car celui ou celle qui n’accepte pas la critique n’avancera jamais Oui, la critique aiguise l’intelligence et l’éveil de conscience Je pense que la conscience de l’individu devrait être au dessus de l’appartenance Quant à l’éducation, elle devrait transmettre de manière positive l’esprit même de la liberté, de la justice et des valeurs morales Depuis presque 10 millions d’années, le cerveau humain et son comportement ont évolué dans l’espace et le temps ; l’humain est passé d’abord d’un stade animal (le sauvage) au chaînon manquant (entre le sauvage et le barbare) et puis au stade inférieur d’humanité (le barbare). Il a enfin évolué vers le stade d’humanité (l’évolué, le raisonnable, le conscient de ses actes, de ses habitudes, de son comportement et de leurs valeurs morales, la barrière entre le bien ou le mal) Le stade d’humanité commence d’ailleurs par le respect de l’intégrité physique, de la dignité et de l’autonomie de la personne humaine –Et tout en cherchant à faire ressortir et à analyser le contenu social, moral et philosophique du caractère sacré de la vie humaine. On ne peut par ailleurs parler de stade supérieur d’humanité que pour un être qui s’est affranchi de la sauvagerie, de la barbarie et des barrières de la raison et de la conscience – c’est à dire en cours et ou en devenir d’être civilisé L’idée du civilisé peut être interprétée sur différents aspects humanistes, amoureux, philosophiques, politiques, socio-économiques, cultuels, culturels, écologiques et sociétaux sur différentes échelles D’ailleurs en 1794, dans « Esquisse d’un tableau des progrès de l’esprit humain » de Condorcet, l’idée du civilisé désignait les progrès accomplis par l’individu dans une nation ou société donnée Il fut possible de passer de la barbarie, à l’état de droit, de citoyen, de civil ou de civilisé, quel que soit le droit positif en vigueur ou les autres facteurs locaux tels que la tribu, l’ethnie, la nationalité ou la religion Pensé par Isidore AYA TONGA, intellectuel congolais, philosophe naturaliste et scientifique naturaliste environnementaliste http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/09/clement-mierassa-est-il-pris-dans-la-nasse-de-l-insalubrite-intellectuelle-et-politique-de-sassou.html

  2. Annasi

    Bienvenue sur le meilleur site de rencontres sexe http://wantsdate.com

  3. AFFAIRE POLITICO-CRIMINELLE

    L’EAU POTABLE A BRAZZAVILLE ET A PARIS : DEUX DÉFIS – L’UN MACHIAVELIQUE ET L’AUTRE TECHNOLOGIQUE … ET PUIS…

    L’hécatombe de la condition humaine au Congo: l’insalubrité de l’eau et l’empoisonnement de l’eau déjà insalubre. « Pendant 18 ans, les congolais ont toujours bu, mangé et se sont lavés avec de l’eau souillée par les excréments et urines du dictateur Sassou Nguesso et de ses enfants Christel et Claudia  » – ces pratiques criminelles existaient déjà Sassou Nguesso I ( 1979-1991) et ensuite pendant Sassou Nguesso II (1997-2016…) !C’est Jean Dominique Okemba (le neveu et patron des services secrets congolais ou de la tyrannie des Nguesso) qui me faisait parvenir les excréments et les urines du président Sassou et quant à ses enfants, eux même me les déposait dans des boîtes.Il arrivait parfois que mon client m’instruise de travailler au cas par cas sur certains dignitaires du régime afin qu’il les domine mystiquement c’était ses propres collaborateurs ( civile et militaire) aussi de l’opposition et de la société civile.MISE AU POINT DE TANDJA BACHIRJe suis Tandja Bachir du Niger. Suite à tout ce qui se dit au sujet de ma personne en rapport avec le président Sassou, je fais cette mise au point en raison des contrevérités qui me reviennent, je me vois obliger de déroger à l’omerta qui est pourtant la règle dans notre métier de medium.J’espère bien que mes collègues du corps ne m’en tiendront pas rigueur.

    Je rappelle que je suis marabout de profession, je suis de nationalité Nigérienne (Niger). Cette activité est la principale source de mes revenus. Loin de me vanter, je puis affirmer faire partie des 3 plus puissants marabouts du continent dans le domaine de la DOMINATION.Dans mon travail, je fais usage des techniques de la science à ma portée pour répondre aux attentes des clients contre rémunération de mes prestations. Nous ne faisons pas exception de personne et sommes disposés à travailler pour tout potentiel client qui nous consulte comme cela se passe entre médecin et malade.C’est dans ce contexte qu’il sied de situer des rapports avec le président Sassou qui avait, comme tant d’autres avant lui, librement sollicité mes prestations en envoyant son proche collaborateur Mr Tsienzel me chercher au Niger le 21 décembre 1997.Je confirme avoir travaillé pour mon client qui est le président Sassou de décembre 1997 à avril 2015.

    D’emblée, j’affirme que pendant toute cette période, il n’y a en ce qui me concerne, aucun sacrifice humain.

    Néanmoins, pour le travail de Domination demander par mon client, j’ai eu recours au rituel dit de l’eau mystiquement travailler .Ce rituel consistait a recueillir les excréments et les urines de mon client, le président Sassou que je mélangeais avec d’autres objets mystiques que je déversais par la suite après incantation nocturnes dans les usines d’eau de la SNDE sous forme de produit, à Brazzaville et à Pointe noire.A partir de 2001, le rituel avait été etendu à l’eau de Dolisie où j’y avais été conduit par l’avocat Pierre Mabiala, sans toutefois confirmer s’il était au courant des détails de ma mission.En début de l’année 2002, les instructions avaient été données par mon client de travailler mystiquement pour que ses enfants puissent dominer également et à cela je commencé a ajouter également les excréments et les urines de ses enfants, Denis Christel et Claudia. Le rituel avait lieu deux fois par semaine.C’est Jean Dominique Okemba qui me faisait parvenir les excréments et les urines du président Sassou et quant à ses enfants, eux même me les déposait dans des boîtes. Il arrivait parfois que mon client m’instruise de travailler au cas par cas sur certains dignitaires du régime afin qu’il les domine mystiquement c’était ses propres collaborateurs ( civile et militaire) aussi de l’opposition et de la société civile.J’ai encore souvenance de mes deux derniers travaux qui avaient pour cibles Mrs Tsaty Mabiala, Dzon, Mierassa, Mpouelet, Okombi Salissa ,Parfait Kolelas ect…mais qui n’ont pas connu leur achèvement suite à un désaccords survenu entre mon client et moi en presence de Mr Yoka, désaccord sur lequel je reviendrais plus bas.Il apparait donc clairement jusqu’ici que je n’ai ôté la vie humaine des congolais . Mais je parle pour mon cas. Je n’en sais rien pour ce qui est des autres marabouts engagés par mon client.Nous étions environ une quinzaine de marabout et personne de nous ne savait ce que faisait l’autre.Pour ce qui est de la mort de feu Monseigneur Nkombo, paix a son âme, je n’y suis pas du tout lié . Je sais seulement qu’au bout d’un certain temps, je ne sais par quel moyen, le prélat se trouvait être au courant de la pratique du rituel de l’eau. De la, a lier sa mort au fait qu’il détenait cette information, je ne peux l’affirmer.Concernant la somme d’argent qui m’avait été versé par mon client fin mars, celle ci représentait le solde cumulé de mes honoraires pour le travail de Domination mené avec brio.Dans notre monde des marabouts, ces sont les résultats qui parlent. Et ici , n’a-t-il pas régné sans partage pendant 18 ans sur tout le pays ?Le denier paiement reçu par moi n’était donc pas, comme le prétendent certains membres de l’entourage de mon client, destiné au travail pour la PRÉSIDENCE A VIE, travail pour lequel je ne serais pas à la hauteur au regard des difficultés que mon client rencontre pour ce projet et cela ne relève pas de mon domaine , moi c’est la domination.A ce sujet, un profond désaccord était survenu entre mon client et moi. De mon côté , je lui proposais de travailler mystiquement pour une retraite dorée et adulée par toute l’Afrique et faire de lui, un peu comme un second Mandela pour l’histoire. Il suffisait pour cela, simplement d’adapter le rituel a cette nouvelle tache.Une telle vision est porteuse de paix et d’amour dans toutes les couches sociales du pays. Donc une véritable aubaine pour un plus grand rayonnement du pays tout entier. Mais à ma grande déception, il tomba aussitôt dans un état de total désarroi et insista sur sa vision de la Présidence a Vie.Ayant certainement constater mon manque d’enthousiasme pour ce plan.

    Il m’ordonna d’aller me reposer un temps et qu’il me contacterait ultérieurement. Sur ce, je pris congé de lui en présence de Mr Yoka et de Mr Jean Dominique Okemba le 15 avril 2015.J’aurais appris, qu’après mon départ, mon client se serait tourné du cote du Grand Centre Mystique de Calcutta et que les premières estimations pour un travail complet de Présidence a vie s’eléveraient à 2 milliards $ en argent et de 10 000 âmes en sacrifices humaines.J’ignore à ce jour le point atteint par leurs négociations. Par cette mise au point, je coupe court a toutes les fausses rumeurs de sacrifices humains, d’implication dans la mort du prélat et de réception d’une colossale somme d’argent pour un travail de présidence à vie pour lequel je ne serais point a la hauteur….Quant au rituel dit de l’eau mystiquement travailler , ma conscience, même devant Allah, demeure tranquille, car cette pratique n’est pas de nature a donner la mort a quelqu’un. Et j’étais d’autant plus réconforté par mon client qui me rappelait qu’il avait recouru a ce rituel pour obtenir la stabilité nécessaire qui lui permettait de travailler en toute tranquillité, car pour mon client les Laris étaient trop têtus. Je ne trouvais pas cela méchant puisqu’au final, c’était pour le bien être de son peuple.source: congo révélations https://www.youtube.com/watch?v=DbvdczQjdHA&feature=youtu.be

  4. La sentence Divine est le jugement de Dieu

    Dans quel pays intimide t-on les travailleurs par des mises en gardes, à ne pas revendiquer leurs droits de salaire?
    Vraiment ce Sassou là se prend pour un dieu au Congo! Ils ont tout pillé, voler pour le seul intérêt de leur clan, laissant le peuple en agonis et aujourd’hui, plus rien ne marche parce qu’ils avaient voulu défié le Dieu suprême, en imposant un référendum anticonstitutionnel, en volant les élections que eux-même ont organisé parce que battu dès le premier tour avec 8 pour cent.
    Et vous voulez que tous périssent aujourd’hui ou souffrent! Ha non, le peuple dit non, vous devriez rendre des comptes puis traduit en justice le jour ou le peuple se décidera de vous bouter dehors, sou-peu !

Laisser un commentaire