Cuba accuse le Congo d’irresponsable et menace de refouler vers Brazzaville ses étudiants

Les autorités cubaines, ont compris suite aux protestations des étudiants congolais dans l’Île, d’être en face d’un partenaire totalement irresponsable et peu soucieux de ses étudiants. La police cubaine a été obligée de faire usage de la violence pour calmer les ardeurs des 2000 étudiants du Congo qui revendiquent 27 mois de bourse. La Havane étudie mettre fin à cette coopération à problèmes.

On a pu entendre des Cubains que même la Guinée Bissau ou le Mozambique, pays pourtant pauvres s’occupent mieux de leurs étudiants que le Congo. Le journal cubain «  diariodecuba.com » affirme que les séances de travail entre les étudiants d’une part et l’ambassade du Congo d’autre part sous la médiation des autorités universitaires ont tourné au fiasco à cause de la méfiance des premiers qui ne croient plus du tout aux promesses de Brazzaville.

Ces promesses selon le même journal, ont été considérées par les étudiants comme une grosse moquerie. Les près de 1825 étudiants issus du nord sur les 2000 affirment avoir compris enfin que Sassou Nguesso est le véritable mal du Congo.

Junior Bokaka, l’un des représentants des étudiants ne comprend pas comment un chef d’État qui rêve de l’émergence peut-il se moquer des futures ressources humaines de son pays, envoyées dans un pays communiste où aucune activité lucrative n’existe presque.

Dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, on peut facilement constater comment les étudiants s’affrontent aux policiers cubains et clament leur ras-le-bol. Un policier a même pointé son arme sur l’un d’eux.

Pour Juan Antonio Martinez, cadre au ministère de la coopération, le Congo est l’unique pays qui a toujours causé des problèmes à Cuba ces dernières années, que même l’Angola au plus fort de la guerre civile n’a pu causer.

Cuba a été obligé de rapatrier ses médecins d’Oyo à cause du non-respect des accords par les autorités congolaises qui ne leur versait leurs émoluments.

«  27 mois sans bourse est une aberration totale, surtout quand il s’agit des futurs médecins d’un pays. Un pays incapable de soigner sa propre population est un État voyou » a estimé Juan Antonio Martinez.

L’ambassade du Congo à la Havane a confondu les étudiants aux militants affamés et analphabètes de Brazzaville qui croient encore aux promesses démagogiques et tarissent d’éloges leurs bourreaux.

«  Chaque jour, l’idée d’arrêter cette forme de coopération avec le Congo est évoquée et si cela perdure, il serait peut- être de renvoyer tous les Congolais chez eux » a renchéri Juan Antonio Martinez.

Pour survivre, certains étudiants sont devenus des grands danseurs dans certains bars de la ville et les filles à la recherche des touristes. Le choix tribal qui a caractérisé le voyage de ses étudiants anime les débats sur les réseaux sociaux. Certaines langues soutiennent que sur les plus de 2000 étudiants présents à Cuba 1825 seraient du nord du pays.

Anonymous

6 thoughts on “Cuba accuse le Congo d’irresponsable et menace de refouler vers Brazzaville ses étudiants

  1. CONGO PAYS IRRESPONSABLE ! Le mot est lâché et il n y a rien à redire.

    – Ils bâtissent des cathédrales dédiées à des « saintes » de la famille, avec l’argent du peuple.
    – Ils organisent des voyages inutiles au Sénégal et au Rwanda aux frais de la république.
    – Ils organisent des ripailles à Oyo à chaque occasion à coût de milliards…
    Et pendant ce temps là,
    – les salaires sont impayés
    – les bourses des étudiants ne sont payées ni sur place, ni à l’étranger.
    – les « députés » sont muets comme des carpes sur le drame des étudiants congolais à Cuba qui sont poursuivis par des chiens policiers.

    QU’ATTENDONS NOUS ENCORE POUR METTRE FIN AU REGNE DES MBOCHIS AU POUVOIR, CES INCAPABLES, PAR TOUS LES MOYENS NECESSAIRES ???

  2. Aux dernières nouvelles (source: « les dépêches de Brazzaville »), Jean-Claude NGAKOSSO et son congénère Bruneau ITOUA, tous deux Mbochis, vont se rendre à Cuba pour essayer d’éteindre le feu qui y brûle chez les étudiants en médicine. Comme ça, ils pourront leur parler directement en Mbochi vu qu’ils sont à 99% Mbochis. Il ne manque que IBOVI, le principal organisateur du choix sélectif tribal d’étudiants Mbochis pour Cuba.

    Entre nous, qui reprocherait quoi que ce soit aux Congolais qui diraient : « CE SONT LEURS ENFANTS, QU’ILS SE DEMERDENT » !

  3. S’il faut lutter contre le pouvoir faisons le de manière conventionnelle. Parfois quand je lis les commentaires des uns et des autres j’ai l’impression d’entendre une chose et son contraire à la fois. Ce qui se passe est en effet très grave, il ne s’agit pas des étudiants Mbochis je ne sais quoi d’autres ethnies, il s’agit des congolais qui souffrent dans un pays étranger alors qu’ils y sont pour les études. La situation est inadmissible, le gouvernement congolais est un gouvernement voyous. Mais évitons d’ethniser la situation.

  4. Mon cher Chris NOHNNY BATELA,

    C’est aux « gouvernants » qu’il faut dire « d’éviter d’ethniser la situation ». C’est eux qui ont fait le tri sélectif tribal pour la formation d’étudiants en médecine à Cuba au profit d’étudiants Mbochis. 1825 sur 2000, c’est à dire 91,25 % ! Est ce que le dire et le dénoncer, c’est « ethniser la situation »?

  5. Et j’ajoute
    Demandez donc à IBOVI quel a été le critère retenu pour la selection des étudiants congolais en médecine à Cuba et vous comprendrez qui a « ethniser la situation ».

Laisser un commentaire