Affaire Paulin Makaya : Main noire politique ou simple démarche administrative ?

Libéré de la maison d’arrêt centrale de Brazzaville depuis le 17 septembre dernier, le Président d’Unis Pour le Congo, Paulin Makaya,  a été pour une seconde fois interdit par la police des frontières de l’aéroport International Maya- Maya, de quitter le territoire national, au motif qu’il doit impérativement présenter son passeport congolais. Vrai motif ou véritable alibi?

Après sa libération de la maison d’arrêt centrale de Brazzaville après trois ans de prison, Paulin Makaya voulait se rendre en Grande Bretagne via Paris le 28 septembre dernier, la police des frontières installée à l’aéroport international Maya- Maya, lui avait interdit de quitter le territoire national au motif qu’il devrait prouver sa nationalité. « Le vendredi, 28 septembre dernier le Président Paulin Makaya, qui voulait se rendre à Londres via Paris par le régulier Air France, avait reçu une fin de non recevoir de la part de la police des frontières de l’aéroport international Maya- Maya. A son arrivée sur ces lieux, cette police qui a commencé à contester son identité, lui dit qu’il était connu sous le nom de Paulin Makaya et non par le nom de Paulin Victor Koutimpa Makaya. Pour prouver son identité, le Président Paulin Makaya leur a présenté son acte de naissance, son certificat de nationalité, son casier judiciaire, son attestation de sortie de la maison d’arrêt centrale de Brazzaville signée par son Directeur le Commandant Destin Oba Apounou. En dépit de toutes ces pièces à conviction qu’il a produites, celle- ci a tenu mordicus, en lui disant d’aller voir le Maire de la localité où il est né ou d’aller voir le Procureur de la République afin que sa nationalité soit certifiée. Un des agents de la force de l’ordre qui était présent sur les lieux, nous dit ouvertement que nous avons reçu des instructions du haut sommet. Le Président Paulin Makaya doit avoir une autorisation de sortir hors du territoire national. Sans s’agiter, le Président Paulin est rentré chez lui. » En témoigne une source proche de Paulin Makaya qui a parlé sous couvert d’anonymat.

Contacté par notre rédaction afin de nous apporter les plus  amples informations sur cette affaire qui défraie la chronique, Paulin Makaya martèle : Quand j’ai donné mon passeport britannique à la police des frontières, à ma grande surprise, j’ai constaté que les officiers s’agitaient. Ils m’ont dit ceci : Monsieur Paulin Makaya, vous savez que vous ne pouvez pas sortir ? Il vous faut une autorisation de sortie. J’ai brandi mon autorisation de sortie de la maison d’arrêt ainsi d’autres documents y relatif à un des officiers, qui m’a dit ouvertement qu’il faut attendre parce que nous devons d’abord contacter la hiérarchie.

Interrogé par la Radio France Internationale afin d’apporter des éclaircissements sur l’interdiction de Paulin Makaya à quitter le territoire national, le Ministre de l’Intérieur Raymond Zéphirin Mboulou a demandé à Paulin Makaya de prouver sa nationalité. Réaction normale ou contour politicien ? Pour les partisans de Paulin Makaya, une telle question ne peut se poser dans la mesure où Paulin Makaya est détenteur d’un certificat de nationalité qui fait partie des preuves susceptibles d’attester la nationalité d’une personne. Comme le souligne très clairement la Loi numéro 35- 61 du 20 Juin 1961 portant code de la nationalité congolaise à son article 7 : Est congolais l’enfant né d’un père et d’une mère congolais. Or Paulin Makaya, fils de Makaya Paul et de Bouanga Cécile est de père et de mère congolais. De même, l’article 96 de la même loi ajoute que le certificat de nationalité indique, en se référant aux titres I et II du présent code, la disposition légale en vertu de laquelle l’intéressé à la qualité de congolais ainsi que les documents qui ont permis de l’établir. Il fait foi jusqu’à preuve de contraire. « Tout le monde peu importe son statut, doit se soumettre à la loi. On ne peut faire subir des derniers outrages à la loi sous prétexte qu’on est aux affaires, sous prétexte qu’on occupe des hautes fonctions au sein de la sphère politique. » Souligne un des militants de l’UPC.

Paulin Makaya n’est pas un personnage politique qui sort du néant. Il est parmi ces jeunes dynamiques des années 90 qui avaient crée la JMCDDI. Il a aussi grandement œuvré et travaillé au sein de l’alliance URD- PCT et Apparentés avant de créer l’ERRDUN pendant la guerre civile de 1997. C’est quelqu’un qui a travaillé pendant longtemps aux côtés du Président Bernard Kolélas d’abord comme un des fondateurs de la JMCDDI, membre du Bureau Politique du MCDDI, Conseiller Spécial du Président Bernard Bakana Kolélas pendant son bref séjour à la Primature et aussi comme Directeur de son cabinet pendant son long séjour en exil. Les personnalités comme Clément Miérassa, Michel Mampouya, Landry Kolélas, Guy Brice Parfait Kolélas, Hellot Matson Mampouya, Bernard Tchimbambéléla, Christ Walembo, Docteur Boukaka Ouadiabantou, Mélanie Ibouritso, Luc Adamo Mateta, le Président Dénis Sassou ainsi que d’autres anciens hommes forts de l’alliance URD- PCT et Apparentés qui sont encore en vie, connaissent bien qui est Paulin Makaya ? Elles savent très bien que Paulin Makaya est de nationalité congolaise. A t- on appris.

Aujourd’hui, en voulant tenter pour une seconde fois de quitter le territoire national pour Londres via Paris, on lui  a encore interdit de sortir hors du périmètre congolais. Cette fois- ci, la raison avancée par le Ministre Mboulou qui est intervenu sur les antennes de la RFI est que Paulin Makaya doit présenter son passeport congolais parce qu’il est responsable d’un parti politique. Force est cependant de souligner que ces propos du Ministre Raymond Zéphirin Mboulou sont en contradiction avec la loi fondamentale. De même, avec la loi sur les partis politiques qui n’a prévu aucune disposition allant dans ce sens. Aucune disposition constitutionnelle ni la loi sur les partis politiques demande aux responsables des partis politiques ayant une double nationalité, de présenter d’abord leurs passeports congolais avant de quitter le territoire national. D’ailleurs, la constitution du 25 Octobre 2015 à son article 19 est claire à ce sujet : La citoyenneté congolaise est garantie par la loi. Tout congolais a le droit de changer de nationalité ou d’en acquérir une seconde. « Que le Ministre Mboulou nous brandisse cette loi qui demande aux Responsables des partis ayant une double nationalité de présenter d’abord leurs passeports congolais avant de quitter le territoire national ? N’y a-t-il pas des autorités politiques de la République qui ont une double nationalité voire même une triple nationalité, qui utilisent leurs passeports étrangers pour se rendre soit en France ou ailleurs ? Il y a des responsables des partis politiques qui ont la double nationalité et, personne n’en fait large échos. Mais pourquoi, aujourd’hui, quand il s’agit du Président Paulin Makaya, on lui complique la culotte ?  Si, comme le soulignent certains compatriotes sur la place publique que le problème Paulin Makaya n’a rien à avoir avec le politique et qu’il doit juste se conformer à la loi parce qu’il s’agit seulement d’une simple formalité administrative. Alors, pourquoi lui exiger impérativement une autorisation de sortie avant de  quitter librement le territoire national pendant qu’aucune disposition constitutionnelle n’a prévu cet aspect?

Il va sans dire, qu’au regard de plusieurs faits vécus allant à l’encontre de la loi fondamentale, que bon nombre des textes et des lois qui sont prises par ceux là qui ont l’effectivité du pouvoir, ne s’appliquent qu’aux faibles et non forts. Nous assistons cependant à une prise des mesures sélectives destinées à neutraliser les faibles et protéger les forts. Comme le souligne clairement notre confrère Cocorico dans son numéro de parution 072 Avril 2014 : Mathias Dzon, Guy Romain Kinfouissa et Maître Massengo Tiassé qui voulaient voyager l’étranger, ont été empêchés de sortir du territoire national sous le fallacieux prétexte que, jusqu’à la fin de l’enquête sur les événements du 16 décembre 2013, aucun responsable politique ne peut sortir du Congo. Pendant ce temps, Pierre Ngollo, Secrétaire Général du PCT est libre d’aller et de venir. Deux poids, deux mesures. « Mon père est victime des tracasseries et manipulations politiques. Toutes ces tracasseries sont faites à dessein. C’est une volonté manifeste de nuire. Pendant que la constitution du 25 octobre 2015 à son article 20 mentionne que le domicile est inviolable. Il ne peut-être ordonné de perquisition que dans les formes et les conditions prévues par la loi, à ma grande surprise, le 30 Octobre 2015, la force publique qui n’avait aucune autorisation de perquisitionner notre demeure, était venue avec 19 BJ accompagnés des hommes cagoulés qui ont pillé et volé chez nous sans que les autorités de la place n’interviennent. Même, la plainte contre X qu’avait déposée mon père, n’a jamais connu, jusqu’à présent de suite. » Raconte Russell Makaya.

La constitution du 25 octobre 2015 à son article 22 dit que tout citoyen a le droit de circuler librement sur l’ensemble du territoire national. Il a le droit de sortir librement du territoire national et d’y revenir sauf si cette liberté fait l’objet de restriction par voie judiciaire ou administrative. Malheureusement, cette disposition constitutionnelle semble être affectée au pays des allongés par ceux- là qui croient être au dessus de la loi. Sinon, comment concevoir que Claude Munari, le Professeur Charles Zacharie Bowao,  Réné Serge Oba qui n’ont pas maille à partir avec la justice congolaise, qui ne font pas l’objet des poursuites judiciaires, puissent être, jusqu’à ce jour interdit de quitter le territoire sans aucun fondement juridique ?

Pour mettre le gouvernement par la voix du Ministre Mboulou devant un fait accompli, l’idéal serait que Paulin Makaya se fasse établir un passeport congolais avant de quitter le territoire national. Réagit Henri Blaise un des congolais de la diaspora.

L’établissement d’un passeport congolais mettra t-il fin à toutes ces spéculations ? Les services de l’immigration de la République faciliteront-ils la tâche à Paulin Makaya ? S’il arrivait qu’il obtienne ce passeport sans coup férir tel que le souhaite le patron de l’intérieur, il n’y aurait-il pas un autre alibi qui va s’ajouter afin de lui interdire davantage à quitter le sol congolais pour Londres ?

Celmond KOUMBA

6 thoughts on “Affaire Paulin Makaya : Main noire politique ou simple démarche administrative ?

  1. vous n’etes pas un expert des migrations internationales . bernard kolelas n a jamais ete « president ». a cette epoque seules trois personnes avaient la qualite constitutionnelle de porter le titre de president:

    1 pascal lissouba president de la republique
    2 augustin poignet president du senat
    3 andre milongo president l’assemblee

    bernard kolelas n’avait pas le droit de porter le titre de « president  » et ne l’appeler plus par « president »

    si mr paulin makaya leader d’un parti politque et non « president » avait ete acteur de la creation de l’erddun il etait forcement porteur d’armes peut etre assassin. il faut bien qu il paie le mal qu il a fait vis a vis des cocoyes assurement

    il y a encore des fautes de grammaire et d’orthographe et merci de vous relire avant de publier un tissu de mensonges sur internet

    paulin makaya , il aurait pu etre debarque par air france. le transporteur aujourdhui pour ce qui est du droit europeen des transports intrenationaux, le transporteur est desormais en droit d’evoquer le refus d’embarquer. donc meme air france etait juridiquement en droit de lui refuser l’acces a bord

    la sortie du territoire national n’est soumise qu a l’obtention des visas d’entree des pays de destinations et de transit des pays en transit visas dument delivres par les services competents des representations des dits etats.

    vous n’etes pas un specialiste des questions des migrations internationales je n’arrete pas de vous le dire

    charles zacharie bowao sera radie a vie du corps professoral de l’universite marien ngouabi pour fautes blamables. il avait classe guy en « tete « du scrutin presidentiel du 20 mars ignorant comme toujours que cest jean marie michel mokoko qui avait gagne dolisie et les villes voisines, ne pouvait pas venir en second car dolisie etant plus peuplee que kinkala. il avait en outre oublie que guy etait lari et que les laris naiment pas etre declares deuxieme sinon c’est la guerre comme en 1992 avec b kolelas qui n’avait pas supporte de voir p lissouba devant lui. sur quels fichiers electoraux charles z bowao avait travaille pour classer guy en tete du scrutin? si cetait celui de sassou ng ce fichier etait biaise y compris ses resultats.

    pierer ngollo est president du senat vous voyez comment sont les laris toujours impolis pierre ngollo est le president du senat donc il a des droits et des obligations constitutionnels et peut valablement remplacer le president de la republique voila pourquoi il s’est rendu en france. il a un passeport diplomatique.

    pour paulin makaya vous pouvez vous rapprocher du service des migrations internationales du bureau de l’ue a brazzaville nul besoin de se rendre a kinshasa pour certifier quoi que ce soit. vous n’etes pas un expert des migrations internationales vous pouvez imprimer cette partie et la presenter au bureau de l’ue a brazzaville. ils vous diront que meme air france etait en droit de lui refuser l’acces a bord(dans la plupart des cas la compagnie selon le tarif du passager peut perdre le billet en cas de debarquement par la police ou peut faire l’objet d’un changement de date avec ou sans frais ca depend) on ne se rend pas comme ca en europe. il y a des controles aux frontieres

    rapprochez vous du bureau de l’ue a brazzaville pour en avoir le coeur net.en principe en sa qualite d’elargi des prisons congolaises il devrait justifer aupres de l’ue les mobils ayant conduit a son incarceration.le passeport etait il en cours de validite oui ou non vous verrez cela avec le bureau de l’ue a brazzaville. ce passeport etait il europeen ou britannique?

    vous n’etes pas un expert!

  2. cad que lorsque le passager se voit un refus d’acces a bord il peut perdre son billet. la compagnie dans de tels cas de figure renvoie le passager vers l’ambassade emmettrice du dit visa entretemps si c’est un tarif vacances le passager peut perdre l’integralite du billet et devra acheter un autre ou le cas echeant beneficier d’un changement de date avec ou sans frais cela dependant du transporteur aerien

    donc meme air france pouvait refuser l’acces a bord a paulin makaya et vous connaissant ignorant vous aurez crie a la dictature

    il ya aujourdhui des sanctions civiles(amendes) qui pesent sur tout transporteur aerien qui transporte sur le sol europeen tout passager muni de faux document de voyages(faux passeport faux visas fausses identites….)

    VOUS NETES PAS UN EXPERT DES VOYAGES INTERNATIONAUX

  3. il a ete demande a l’auteur de cette feuille de manioc en cas de doutes sur les elements de reponse qui lui ont ete fournis de se rapprocher du bureau de l’ue a brazzaville pour avis contradictoire.l’auteur de cette feuille de manioc N’EST PAS UN EXPERT DES MIGRATIONS INTERNATIONALES il n y a pas de doute possible c’est donc lui l’ignare.

Laisser un commentaire