«

»

Mai 19 2017

Patrick Eric Mampouya – Libre penseur : Marche Arrière

En un demi siècle (bientôt 70 ans) les congolais n’ont pas réussit à construire une NATION et encore moins à développer leur pays. Il ne s’agit pas ici d’un bilan – travail que je laisse aux soins des historiens – mais d’un constat censé être fait par tout observateur qui se reconnaît fils de ce pays jouissant des droits et devoirs patriotiques.

Qui a dit aux congolais qu’ils avaient un grand pays riche ?

Qu’est ce qu’un pays riche et qu’est ce qu’un grand pays ? Tous les pays du monde sont potentiellement riches puisque la première richesse d’un pays est son capital humain. Quand le capital humain d’un pays est bien formé, alors ce pays peut devenir riche, c’est le cas de la Corée du Sud. Contrairement à ce que pensent les congolais, la présence des matières premières dans un pays ne fait pas automatiquement de ce pays un pays riche.

Le Congo Brazzaville, riche en matières premières caracole en bonne place des pays pauvres très endettés qui n’arrivent pas à nourrir leurs populations. Notre pays a deux handicaps majeurs pour se dire « pays riche » ; la faiblesse de sa population (6 millions d’habitants c’est la population d’un seul quartier de Kinshasa) et la mauvaise formation de son capital humain. Les plus grands pays du monde ont formés un « club des pays riches » dénommé G 20, les pays membres de ce club ont en communs entre autres la puissance de leurs économies ou de leurs armées ; le Congo Brazzaville ne figure pas dans ce club très select. Est-ce un complot contre les congolais ?

L’indépendance nous a été accordée par le Général De Gaulle, le multipartisme nous a été imposé par François Mitterrand et maintenant nous voulons qu’on nous donne la démocratie clé en main, puis quoi encore ?

Incapables de concevoir, d’imaginer un avenir collectif radieux, les congolais se complaisent dans la gestion d’un quotidien chaotique fait de misère insoutenable et d’un avenir fait d’incertitudes. Le futur n’est pas ce que demain sera, le futur c’est ce que nous allons faire aujourd’hui, car demain se prépare maintenant. Mêmes les idéologies importées ne réussissent pas au Congo Brazzaville ; c’est le cas du Marxisme qu’on a voulu scientifique ou du capitalisme (sans capitaux) à la sauce Bantou ; maintenant on veut industrialiser le pays sans avoir des industries. Bêtise quand tu nous tiens…

Aucun projet d’envergure dans le pays sans apport des compétences étrangères, sans emprunt ou aide de la communauté internationale, après un siècle d’indépendance, le constat sera le même sinon pire parce que le vrai travail de la formation des élites et de la conscientisation n’a pas encore commencer. « On ne se développe jamais avec de l’aide des autres » mais en se prenant en main afin de résoudre par soi-même ses propres problèmes.

Nous ne répèterons jamais assez que le développement doit se rêver d’abord, se concevoir ensuite avec des plans et des méthodes qui ont déjà fait leurs preuves et être appliquer enfin, il suffit juste de copier et d’appliquer les modes d’emplois des pays qui ont déjà réussit le parcours du développement.

Les congolais sont-ils réfractaires au progrès, à la démocratie et au mieux être

Vouloir ne suffit toujours pas à combler les attentes d’une personne ou d’un peuple, après les vœux, il faut se donner avec détermination les moyens de parvenir à ses attentes. Pas besoin de décrire ici, encore une fois le quotidien des congolais ; un peuple pris en otage par ses élites, un peuple qui se comporte comme un troupeau de moutons, un peuple plongé dans un sommeil profond avec pour seule perspective de continuer à dormir. Quand on n’avance pas, ça veut dire qu’on recule puisque le reste du monde avance toujours : Le temps n’attend pas, il avance inexorablement.

Il y a cinquante sept ans au Congo dit Brazzaville, une passion, une énergie, un désir de changement animait l’ensemble de notre peuple, ce changement s’appelait la naissance de la « République du Congo », puis deux ans après « l’indépendance », nous brisions enfin nos chaines, une ambiance exceptionnelle traversait notre pays, des espoirs multiples et des possibilités innombrables attendaient notre pays.

Durant ces cinquante sept ans d’indépendance la petite histoire du Congo Brazzaville a été écrite silencieusement en lettres de sang. Des deuils dans les familles, de la misère dans la société, de la souffrance physique et morale dans la vie des uns et des autres, de la haine dans le « vivre ensemble », des humiliations dans la vie privée de beaucoup, du discrédit du pays à l’échelle internationale. Mais aussi des heureux, des fanatiques, des ambitieux, des politicards, des abrutis, des violents, des voleurs, des insouciants, des résignés, des manipulateurs, des pseudos altruistes avec des fondations ou des associations qui se sont spécialisés dans les dons médiatiques, voire des riches dont certains ne le sont devenus qu’au prix du sang de leurs compatriotes ou de la trahison de leurs proches.

Petit pays situé en Afrique centrale le Congo Brazzaville est constitué d’une végétation luxuriante et traversé par des affluents et d’un fleuve immense, du Nord au Sud. Ses paysages et sa faune sont des atouts majeurs pour susciter un tourisme de masse, et pourtant ce pays reste une destination touristique confidentielle pour mercenaires en quête de sensations fortes. Le village de Mossaka, telle la ville de Venise en Italie, pourrait à elle seule prétendre à devenir un joyau mondial référencé dans les guides touristiques, le parc d’Odzala pourrait rivaliser avec les réserves du Kenya, de Tanzanie ou d’Afrique du Sud et drainé autant de visiteurs, etc.

Un peu de stabilité politique, quelques infrastructures modernes telles des autoroutes (il n’y a aucune autoroute au Congo Brazzaville en 57 ans de souveraineté) ou des hôpitaux dignes de ce nom et des billets d’avion aux tarifs attractifs permettraient de faire du Congo Brazzaville une destination touristique prisée au lieu d’être référencé sur la liste rouge des pays dangereux par les grands majors du tourisme mondiale.

Malheureusement, avec des routes défoncées mal entretenues dans les grandes villes, des hôpitaux insalubres où les ascenseurs sont souvent en panne, un manque d’eau courante et des délestages électriques récurrents depuis plus de 40 ans ; un musée nationale à l’abandon, infesté de rats, de cafards et d’insectes ; des compagnies aériennes racketteuses ; le Congo Brazzaville risquerait de ne jamais attirer grand monde, hormis les prédateurs pressés de siphonner son pétrole et des mercenaires grassement payés pour assister à des colloques et à des réunions aux effets douteux.

Ce petit pays dont personne ne connaît exactement le nombre d’habitants (par manque de recensement sérieux on spécule à environ 4 ou 6 millions d’habitants) a du mal à faire peau neuve, les visionnaires rasent les mûrs pour ne pas se faire emprisonner, ils sont contraints à l’exil quand ils ne sont pas tués tout simplement. Il faut qu’il y ait une quelconque célébration pour que le gouvernement initie quelques travaux de rénovation ou fasse désherber les lieux officiels, repeindre les façades décrépites. À la faveur de la visite d’une autorité dans le pays, d’un coup et d’un seul, comme par magie, l’eau rejaillit des fontaines publiques et l’électricité ré-éclaire les visages fatigués des congolais malgré les vrombissements à peine étouffés des groupes électrogènes.

Combien de chantiers n’ont-ils pas été abandonnés après des pompeuses festivités ? Des éléphants blancs sur tout le territoire, le nouveau stade de Kintélé construit pour les jeux africains de 2015 avec des emprunts gagés est déjà en phase de délabrement ; les vols de matériel y sont récurrents et les sanitaires sont déjà impraticables avant d’avoir servi aux populations locales. Quand à l’université y attenante en construction, personne ne sait qui sont les professeurs qui y dispenseront les savoirs, déjà que le système éducatif congolais traine depuis des années un déficit devenu chronique en personnel enseignant et en formateur.

Dakar a désormais son monument de la Renaissance Africaine et sa Porte du Millénium ; Bamako, sa Tour de l’Afrique et sa Pyramide du souvenir ; Kigali, son Mémorial du génocide (pour que l’Histoire ne se répète plus) et ses nombreux quartiers résidentiels ; Accra, son National Théâtre et son Mémorial Park ; Abuja, ses larges autoroutes, son Millenium Park et sa Shiphouse ; Rabat s’est rapproché de Casablanca grâce au Train à Grande Vitesse (T.G.V.).

De quoi Brazzaville peut-elle se vanter ? D’abriter les ossements d’une famille de colonisateur qu’on exhibe avec fierté aux visiteurs de marques ? Le constat est triste et sans appel. Les quelques routes bitumées qui serpentent le pays et qui sont censées désenclaver l’intérieur du pays ne produisent aucune richesse. La rentabilité d’un projet ou d’un ouvrage n’est pas une priorité au Congo Brazzaville.

Le Congo est recalé en permanence à la course au progrès

Depuis plusieurs décennies le Doing Business est très mauvais au Congo Brazzaville au grand dam des autorités qui crient au complot contre les organes de notations. Pour trouver des boucs émissaires on montre du doigt l’impérialisme (la communauté internationale) qui serait contre le bonheur des congolais au lieu de se conformer aux règles universelles de la comptabilité. Les grandes entreprises qui faisaient la fierté des congolais dans les années 70 sont tous devenues des friches industrielles à l’abandon. Même les repreneurs professionnels n’en veulent pas pour un franc symbolique à cause de la gouvernance chaotique du pays ; c’est cas de la Sotexco de Kinsoundi, de l’Impreco de Massimou, de l’Huilerie de Mokeko, de la Rizerie de Loukouo, de la Palmeraie d’Itoumbi, de la Seita (Société industrielle de Tabac) de Kindamba, des Mines de Mpassa de la Scierie de Bangou, etc.

L’inauguration d’un bout de route bitumée mobilise tout le gouvernement. Année après année le Congo Brazzaville demeure dans l’impasse, parce que son élite se complait dans la médiocrité. Un pays qui compte autant de musiciens, d’Hommes de lettre et d’artistes talentueux ne dispose même pas d’un conservatoire de musique, d’une médiathèque publique et/ou d’un centre dédié aux Arts.

Les artistes congolais sont condamnés à la soupe populaire, ils sont devenus des véritables mendiants faute de subventions ou de protection de leurs œuvres. Pamelo MOUNKA, Rapha BOUNDZEKI, Jean-Serge ESSOU, etc., sont morts dans la misère, et pourtant, tous ont eu droit à des obsèques fastueuses preuves ici de l’importance d’une personne ; au Congo, l’État n’honore ses dignes enfants qu’à leur mort.

Le légendaire crooner de la rumba, YOULOU MABIALA tente encore de s’accrocher à la vie, abandonné qu’il est à lui-même. Les officiels attendent patiemment son décès pour lui offrir des funérailles royales. C’est de l’impudence.

En plus de vivre dans la précarité, les artistes congolais n’ont aucun droit. Ces élites qu’on fait passer pour des amuseurs publics ont juste oubliées que la liberté et les droits ne se donnent pas mais se conquièrent au bout d’âpres luttes.

Qui avait parlé de quatrième pouvoir ?

Les journalistes congolais à force de s’autocensurer ont trouvé le stratagème de presque tout recopier sur les réseaux sociaux pour ne pas se faire emprisonner ou tuer par les autorités du pays et de se spécialiser dans la langue de bois. Résultats ; aucune enquête, aucun reportage digne de ce nom dans les médias congolais malgré la foultitude des dossiers scabreux non traités : les détournements à ciel ouvert, la corruption à tous les étages, la fuite des capitaux, les cargaisons fantômes de pétrole, les panama papers, les biens mal acquis, les disparus du beach, les explosions du 4 mars, les assassinats sans coupables, les tortures sans tortionnaires etc., un ancien président de la République assassiné (Alphonse Massamba Débat) n’a toujours pas de sépulture depuis plus de 40 ans.

La télévision nationale est devenue un outil au service du culte de la personnalité. Elle n’attire même pas les enfants. Elle est surnommée à juste titre « télé-foufou », pas de programme phare, aucune créativité, pas de débats contradictoires, pas de films ni de reportages instructifs. Ici les journalistes qui se complaisent dans la médiocrité ne s’embarrassent pas pour vérifier la crédibilité des informations ou des communications gouvernementales, les inepties et les mensonges des autorités sont pris pour des vérités universelles, les faits sont manipulés, les vérités sont déformées ; les invités y sont triés sur le volet, les plus téméraires et les véritables opposants ne s’aventurent plus sur les plateaux de la télévision nationale par peur de dire un mot de trop qui pourrait braqué les foudres du pouvoir contre leur personne, la télévision congolaise est devenu un machin insipide à regarder.

Le sort des sportifs n’est pas enviable, en dehors de quelques vieilles gloires du football qui ont eu le réflexe d’intégrer l’armée ou la politique. Les Paul TANDOU, Jonas BAHAMBOULA MBEMBA alias Tostao, MINGA Pépé et autres végètent, alors que le pays leur est redevable pour avoir défendu ses couleurs. Comment peut-on reprocher aux artistes et aux sportifs congolais qui ont des bons résultats à l’étranger de ne pas travailler pour le pays ? La république n’a aucune reconnaissance envers ses enfants les plus valeureux, Alain Mabanckou l’un des meilleurs ambassadeurs de la plume congolaise est contraint à l’exil, ses ouvrages sont interdits dans le pays et s’échangent sous le manteau, ils sont introuvables dans les quelques librairies que compte le pays.

Situé au cœur de la ville capitale, le Palais du Parlement est devenu un fourre-tout, où s’entremêlent politique, expositions, conférences, deuils et mondanités (levées de corps, meetings politiques, campagnes d’évangélisations, concerts et soirées de gala), c’est hélas l’unique grande salle du pays. Des vieilles institutions comme le CE.F.R.A.D et l’Ecole de peinture de Poto-poto ressemblent à des funérariums, tellement l’atmosphère y est morbide, certains ministères sont encore coincés dans des vieilles bâtisses coloniales régulièrement ripolinées et qu’on essaye péniblement, à chaque avancée technologique, de mettre aux normes (électrification, téléphonie, internet etc.).

Les nouvelles icônes servant de modèle à la jeunesse ont tous touché à une scabreuse quincaillerie. Ils sont fils de…, pistonnés sans aucun mérite ou ancien cobra, ninja, zoulou ou traitres grassement rémunérés. Ils sillonnent les grandes artères de la ville en 4×4 climatisé vitres teintées, et se font construire des villas cossues, des bâtisses à étage ou des hôtels sans que personne ne se soucie de la provenance des fonds. Ils se font appelés « hommes forts » pour être né de…., connaître untel, avoir violé des minettes et immolé lâchement des innocents au cours d’horribles épisodes de guerre.

Les véritables modèles qui faisaient rêver la population ont été appauvris pour engraisser des voyous avec les richesses nationales et les entreprises de l’État. Les slogans favorables au régime se multiplient pour alimenter la propagande, au point de faire changer de vocation au Président. Après avoir été « homme des masses », puis « bâtisseur infatigable », il serait devenu « homme de paix et écologiste » avec des médiations systématiquement ratés dans les conflits des pays tiers (Côte-d’Ivoire, Centrafrique, Lybie1, RDC), alors que son pays est confronté à des multiples conflits sans solutions. Manipulateur hors paire, il aime se faire photographier avec les hommes plébisciter par leurs peuples tels Patrice Talon, Adama Barrow, Nelson Madela etc., des hommes démocratiquement élus par leur peuple alors que lui s’est toujours imposer par la ruse, la tricherie et la violence. Le recul en arrière du Congo Brazzaville sur tous les plans est incontestable et sans appel.

Afin de s’attirer les bonnes grâces de la communauté internationale il vient d’organiser la création d’un machin dénommé « fond bleu » pour sauvegarder la faune et la flore en Afrique central après avoir signé un grimoire « L’Afrique : enjeu de la planète », préfacé par « l’ami » Jacques CHIRAC, son compagnon écologiste. Il a oublié avoir concédé des hectares de forêts à des consortiums étrangers, et que dans le pays qu’il dirige depuis plusieurs décennies, l’énergie la plus utilisée est le charbon de bois. D’un coup et d’un seul le bûcheron revêt le costume de protecteur de l’environnement. Bientôt le pyromane ne pourra plus jouer au pompier, puisqu’au Congo Brazzaville, il n’y a plus d’eau pour lutter contre les incendies volontaires. La communauté internationale se rend ainsi coupable du non survenu de véritables et durables paix, sécurité et stabilité dans nos pays d’Afrique.

L’insupportable imposture sur la paix, la sécurité et la stabilité

Le discours sur la paix, la sécurité et la stabilité est en réalité une ruse pour faire peur et pour traumatiser d’avantage les populations. C’est une insupportable imposture. La paix, la sécurité et la stabilité ont un mode d’emploi, là encore il n’y a pas de spécificité qui tienne, les plans, les méthodes et les stratégies pour parvenir à la paix existent : Le préalable pour la paix passe toujours par un dialogue entre les belligérants et le respect des accords qui en découlent. La paix ne se décrète pas, la sécurité encore moins, quand à la stabilité, elle dépend de la bonne gouvernance c’est à dire de la bonne redistribution des richesses. Or, il se trouve que les autorités du Congo Brazzaville ne respectent pas les accords même quand ils sont signés et ratifiés devant la communauté internationale.

On ne bâtit pas une véritable paix sur l’injustice, la paupérisation, l’intimidation, la violence, les arrestations arbitraires, les détentions sans jugement et sans réparation, les privations, les interdictions de réunion et de meeting, les tentatives de bâillonnement de l’opposition, le musèlement des syndicats par des trêves sociales éternelles, etc. L’Histoire du monde nous a assez montré des peuples en liesse après la chute d’un régime pour ne pas se laisser berner par ces fausses paix, ces sécurités en trompe l’œil et ces stabilités à coup de truquage d’élections.

Questions aux élites du Congo Brazzaville : Qu’est-ce qui est mieux pour le pays ; relancer la démocratie ou participer à des élections truquées et gagnées d’avance par un régime sourd aux revendications les plus élémentaires ?

Le peuple Congolais est pris pour un troupeau de moutons qu’on gouverne par la chicotte et à qui on assène des assertions du genre : « Allons seulement », sans savoir où on va et comment on y va.

Au fait, qui sont ces radicaux et trublions impénitents qui n’aimeraient pas leur pays ? L’opposition politique ? La société civile ? Les institutions religieuses ? Qui toutes, demandent un dialogue pour le bien du pays ?

Où sont passés les barons, les conseillers et autres courtisans qui contre toute évidence sociale et économique, soutiennent que tout fonctionne bien, qu’il n’y a aucune crise dans le pays, que les élections n’ont jamais été truquées et que le peuple voit bien le travail qui est fait ?

Constitution taillée sur mesure, validation des élections truquées ; Constitution non respectée ; institutions non-fonctionnelles ; opposition tolérée, non-prise en considération, pas écoutée et pas respectée malgré la Constitution et les lois successifs sur les partis ; presse libre tolérée, mais intimidée ; population paupérisée à l’extrême ; pouvoir arrogant qui n’accède à aucune revendication légitime de l’opposition, ni de la société civile, prisonniers politiques ; un pouvoir qui affirme que le travail se fait et que « le peuple voit lui-même le résultat ». Pauvre peuple au nom de qui tout et son contraire est justifié sans jamais qu’il ne dise mot.

Ce qui devient aussi incompréhensible, c’est le manque de discernement de la Communauté Internationale. Elle aussi parfois oppose les mots paix, sécurité et stabilité aux démocrates Africains qui veulent faire avancer leur pays. Elle tolère ainsi des régimes impopulaires. C’est comme si pour qu’il y ait paix, sécurité et stabilité il faut un homme fort à la tête d’un État Africain alors que l’ancien président Barack Obama avait bien démontré que les institutions fortes valent mieux que les hommes forts.

C’est comme si  une alternance politique pacifique serait incompatible avec la paix, la sécurité et la stabilité. Est-ce que le Ghana, le Bénin et le Sénégal, ne sont pas en paix, parce qu’il n’y aurait pas d’hommes forts dans ces pays ?

Piégée par cette position de principe, la communauté internationale entérine souvent ce discours qui lui est vendu par certains Présidents qui ont peur de la démocratie. Et dans certains cas, elle oblige au retour à l’ordre constitutionnel alors que les régimes déchus ne respectent pas leurs constitutions taillées sur mesures et n’ont pas la légitimité du peuple souverain parce que les élections sont des véritables mascarades. Donc revenir à l’ordre constitutionnel c’est parfois perpétuer un régime vomit par le peuple.

Patrick Eric Mampouya

(15 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. JEUDI 25 MAI /ÉVÉNEMENT MEDIA FRANCE2: REPORTAGE GÉNOCIDE A HUIT CLOS AU CONGO BRAZZAVILLE.

    JEUDI 25 MAI /ÉVÉNEMENT MEDIA FRANCE2: REPORTAGE GÉNOCIDE A HUIT CLOS AU CONGO BRAZZAVILLE.
    L’humain n’a plus aucune valeur sacrée et existentielle en Francafrique congolaise telle qu’elle est incarnée depuis 33 ans déjà par son sous-traitant négrier antidémocratique, antisocial, dés-humaniste et criminogène monsieur Denis Sassou Nguesso et pour combien de temps encore? https://www.youtube.com/watch?v=I7YytBBAf6E&feature=youtu.be

  2. reponse a mr mampouya

    seule la phrase introductive est exacte le reste est un pamphlet de mensonges et dincoherence.la television congolais n’attire pas les enfants en raison du niveau eleve des debats.tele congo parle en terme d’omd d’odd de developpement durable des bassins du congo …. les congolais eux sont attirees par les series bresiliennes colombiennes…

    mr mampouya l’aeroport de brazzaville maya maya est le troisieme aeroport de plus d’un millions de l’asecna apres dakar abidjan. maya maya et pointe noire traite individuellement plus d’un million de pax.

    oui du capital humain l’etat congolais avec le concours de la france s’etait deja engage a former des ressources humaines de qualite.sous fulbert youlou ce chef detat avait pese aupres de la france l’erection en plein coeur de paris dune maison des etudianst congolais une sorte de campus brazza.a cette epoque les boursiers congolais etaient majoritairement des laris.or les laris naiment pas les etudes.eux c’est la baise la fume la drague les avortements les invectives les insultes le mensonge les commerages finalement la france setait aprecu que le profils des occupants de ce batiment etait contraire au tremes de references.

    c’etait une maison concue pour des etudiants et non pour des avorteurs des fumeurs et des drogués.sous fr mitterand cette maison fut vendue a un promoteur immobilier.ou etait de lautorite publique?

    en 1993 a brazzaville lird et la fac des sciences avaient completement saccagee par les delinquants du pool.toujours en 1993 plusieurs gamins et leurs meres avaient ete gifles par les ninjas du mcddi votre mouvement politique.perturbant le deroulement des epreuves du cepe sur lensemble du territoire national.mme albertine lipou massala ministre de lenseignement primaire se resolut de trouver un site alternatif pour les candidats au cepe vivant a bacongo et a makelekele zone lari. comme tjours on doit se preoccuper des laris. qui sont ils? que representent ils pour ce pays?

    helas des annees apres le tour venait au ministre anatole collinet makosso de trouver une solution de rechange pour les eleves scolarises dans le pool car depuis le 04 avril 2016 apres plusieurs annees de jachere le pool etait repartit dans ses amours soit les coups de feu et autres fusillades nourries.cela fait un an que le pool vit ce qu il adore.attaque des trains combats contre les elements de la force publique incendie des gares embuscades port des tenus miliatires des militaires tues … evidemment comment peut on parler de developpements ?

    mr mampouya vous avez oublie de mentionner un point.on parle aujourdhui de developpement sectoriel.meme dans levaluation du chomage les taux different selon les regions (cas de la france)

    alors mr mampouya pourquoi les ninjas demeurent ils actifs depuis tant d’annees ca fait 24 ans quand meme!

    mr mampouya le pool a demande des armes il les a desormais cette region ne connaitra que des operations militaires jusquen 2090 91 92 … il en sera ainsi. le pool a tue il a ete tue.dans une guerre cest comme ca.les djihadistes tuent aussi des soldats egyptiens tunisiens libyens…cest normal.les mai mais tuent aussi des soldats congolais.c’est normal.les ninjas ont tue ils tueront ils ont ete tue et ils seront tues! et cela durera 40 50 60 70 ans…

    il y va de soi qu interdiction formelle est faite au ministre collinet makosso d’organiser le bepc le bac le cepe…. dans le pool.nous leur avons dit qu il n ya pas de crise dans le pool ils ont dit que le pool vit une crise et ben celui qui vit une crise ne va pas aux examens. PAS DE CEPE DE BEPC DE BAC DANS LE POOL A COMPTER DE 2017 JUSQU EN 2090 91 92 93 94 95 96 97 98 99…

    les eleves laris qui veulent avancer dans leurs etudes comme le veut mr mampouya -bon belle analyse quand meme meme si ca sent le pool – peuvent se rendre dans le departements limitrophes.

    pour revenir a lenseignement primaire 2 ministres, deux epoques differentes, un seul meme groupe assassin a savoir les ninjas
    quand a larmee congolais les stasistiques sont effrayants.la liste des officiers qui se sont battus contre les ninjas est effrayantes. colonel ferdinand mbaou colonel jean louis nguembo colonel yves marcel ibala colonel moundouta seraphin colonel nkombo colonel marcel tsourou general eta anka general yves motando general paul mbot general rene boukaka(a pointe noire 17 ninjas avaient ete tues les sages laris de pnr avaient voulu le rencontrer pour un dialogue il avait dit NON) le general ndolou le general gb okoi les civils j m tassoua andre okombi salissa justin lekoundzou ithi ossetoumba

    EN REALITE VOUS DEVEZ ADRESSE CETTE LETTRE A LENSEMBLE DES RESSORTISSANTS DU POOL.

    1. Olombe

      La vérité gêne certains individus …c’est bien pathétique …pauvre pays

  3. mimi

    A toioi reponse a mr mampouya,
    je vois que tu n’as jamais voyage. Tu dis que l’aeroport de brazzaville est le troisieme. Mais va en Afrique du sud et tu veras que l’aeroport de Cape Town est parmis le meilleur au monde. Alors si on prenait l’aeroport de Johannesburg toujours en Afrique du sud toujours. L’aeroport du kenya et l’aeroport de l’ile Maurice sont parmis les meilleurs aussi.

  4. Mokengeli

    FAC (Femmelettes Appelées « Cobras »), POUBELLE TRIBALE, VOUS PUEZ TELLEMENT LE MBOCHI QUE VOUS DEVEZ QUITTER LE POOL AU RISQUE DE CONNAITRE LE MEME SORT QUE OKO CAMILLE.

  5. Africain mentalement derangé depuis la nuit des temps

    Voici le CV de notre cher continent.

    CURRICULUM VITAE

    NOM : Continent
    PRENOM : Africain
    AGE : Berceau de l’humanité.
    SITUATION MATRIMONIALE : Célibataire avec plus d’un milliard d’enfants.
    CONTACT : Au sud de l’Europe, à l’est de l’Amérique.

    Objectif : Mettre mes enfants et mes ressources à la disposition des autres pour contribuer à leurs développements.

    DOMAINES DE COMPETENCE

    Coups d’Etats, guerres, génocides, champ d’essais des armes fabriqués en Occident.

    ETUDES ET FORMATIONS

    -Hautes études à l’ESOCE (Ecole Supérieure Occidentale de Commerce d’Esclaves).
    -Hautes études à l’AFRIQUE (L’Africaine de Formation pour la Réélection des Incompétents, Querelleurs, Usurpateurs et Egoïstes).

    DIPLÔMES OBTENUS

    -Le MRTS (Médaille de Reconnaissance du Tirailleur Sénégalais).
    -Le GPRTT (Génocide le Plus Rapide de Tous les Temps).
    -Le CPRMPP (Continent le Plus Riche Mais le Plus Pauvre).
    -Le CPTS (Continent le Plus Touché par le SIDA).
    -Le CPDPP (Continent ou les Présidents Durent le Plus au Pouvoir).
    -Le PMDDP (Premier en Matière de Détournement de Deniers Publics).
    -Le CPE (Continent le Plus Endetté).
    -Le CN (Continent  »Noir »)

    EXPERIENCES

    -Participation aux deux guerres mondiales.
    -Mes coups d’Etats:
    •1952 : Égypte, Mohammed Naguib renverse Farouk Ier
    •1958 : Soudan, Ibrahim Abboud renverse Abdullah Khalil
    •1963 : Congo, David Moussaka et Félix Mouzabakani renversent Fulbert Youlou
    •1963 : Togo, Emmanuel Bodjollé renverse Sylvanus Olympio
    •1965 : Algérie, Houari Boumédiène renverse Ahmed Ben Bella
    •1965 : Zaïre, Mobutu Sese Seko renverse Joseph Kasa-Vubu
    •1966 : Burkina Faso, Sangoulé Lamizana renverse Maurice Yaméogo
    •1966 : Burundi, Michel Micombero renverse Ntare V
    •1966 : Centrafrique, Jean Bédel Bokassa renverse David Dacko
    •1966 : Nigeria, Johnson Aguiyi-Ironsi renverse Nnamdi Azikiwe
    •1966 : Ouganda, Milton Obote renverse Edward Mutesa
    •1968 : Mali, Moussa Traoré renverse Modibo Keïta
    •1969 : Libye, Mouammar Kadhafi renverse Idris Ier
    •1969 : Soudan, Gaafar Nimeiry renverse Ismail al-Azhari
    •1971 : Ouganda, Idi Amin Dada renverse Milton Obote
    •1973 : Rwanda, Juvénal Habyarimana renverse Grégoire Kayibanda
    •1974 : Éthiopie, Aman Andom renverse Hailé Sélassié Ier
    •1974 : Éthiopie, Mengistu Haile Mariam renverse Aman Andom
    •1974 : Niger, Seyni Kountché renverse Hamani Diori
    •1975 : République fédérale islamique des Comores, Saïd Mohamed Jaffar renverse Ahmed Abdallah
    •1975 : Nigeria, Yakubu Gowon renverse Johnson Aguiyi-Ironsi
    •1975 : Tchad, Noël Milarew Odingar renverse François Tombalbaye
    •1976 : Burundi, Jean-Baptiste Bagaza renverse Michel Micombero
    •1976 : République fédérale islamique des Comores, Ali Soilih renverse Saïd Mohamed Jaffar
    •1977 : Congo, Joachim Yhombi-Opango et Sassou Nguesso renversent Marien Ngouabi en l’assassinant.
    •1977 : Éthiopie, Mengistu Haile Mariam renverse Tafari Benti
    •1978 : République fédérale islamique des Comores, Said Atthoumani renverse Ali Soilih
    •1978 : Mauritanie, Mustafa Ould Salek renverse Moktar Ould Daddah
    •1979 : Centrafrique, David Dacko renverse Bokassa Ier
    •1979 : Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo renverse Francisco Macías Nguema
    •1979 : Tchad, Goukouni Oueddei renverse Félix Malloum
    •1979 : Ouganda, Yusufu Lule renverse Idi Amin Dada

    •1979 : Sassou Nguesso renverse son complice assassin de Marien Ngouabi, leur mentor assassiné le 18 mars 1977.
    •1980 : Burkina Faso, Saye Zerbo renverse Sangoulé Lamizana
    •1980 : Guinée-Bissau, João Bernardo Vieira renverse Luis de Almeida Cabral
    •1980 : Au Libéria, Samuel Doe renverse William Richard Tolbert
    •1981 : Centrafrique, André Kolingba renverse David Dacko
    •1982 : Burkina Faso, Jean-Baptiste Ouédraogo renverse Saye Zerbo
    •1982 : Tchad, Hissène Habré renverse Goukouni Oueddei
    •1983 : Burkina Faso, Thomas Sankara renverse Jean-Baptiste Ouédraogo
    •1983 : Nigeria, Muhammadu Buhari renverse Shehu Shagari
    •1984 : Guinée, Lansana Conté renverse Louis Lansana Beavogui
    •1984 : Mauritanie, Maaouiya Ould Taya renverse Mohamed Khouna Ould Haidalla
    •1985 : Ouganda, Basilio Olara Okello renverse Milton Obote
    •1985 : Soudan, Swar al-Dahab renverse Gaafar Nimeiry
    •1986 : Soudan, Ahmed al-Mirghani renverse Swar al-Dahab
    •1987 : Burkina Faso, Blaise Compaoré renverse Thomas Sankara
    •1987 : Burundi, Pierre Buyoya renverse Jean-Baptiste Bagaza
    •1987 : Tunisie, Zine el-Abidine Ben Ali renverse Habib Bourguiba
    •1989 : Soudan, Omar el-Béchir renverse Ahmad al-Mirghani.
    •1990 : Libéria, Prince Johnson renverse Samuel Doe
    •1991 : Mali, Amadou Toumani Touré renverse Moussa Traoré
    •1992 : Algérie, le Haut conseil de securité renverse Chadli Bendjedid
    •1995 : République fédérale islamique des Comores, Ayouba Combo renverse Said Mohamed Djohar
    •1996 : Burundi, Pierre Buyoya renverse Sylvestre Ntibantunganya
    •1996 : Niger, Ibrahim Baré Maïnassara renverse Mahamane Ousmane
    •1997 : Zaïre/République démocratique du Congo, Laurent Désiré Kabila renverse Mobutu Sese Seko
    -1997:Congo bzv ,Sassou Nguesso renverse Pascal Lissouba
    •1999 : Union des Comores, Azali Assoumani renverse Tadjidine Ben Said Massounde
    •1999 : Côte d’Ivoire, Robert Guéï renverse Henri Konan Bédié
    •1999 : Guinée-Bissau, Ansumane Mané renverse João Bernardo Vieira
    •1999 : Niger, Daouda Malam Wanké renverse Ibrahim Baré Maïnassara
    •2003 : Centrafrique, François Bozizé renverse Ange-Félix Patassé
    •2003 : Guinée-Bissau, Verissimo Correia Seabra renverse Kumba Yala
    •2005 : Mauritanie, Ely Ould Mohamed Vall renverse Maaouiya Ould Taya
    •2008 : Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz renverse Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi
    •2008 : Guinée, Moussa Dadis Camara s’accapare du pouvoir à la mort de Lansana Conté
    •2009 : Madagascar, Andry Rajoelina dénonce et renverse à une vitesse impressionnante le régime de Marc Ravalomanana
    -2010 : Niger, Djibrilla Hamidou renverse Tandja Mamadou
    -2011: Cote d’Ivoire, Gbagbo renversé par la France/ONU et remis à OUATARA
    -2011 : Libye, KADAFI assassiné par l’OTAN et remis le pays aux mains des rebelles.
    -2012 : Mali, Amadou Toumani Touré renversé par son l’armée.

    AUTRES CONNAISSANCES

    Analphabétisme, déscolarisation, chômage et appauvrissement.

    LOISIRS

    Troubles, faire beaucoup d’enfants et famine.

    SVP FAITES CIRCULER LE MAIL CAR TOUS LES FILS ET FILLES D’AFRIQUE DOIVENT SAVOIR DE QUOI EST CAPABLE LEUR CONTINENT. MERCI

    SOURCE: J.O

    Contact: http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/05/jeudi-25-mai/evenement-media-france2-reportage/un-genocide-a-huit-clos-au-congo-brazzaville.html

  6. le fils du pays

    Mr Mampouya nous parle de la formation des cadres.Statistiquement parlant,combien de cadres toutes categories confondues le Congo a t-il fait former depuis 1960?.Et la encore il ne suffit pas seulement de les former mais de les utiliser et bon usage après leur formation.
    Un autre facteur, sont-ils formes selon quelle optique?.Selon l’optique occidentale?.Quelle est leur qualite?.
    Un grand frère du quartier nous a toujours dit que ce sont les fameux diplomes-intello toutes categories confondues qui tuent le Congo.
    Eh oui,ce sont ces fameux diplomes qui tuent le Congo autour de Mr Sassou et son Pct.Pour ne citer que quelques exemples:Bienvenu Okiemy,Moungalla Thierry la liste est tres tres longue.
    Bref,le probleme du Congo,c’est la qualite de ses hommes et ses femmes.
    C’est comme confondre l’instruction et l’education,nombreuses personnes peuvent a tort que l’instruction rime forcement avec l’education.Celui qui a etudie n’est pas forcement bien eduque.
    Dans un Congo Post Mr Sassou,son pct et tout son cirque,il faudra creer un centre d’instruction sur la conduite bantou et ses moeurs pour tous les Congolais une fois finie leur formation academique avant de songer travailler(un passage obligatoire pour faconner les ressources humaines Congolaises selon notre paradigme,notre culture et corriger certains manquements).sortir d’une universite chinoise,francaise,americaine etcc. ne suffit pas

  7. Samuel Noko

    Le Congo Brazzaville a eu un plan sur le developpement National. lorsque nous disons NATIONAL, il s agit du developpement de chaque ethnie et chaque règion du territoire. Mais pour accordè l`attestation d`enregistrement pour le parti politique qui a la vision pour ce developpement, devient des sauts en nouvelle lois a lois de la part de Denis Sassou Nguesso le type qui tient les habitants du Congo Brazzaville en otage. accordez nous seulement l`attestation de l`enregistrement du parti politique DNK/ BANTU et vous allez voir le veritable changement en succès.

  8. gare de loudima a mr eric p mampouya

    mr mampouya

    j’ai entendu parler de vous lors de votre demission du gouvernement tony moudilou. il est tjs premeir ministre .c’est un long regne comme celui de sassou ng.

    j’ai entendu parler de vous lors de votre selfie en compagnie de j f ndenguet

    j’ai entendu parler de vous lors de l’echec d’une tentative d’assassinat dirigee contre vous par guy milex mbonzi.pourquoi naviez vous jamais porte plainte.

    mr mampouya

    IL N Y A PAS DE REGIME IMPOPULAIRE A BRAZZAVILLE

    en 92 meme si sassou ng avait vote en faveur de b kolelas il n’aurait eu que 37%.sassou ng s’etait plie a la volonte souveraine du peuple congolais.il etait partit.les laris avaient conteste la volonte populaire en rejettant l’election de p lissouba.mr lissouba avait commis l’erreur de dissoudre le parlement donnant a manger aux laris resultats guerre civile.

    qui donc des laris ou de sassou ng croit aux urnes?

    mr mampouya contrairement aux apparences le congo est detruit par les laris(exemple patant du cfco)

  9. gare de loudima a mr eric p mampouya

    mr mampouya

    IL N Y A PAS DE CRISE DANS LE POOL.

    interdiction a ete faite au ministre collinet makosso de programmer des examens detat cepe bepc bac…dans le pool a compter de 2017.nous attendons le decret presidentiel portant reduction du nombre de departement passant de 10 a 9.le pool sera une zone de tirs militaires jusqu en 2090 91 92 93…une generation de congolais viendra qui continuera a se battre dans le pool.dautres bebes ninjas naitront ils continueront a se battre jusqu en 2090 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100

    mr mampouya

    IL N Y A JAMAIS EU DE MASCARADE ELECTORALE AU CONGO. p lissouba avait ete elu.

    que vaut guy b p kolelas devant j m mokoko sinon que le tribalisme.

    en 1991 92 j m m mokoko etait chef d’etat major.ou etait guy? si auj mr gbp kolelas etait devenu dieu du pool c parceque les laris avaient jure ne voter que pour un kolelas nous sommes deja deux.bernard et guy.lun des defis de la democratie congolaise est de voir le pool voter pur un non lari et non kolelas .ce sera certainement en 2100.les laris n’ont pas encore vote pour un candidat autre qu un kolelas.

    ON NE PEUT DONC PAS PARLER DE MASCARADE DANS UN TEL CONTEXTE.

    si les laris ont dit NON au chgt de la constitution pour laquelle ils avaient dit NON en 2002 c’est parcequ entretemps guy bp kolelas lari comme eux a grandit.c’est tout.sinon que vous le savez bien il n y a pas de juristes constitutionnalistes chez les laris chez les ninjas … il n y pas d’experts de haut niveau chez les laris il n y a pas de position doctrinaire chez les laris.c’est un groupe de salauds je suis desole.

    mr mampouya

    IL N Y AURA PAS DE DIALOGUE PAS D’EXAMENS DANS LE POOL JUSQU EN 2090 91 92 93…. LE POOL SERA UNE ZONE SAUVAGE UN GEANT PARC ZOOLOGIQUE UN CHAMP DE TIRS…TOUS LES CANONS DES FACS SERONT EXPERIMENTES DANS LE POOL

    nous avons dit au gl okoi de detruire au missile sam 7 tout convoi de ninjas qui partira de kinkala vers brazzaville.nous lui avons demande de positionner des helicopteres prets au decollage sur nkayi sibiti djambala brazzaville et kinkala.parlez a vos maccabees .tant pis pour vous.le pool tue et il est tue. une guerre cest comme ca.des soldats fr meurent au mali.des djihadistes aussi sont tues. il n y aura plus de vie dans le nord mali. il n y aura plus de vie dans le pool.

  10. gare de loudima a mr eric p mampouya

    le pool doit etre place sous surveillance aerienne 24 h /24 jusqu en 2090 91 92 ….

    1. GUY-FERNAND LOULENDO

      le tyran infatigable reconnaît sans le savoir(car il est très idiot), que l’affaire des biens mal acquis est vraie, mais ils ne sont pas seuls à agir ainsi, il y a aussi les familles royales du golf, pourquoi s’en prend t-on seulement aux nguesso?
      c’est un aveux, « à l’insu de son plein gré »

  11. Le congo en danger

    ALERTE ÉCARLATE : LE CONGO-BRAZZAVILLE, UN PAYS SOUS OCCUPATION ANTISOCIALE ET CRIMINOGÈNE.
    PROBLÉMATIQUES !!!

    Quelle est la situation actuelle de notre pays, le Congo-Brazzaville ?
    Comment en sommes-nous arrivés là ?
    Comment allons-nous récupérer notre dignité ?
    Comment allons-nous sauver notre pays des prédateurs étrangers ?
    Après les palestiniens, serons-nous les prochains apatrides ?
    Pourquoi et comment récupérer notre liberté ?

    http://congo-objectif2050.over-blog.com/2017/05/alerte-ecarlate-le-congo-brazzaville-un-pays-sous-occupation.html

  12. jennymamadou

    C’est triste ce que nous congolais vivons dans notre propre pays, pourquoi Dieu permet tous nos malheurs?

  13. piatougan

    Zenga Mambu. Il est à constater depuis un certain temps que Zenga Mambu un double jeu. Zenga Mambu des lettres des extrémistes du pouvoir de Sassou Nguesso qui insultent les Laris, alors que les interventions lucides de ceux qui combattent le régime hitlérin de Sassou Nguesso sont censurés.Pourquoi, cette personne par exemple qui s’acharne à écrire « reponse a mr mampouya » , et à publier ici ses inepties est à maintes reprises publiée, alors que ceux qui écrivent des vérités succeptibles à condamner le régime illégitime sont mis à la touche?
    Quelle est cette nouvelle politique de Zenga Mambu qui n’hésite pas de publier la banderole qui fait la publicité du régime illégal, génocidaire. Voici ce que colporte Zenga Mambu à lire : »Législatives 2017 :  » Une disposition de la nouvelle loi sur les partis politiques stipule que tout parti politique qui n’a pas d’élu sera purement et simplement dissout. Autrement dit ceux qui prônent le boycott ne pourront plus faire la politique au Congo. A vous de choisir ! » Tout ceci n’est pas normal. Mambu seraitil devenu un site vendu. Un site biéssé?Parfait Kolelas, Tsaty Mabila d’origines kongo font la compagne des législatives pour continuer à crédibilisé la barbarie de sassou, pendant que leurs éclecteurs sont bombardés dans le pool, Bouénza. Les miliciens, mercenaires étrangers, helicoptaires du très idiot et fou tyran Sassou Nguesso tirent que sur des femmes et enfant non Mbochi.Est cela est normal? « Deux jeunes femmes soupçonnées d’être des femmes des miliciens ninjas dans le Pool ont été incarcérées à la maison d’arrêt de Brazzaville. Le fait insolite est que ces femmes ont été mises au cachot avec leurs enfants à bas âge. La première est dans les geôles avec ses 3 enfants et la seconde avec un bébé de 5 mois. Est cela est normal? » Sassou Nguesso et sa bande sème la terreur au Congo. prisonniers politiques, des journalistes, membres des associations pour les droist de l’ hommes, simples citoyens sont arbitrairement emprisonnés pour avoir défendu leur opposition au changement de la Constitution ou pour avoir dénoncé la fraude électorale. Il faut être en tout assez fou,trop corrompu et avoir aux électeurs très idiots, mentalement malades pour se déclarer favorable à de telles élections organisées par un pouvoir illégime, illégal et génocidaire. Tout cela ne peut exister qu’ au Congo. Congo Zoba.Pour tout ceux qui veulent nous tromper et pensent sans moral qu’à eux, à leur ventre et ceux de leur famille, il faut savoir tout ce paie ici bàs. Une personne normale peut adhérer à une telle élection et soutient au régime Hitlérien.Quantà Zenga Mambu, il faut mesurer la part de responsabité que cela comporte en s’engageant , en lassant entrainer dans un tel jeu dangereux.L’heure n’est plus aux plaisanteries périlleuses.

Laisser un commentaire