«

»

Mar 15 2017

Le Monde : Wilfrid Sassou-Nguesso mis en examen à Paris dans l’affaire des « biens mal acquis »

Wilfrid Sassou-Nguesso est accusé d’avoir détourné des fonds publics à des fins personnelles. Une première pour un membre de la famille au pouvoir au Congo.

Le neveu du chef d’Etat congolais Denis Sassou-Nguesso a été mis en examen, jeudi 9 mars, par la justice française dans le cadre de l’enquête dite des « biens mal acquis ». Selon nos informations, Wilfrid Nguesso, 50 ans, est mis en cause pour « blanchiment de détournements de fonds publics ».

Surnommé « Willy », ce proche du président dirige officiellement depuis 2006 la Société congolaise de transports maritimes (Socotram), dont l’actionnariat se partage entre l’Etat congolais (45 %) et une entreprise établie au Liechtenstein, WGN Trading and Shipping SA, dont il a été le bénéficiaire économique. Il est également à la tête de la Société de gestion des services portuaires.

Mainmise sur les taxes maritimes

Cette double casquette lui donne accès aux millions d’euros de taxes prélevées sur l’activité des navires marchands et sur les chargements de pétrole exportés de Pointe-Noire, la capitale économique de cet Etat pétrolier d’Afrique centrale.

Wilfrid Sassou-Nguesso est accusé d’orchestrer de complexes circuits financiers alimentés par des fonds publics et ainsi financer d’importantes acquisitions immobilières et autres produits de luxe.

Le 15 août 2016, les juges Roger Le Loire et René Grouman avaient ordonné la saisie pénale de deux biens immobiliers acquis puis entretenus à grands frais, avec des fonds probablement issus du détournement de l’argent du pétrole.

Le premier est un appartement cossu à Courbevoie (Hauts-de-Seine), acheté initialement, en 2000, par le chef de l’Etat et son épouse, rénové pour 3 millions d’euros de travaux entre 2002 et 2005. Le second est une villa de 500 m2 au Vésinet (Yvelines), acquise à l’époque, en 1983, par feu le frère aîné du président congolais, et enjolivée par près de 4 millions d’euros de travaux.

Circuits financiers offshore

Ces deux biens immobiliers étaient ensuite détenus par des sociétés offshore établies dans des paradis fiscaux. Un montage complexe pour dissimuler l’identité du véritable propriétaire : Wilfrid Sassou-Nguesso. Parmi les matériaux récoltés par les enquêteurs lors de perquisitions à son domicile de Courbevoie, il y avait plusieurs relevés de comptes bancaires au nom de ces sociétés dont certaines étaient alimentées directement par la Socotram.

Cette première mise en examen d’un membre de la famille présidentielle congolaise marque peut-être un tournant dans la longue enquête dite des « biens mal acquis », démarrée en 2007. Me William Bourdon veut y croire. « Cette mise en examen et celles qui vont suivre préfigurent le grand procès du clan Sassou à Paris pour pillage des ressources publiques à leur profit personnel », dit l’avocat de Transparency International, qui est aussi le président de l’ONG de défense des victimes de crimes économiques, Sherpa, à l’origine de la plainte ayant déclenché l’ouverture de cette procédure.

Contactés, plusieurs avocats ayant auparavant défendu l’Etat congolais et la famille du président, n’ont pas souhaité réagir. « On ne sait plus qui est mandaté sur ce dossier, c’est très flou », conclut l’un d’entre eux.

Le Monde – France

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. JULIENNE SASSOU NGUESSO

    LE JOURNALISTE DE JEUNE AFRIQUE FRANCOIS SOUDAN FAIT ENTUBER SA FEMME ARLETTE NONAULT PAR LES SASSOU NGUESSO PERE ET FILS

    “La publicité rend fou, mais je me sopigne” a dit le journaliste français Bernard Rapp.

    Pour s’assurer que le magazine Jeune Afrique ait des publicités, son rédacteur-en-chef François Soudan a envoyé au charbon, au Congo-Brazzaville, sa femme Arlette Nonault-Soudan. Elle y chauffe le lit des Sassou Nguesso, de père en fils. Aussi, son trou reçoit tour à tour des pistons de papa Denis Sassou Nguesso et son fils Christel Denis Sassou Nguesso, alias Kiki.

    Et comme si cela n’était pas assez, une rue Francois Soudan a vu le jour à Moukondo, un quartier nord de Brazzaville.

    Jeune Afrique et toutes les autres publications du groupe sont ainsi devenues les voix autorisées du mécénat du pouvoir de Brazzaville.

    “La bouche qui mange ne fait Pas du bruit”, avait coutume de dire Omar Bongo Ondimba au sujet de son oposition. Depuis que sa femme reçoit les coups de massue du père et du fils Sassou Nguesso, François Soudan a cloué son bec. Il ne signe plus ses éditoriaux enflammés qu’il a laissés signer par Trésor Kibongila

    On aura tout vu !Pour défendre une cause jugée juste et valable, l’avocat porte sa robe, alors que la femme enlève la sienne. En témoigne Mme Arlette Nonault-Soudan, Ministre du tourisme du Congo-Brazzaville.

  2. le passant

    C’est de la poudre aux yeux . La France doit dorenavant savoir que ses petits jeux doivent cesser. Le monde n’est pas dupe.

  3. Wawanko

    Laurent Dzaba de zenga mambu fait la même chose: il critique le pouvoir pour mieux mériter l’argent qu’on lui verse via la publicité MTN Congo et Crédit du Congo.

  4. Urbain François Makaya

    « C’est de la poudre aux yeux . La France doit dorenavant savoir que ses petits jeux doivent cesser. Le monde n’est pas dupe. » dit Le passant. Vous avez bien raison. Zenga Mambou devrait faire l’économie de nous publier ce genre d’affaire. C’est une autre publicité pour rien. Connaissez vous une affaire judiciaire ayant prosperé en France. Jean François Ndengué serait libéré de nuit par la justice france il y a quelques années. L’affaire des bien mal acquis n’a jamais produit ses effets juridiques en France. Celles des disparus du beach est frappée du sceau de non lieu. Là où la justice française à eu la rapidité c’est mettre en examen François Fillon pour la peneloppe gate. Mais des scandales financiers perpétrants par des dirigeants africains y compris sur le sol français, ce sont des non événements!

  5. LA DIGNITE HUMAINE

    CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ: LES RÉSEAUX D’ESCADRONS DE LA MORT DU DICTATUEUR SASSOU, MODE D’EMPLOI (INÉDIT). https://www.youtube.com/watch?v=PTmrSvCk50M&feature=youtu.be

  6. ANDELY beau frère de TSOUROU

    WILLY TRAHIT PAR LES SIENS
    Depuis qu’il a quitté le navire nguesso pour se consacrer à sa vie pastorale, willy devient la brebis galeuse de la famille et SASOU est son premier ennemi! les faits sont certes vrais mais aurait il pris plus que KIKI fils légitime de sassou qui cache son butin au panama, suisse, iles caimans , chine et cocos islands!
    LE clan doit etre poursuivi et jugé c’est pour celà que bouya, ondongo, ngokana, djombo, pierre oba affaire diamant de bemba fils de la rdc, doivent etre mis en examen ! le congo sombre, son économie en lambeaux c’est cette bande de gangsters qui l’a pillé , l’a prostitué!
    ME BOURDON recevez nos félicitations et soutien , toi au moins tu n’as pas été corrompu comme HOLLANDE, VALLS, fillon ET FABIUS§

  7. Samuel Noko

    Quel est le nom de cette maison de justice qui représente la loi Française à Paris qui à la photo de Dénis Sassou Nguésso sur le mur dérriere Wilfrid Nguésso ? C est du n`importe quoi.

  8. CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ: LES RÉSEAUX D'ESCADRONS DE LA MORT DU DICTATUEUR SASSOU (INÉDIT).

    CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ: LES RÉSEAUX D’ESCADRONS DE LA MORT DU DICTATUEUR SASSOU (INÉDIT). https://www.youtube.com/watch?v=PTmrSvCk50M

  9. Baptiste Houtou

    Elections municipales 2008
    Pointe-Noire : Le Bal des Willy à Lumumba
    Willy David contre Willy Goliath
    PAR BAPTISTE HOUTOU| 21 JUIN 2008 A 16H38MIN | 6535 VISITES | 0 COMMENTAIRE
    Deux candidats portant le même prénom vont s’opposer dans l’arrondissement 1 de Pointe-Noire. Tous deux sont natifs de Pointe-Noire, tous deux sont issus de familles dont le nom restera attaché à celui du Congo. Là s’arrête la comparaison car en dehors de ces analogies tout ou presque les oppose. Guy Wilfrid César Nguesso dit Willy Nguesso et Wilfrid Olivier Gentil Sathoud dit Willy Sathoud, nouveaux venus dans l’arène politique s’affronteront à travers les listes que l’un et l’autre conduiront dans la même circonscription de l’arrondissement n°1 Emery Patrice Lumumba à Pointe-Noire à l’occasion des élections municipales du 29 juin 2008.
    Willy Nguesso, neveu de l’actuel chef de l’Etat, PDG du groupe SOCOTRAM et président fondateur du Club 2002- Parti pour l’Unité et la République, possède l’indéniable avantage de disposer d’une assise financière considérable. Pourtant, eu égard aux dégradations des conditions de vie des populations, cet avantage pourrait se retourner contre lui, l’exhibition du train de vie ostentatoire de l’oligarchie, à laquelle il appartient, écœure la majorité silencieuse du peuple congolais. Autre atout réversible de Willy Nguesso, son nom qui est craint et redouté mais pour lequel la propagande présidentielle a tant mis l’accent sur le côté protecteur de la paix, qu’il semble a beaucoup en être le seul garant.
    Le principal handicap du président Willy Nguesso à cette élection reste et demeure son refus obstiné d’arrimer son parti, pourtant affilié à la majorité présidentielle, au mastodonte RMP pour constituer les listes communes dites d’union avec tous les autres partis clamant haut et fort leur soutien « indéfectible » au président de la République Denis Sassou Nguesso. Le RMP, digne héritier du parti unique, considère tous ceux qui ne s’inféodent pas à lui comme des adversaires politiques à combattre. On peut voir là les raisons du débarquement du précédent ministre de la marine marchande Nombo Mavoungou et l’hémorragie de cadres que ne cesse de subir le Club 2002-PUR. Le PCT est parvenu à se rallier nombre de têtes d’affiches tels Me Pierre Mabiala, le ministre Pierre Michel Nguimbi, les députés Claude Abraham Milandou, Ambroise Bayakissa et Max Toussaint Loemba, Eden Saboga…
    Le vivier électoral du Club 2002, constitué lors de la campagne pour les dernières élections législatives grâce aux efforts du député de Lumumba 1 et ancien président départemental du Club 2002-PUR, paradoxalement exclu pour excès d’orthodoxie envers Denis Sassou Nguesso, Max Toussaint Loemba [1], s’émiettera d’autant plus que certains élus du Club 2002-PUR, parmi lesquels se trouvent des membres fondateurs, ont écopé de sanctions disciplinaires allant de l’exclusion à la radiation pure et simple des rangs du parti.
    Willy Sathoud, est issu de l’une figures majeures de l’indépendance, son père Victor-Justin Sathoud [2] a assumé de hautes fonctions gouvernementales et parlementaires de la première République du Congo jusqu’à sa disparition prématurée. Willy Sathoud, est administrateur des ressources humaines et du personnel dans une grande société de transit de la place. Il est connu des internautes et des observateurs avertis de l’actualité culturelle et politique de notre pays à travers ces publications sur le net et dans la presse locale. Ce nouveau venu dans l’arène politique tente un coup d’essai politique à titre indépendant, avec une marge financière réduite.
    Il se déclare indépendant mais se présente sous le label « Energie » symbolisé par le rhinocéros. Ceci n’est pas un avantage, ce symbole rappellera aux ponténegrins l’éphémère Mouvement Populaire pour la République (MPR) qui défraya la chronique dans un passé très récent et dont il n’a pas su abandonner le logo. Son appartenance aux instances dirigeantes de ce mouvement politique parrainé à l’origine par pourrait éventuellement se révéler comme un handicap majeur pour lui. Energie avait fait une apparition tonitruante sur la scène politique en se déclarant indépendant mais en étant parrainé par le ministre André Okombi Salissa. Aujourd’hui, son président fondateur Anicet Poaty-Amar, pourtant très incisif lors du lancement des activités, semble s’être retiré, sans crier gare, autant de la course aux sièges que de la vie de son parti. C’est au point que certains de ses membres fondateurs, comme le secrétaire général Christian Dzinga Boubanga, iront jusqu’à se faire élire député suppléant de Toussaint Max Loemba à Lumumba 1, pour le compte du Club 2002-PUR avant de rejoindre le RMP, ils s’alignent toutefois sur une liste indépendante que conduit ce dernier. Pour sa part, le permanent Max Joël Félix Tchicaya choisira d’adhérer au RMP avec le PJR de Denis Christel Sassou Nguesso.
    Willy Sathoud, bénéficie de sa proximité avec l’électorat de sa circonscription. Il est né au quartier Mayumba dit « Balumbu » comme son colistier Armand Bouckethy. Il a grandi à l’OCH et il réside actuellement à l’aéroport où il partage au quotidien les joies et les peines de cette population abusée par les politiciens de tous bords. Sa campagne est financée sur fonds propre avec l’appui de ses colistiers, l’aide de sa famille et de nombreux sympathisant. Ceci lui accorde une certaine liberté d’action sans être de redevable auprès d’une quelconque personnalité. Il possède la facilité de pénétration dans différents milieux tant défavorisés que aisés, aussi bien proche du pouvoir que de l’opposition pourrait également jouer en sa faveur.
    Face aux grosses pointures de la politique et de l’argent auxquelles il est confronté, on a bien du mal à croire aux chances réelles de ce jeune homme dynamique. Un siège ou deux au conseil municipal serait déjà une incontestable victoire. Nous aurions aimé que Willy Sathoud et Armand Bouckethy qui collaborent depuis longtemps à congopage.com nous fassent parvenir leur programme.
    A tous les candidats bonne chance et que le meilleur gagne.
    Baptiste Houtou
    [1] Qui ne dissimule pas ses ambitions de s’asseoir sur le siège de premier magistrat de la ville. Il bat d’ailleurs campagne dans cette même circonscription très disputée.
    Les 21 têtes des listes candidates dans l’arrondissement N°1 de Pointe-Noire :
    Bouity Viaudo Roland (RMP) Maire central sortant
    Nguesso Wilfrid Guy Cesar (Club 2002-PUR)
    Sathoud Wilfrid Olivier Gentil (Indépendant)
    Safou André (UPADS)
    Kifoueti samba Antoine (MCDDI)
    Matouba Mboumba Aimé Dorothé (RDD)
    Siemo Charles Denis (UDR Mwinda du fils)
    Loemba Jean Toussaint (Indépendant) Député de la circonscription
    Ngababa Paul (Indépendant)
    Ngoua Tsimba Joseph Nelly (MSD)
    Nzamba Jean Romuald (CNR)
    Ibakombo Boniface Rufin (MUST)
    Maboumba Mouele (RFD)
    Moussodji Francois (MGCC)
    Bissouta Mabounda Aloyse Devic (Indépendant)
    Tathy Louis Marie Gabriel (Indépendant)
    Mbia Christian (Indépendant)
    Tchicaya Félicien Raymond (Indépendant)
    Kaya Ngouari Pierre (Indépendant)
    Mayoulou Germain (Indépendant)
    Ngoyo Ange Thomas (Indépendant)
    [2] Le frère consanguin de l’actuel président de l’Assemblée Nationale Justin Koumba.

  10. Baptiste Houtou

    Deux collaborateurs de congopage.com briguent le suffrage populaire
    26 JUIN 2008 A 14H37MIN | 1891 VISITES | 0 COMMENTAIRE
    Nos collaborateurs Willy Sathoud et Armand Bouckethy ont décidé de se présenter aux élections locales dans l’arrondissement 1 de Pointe-Noire. Bien que leur souhaitant bonne chance, nous sommes plus que sceptiques sur l’éventualité de leur élection dans l’arrondissement le plus disputé de la ville océane.
    Nous vous présentons à la suite la déclaration qui leur tient lieu de programme.
    CANDIDATURE INDEPENDANTE ELECTIONS LOCALES 2008
    _Pointe-Noire : Arrondissement N°1 – Emery Patrice Lumumba
    ________________________________________
    Wilfrid Sathoud
    B.P : 1957
    Tél : 537 02 13
    E-mail : sathoudwilfrid@yahoo.fr
    Pointe-Noire /République du Congo
    ________________________________________
    DECLARATION DES CANDIDATS INDEPENDANTS DE LA LISTE « ENERGIE » POUR L’ELECTION DES CONSEILLERS MUNICIPAUXDANS L’ARRONDISSEMENT N°1 LUMUMBA / POINTE-NOIRE
    Electrices, électeurs de Pointe-Noire ;
    Habitants de l’arrondissement N°1 Emery Patrice Lumumba ;
    Mesdames, mesdemoiselles et messieurs ;
    Nous voici à la croisée des chemins pour le choix de nos futurs représentants au conseil municipal de Pointe-Noire, pour les cinq années avenir.
    La campagne électorale, qui s’achève, étant à la fois un moment de dialogue, de bilan et de propositions ; Permettez que je vous dise au nom de mes colistiers et au mien propre, à la suite de Saint-Exupéry, je cite : « L’avenir tu n’as pas à le prévoir, tu as à le permettre ». Fin de citation.
    C’est pourquoi, permettre cet avenir pour Pointe-Noire, c’est agir en suivant le droit chemin du renouveau, du changement et de l’espoir que vous indiquent la liste des indépendants « ENERGIE », symbolisée par un rhinocéros noir sur fond jaune.
    Mesdames, Messieurs, chers électrices et électeurs ;
    La décision mûrement réfléchie de solliciter vos suffrages à travers la liste des indépendants « ENERGIE », que j’ai l’insigne honneur de conduire et pour laquelle nous vous exhortons à voter massivement ce 29 Juin 2008, est motivée par le courage, la volonté et la détermination qui anime mes colistiers et moi-même d’apporter notre modeste contribution citoyenne à la reconstruction de cette ville, qui nous a vue naître et grandir, au nom et pour le compte de la jeunesse pourtant majoritaire dans la population. Mais, paradoxalement sous représentés dans toutes les instances décisionnelles locales et nationales, submergés par l’élite politique vieillissante responsable de notre situation lamentable actuelle.
    Les frustrations étant le carburant de l’action, comme le disait si bien la députée française Christiane Taubira.
    Interrogeons-nous bien si après les élections notre sort sera mieux qu’avant ?
    Pourtant au regard des atouts majeurs que dispose notre citée océane, d’être à la fois une ville portuaire, pétrolière et industrielle à vocation touristique, capitale économique de la République du Congo ; Pointe-Noire mérite bien d’être mieux administré que maintenant.
    Grâce à votre énergie participative et aux voix que vous apporterez massivement à la liste des indépendants « ENERGIE », permettez-nous de disposer des moyens politiques nécessaires pour imposer le changement tant souhaité à corps et à crie, non plus par des simples déclarations d’intentions médiatisés, ou par des débats sans lendemain dans les coins de rues de nos quartiers et autres bar, restaurants, nganda, stade, ou autres lieux publics ; Mais plutôt au sein des sphères décisionnelles du conseil municipal .
    En vous rendant massivement aux urnes, faites donc le bon choix, en votant massivement pour la liste des indépendants « ENERGIE », ayant pour logo un rhinocéros noir sur fond jaune, qui augure la lumière du renouveau, pour les meilleurs lendemains de ponton la belle.
    Car, les distinguées conseillers inscrits sur cette liste disposent d’un programme cohérent avec une série de propositions novatrices et futuristes, qu’ils s’attelleront à défendre bec et ongle au conseil municipal, en vue d’apporter des solutions idoines aux problèmes :
    D’insalubrité, d’éclairage public et d’adduction d’eau ;
    De lotissement, d’embouteillage et de transport urbain ;
    De défectuosité du réseau routier urbain et d’insuffisance de collecteur des eaux usées ;
    De dysfonctionnement des services municipaux, d’état-civil, de cadastres et de voiries urbaines ;
    D’assainissement, de santé, d’environnement et d’éducation ;
    D’immigration clandestine, de maximisation des recettes urbaines ;
    Et j’en passe…
    A titre d’illustration, concernant par exemple les embouteillages, nous suggérons et défendrons un projet d’érection des échangeurs routiers à certains points sensibles de notre chère capitale économique, tels que :
    Le terminus de Mvoungou par Tié-Tié, et le rond-point Davum, en envisageant l’élargissement de part et d’autre de la route de l’aéroport, à partir du passage à niveau PK 2500/CFCO ;
    Le lancement des travaux de bitumages et construction des collecteurs de la route de Mpita, à partir de Boundji jusqu’à la côte sauvage et de l’avenue Charles de Gaulle prolongée du rond-point Kassaï au carrefour savon à Tié-Tié, en passant par l’OCH ;
    L’achèvement des travaux de bitumage de la route du KM4, communément appelé avenue Pemba, abandonné par l’équipe sortante.
    En ce qui concerne le transport urbain, notre collaboration agissante avec certains partenaires préalablement ciblé pourrait éventuellement permettre l’aboutissement du dossier relatif à la création d’une régie ponténégrine de transport urbain mixte route/rail, avec l’appui de l’Etat et des organismes publics, ou privées tant nationaux, qu’internationaux.
    Nous prenons également le ferme engagement de veiller à la prise de mesures subséquentes visant l’exploitation à bon escient de l’éventail des possibilités offertes par la coopération décentralisée à travers les jumelages avec les villes sœurs, pour l’amélioration des mécanismes de fonctionnement des services municipaux, et la conclusion des accords mutuellement bénéfique avec les organismes financiers pour l’obtention de l’expertise technique nécessaire aux activités de hautes intensités de main d’œuvre destinés à lutter contre le chômage des jeunes, d’amélioration des conditions d’habitat, d’accès aux logements, de santé, d’éducation, d’assainissement, de bitumage routier et de curage des cours d’eaux de Tchikobo, Tchinouka et Dibodo.
    Enfin, l’argent étant le nerf de la guerre, il serait impérieux de dynamiser l’action des services techniques de recouvrement de taxes municipales sur le terrain et auprès d’autres administrations publiques collectant les fonds découlant de certaines taxes destinés à la mairie.
    Somme toute, comme nous refusez de placer votre confiance en ceux-là même qui semblent proposer maintenant la rupture, alors que des années durant, ils ne sont pas parvenu à la réaliser et ne cesse d’abuser de nous en voulant rafler à eux seuls tous, mais alors tous les mandats électifs, selon la maxime prémonitoire : « du tout pour nous et rien pour les autres » ;
    En allant voter massivement pour la liste des indépendant « ENERGIE » symbolisé par un rhinocéros noir sur fond jaune, d’autant plus que nous serons la voix des sans voix au niveau du conseil municipal et servirons de pont entre la population et les décideurs de la ville ;
    Pour que vive Pointe-Noire, qui redeviendra ainsi Ponton la belle avec ENERGIE.
    Je vous remercie !
    ________________________________________
    Energie ne disposant que de 2mn de temps d’antenne, cette déclaration n’a pu être lue que partiellement par Wilfrid Olivier Gentil Sathoud, candidat tête de liste indépendant « ENERGIE » sur les antennes des chaînes de télévisions locales.
    C’est là le lot des petits partis et des indépendants qui ne possèdent pas la surface financière suffisante pour matraquer des clips et des publireportages à l’instar des trois grosses pointures qui se présentent dans le même arrondissement : Le RMP avec à sa tête le maire sortant Roland Bouiti Viaudo, le Club 2002 PUR de César Wilfrid Nguesso et Max Toussaint Loemba ex président départemental du Club 2002 PUR exclu par Willy Nguesso pour avoir voulu affilier le club au RMP et qui se présente en indépendant.
    ________________________________________
    Ya Sanza a mis Willy Sathoud à la torture dans une petite interview que vous lirez à la suite.
    Ya Sanza : Mon cher Wilfrid, nos lecteurs n’ignorent pas que ta collaboration dans congopage.com comme celle de ton colistier Armand Bouckethy est vieille de plusieurs années, aussi comprendront-ils que le tutoiement régisse cette interview.
    Quelles sont les raisons profondes qui t’ont poussé à te porter candidat ?
    Willy Sathoud : Les raisons profondes qui m’ont poussé à me porter candidat proviennent d’un déclic, un relais par rapport à l’activité politique et du constat que la prise en compte des jeunes par nos responsables politiques ne reflète pas ce qu’elle mérite de refléter, tant au niveau local qu’au niveau national. On peut dire que la jeunesse est délaissée alors que c’est elle qui constitue la majorité de la population. Il va de soi qu’il est important que la jeunesse soit suffisamment représentée dans les instances décisionnelles. C’est par rapport à ça que nous avons estimé que nous avons un rôle à jouer. Nous avons un apport à donner pour que les choses puissent changer dans la ville par rapport à ce que nos aînés ont fait. En tirant les leçons de leurs échecs nous comptons bien améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.
    YS : Tu n’as jamais caché ton engagement au sein d’ENERGIE, le parti fondé par Anicet Poaty Amar avec l’aval d’André Okombi Salissa qui en est le président d’honneur. Le fait que ce ministre, très décrié, du gouvernement de Denis Sassou Nguesso soit impliqué dans ENERGIE a été largement critiqué dans nos colonnes et dans les réactions aux articles. Il me semble donc surprenant que cette étiquette continue à te coller à la peau quand, rien dans votre démarche ne semble vous rapprocher de la majorité présidentielle. Seriez-vous des candidats à la mangeoire ?
    Willy Sathoud : Comme il est dit, nous sommes des candidats indépendants, ce qui signifie que nous ne sommes ni avec la majorité, ni avec l’opposition. Preuve en est que nous ne sommes financés que par nous-même sur fonds propres. Je le dis bien, l’ensemble de notre campagne a été financée sans apport extérieur. Je vous mets au défi de démontrer le contraire.
    YS : Ce n’est pas la question, la question est : Qu’est-ce qui lie encore et toujours les gens de votre liste et ENERGIE ?
    Willy Sathoud : Je te le dis, nous sommes une liste indépendante et je ne parle pas ici au nom du Mouvement Populaire pour la République, je parle au nom d’une liste des indépendants ENERGIE. Il n’y a pas d’amalgame à faire entre notre liste et le Mouvement Populaire pour la République.
    YS : Anicet Poaty Amar ne semble plus du tout s’intéresser à ENERGIE, alors, pourquoi en gardez-vous l’étiquette ?
    Willy Sathoud : C’est ENERGIE qui nous a permis d’exprimer nos idées au vu et au su de tout le monde, du moins au sein des populations ponténégrines. Le fait d’utiliser ce label ne veut pas dire que nous restons attachés au Mouvement Populaire pour la République. Comme je l’ai dit tout à l’heure il n’y a pas d’amalgame à faire.
    YS : Je ne comprends toujours pas, pourquoi avoir gardé cette étiquette ?
    Willy Sathoud : Ce n’est qu’un label. C’est un logo, puisque la loi dit que tout candidat qui se présente à cette élection devra présenter le logotype par lequel il sera identifié. Nous nous identifions au logo rhinocéros et au label ENERGIE mais pas au Mouvement Populaire pour la République.
    YS : Félicité Marthe Tambaud, la compagne d’Anicet Poaty Amar, figure en bonne place sur votre liste puisqu’elle y est quatrième et première femme. Comment interpréter cette présence ?
    Willy Sathoud : Sa présence n’a rien d’extraordinaire. C’est simplement une personne qui manifeste, comme nous, son intérêt de participer à la gestion de la collectivité à laquelle elle appartient tout simplement, c’est tout.
    YS : On peut donc supposer qu’Anicet Poaty Amar a toujours une activité au sein d’ENERGIE.
    Willy Sathoud : Je répète qu’ENERGIE et le Mouvement Populaire pour la République sont deux entités différentes. Anicet Poaty Amar est quelqu’un avec lequel je garde de très bonnes relations aussi bien politiques qu’amicales, mais ça n’a rien à voir avec notre engagement.
    YS : Penses-tu que ces élections sont libres et démocratiques ?
    Willy Sathoud : Nous allons discuter de ce point quand nous serons arrivés au bout du processus, car ce seront les conditions de déroulement qui nous diront si elles se sont passées équitablement.
    YS : La question est : Penses-tu qu’elles vont l’être ?
    Willy Sathoud : Je ne peux pas d’emblée supposer une mauvaise volonté de la part des organisateurs. Les conditions d’enregistrement de notre liste ont été normales, nous avons répondu aux critères et notre liste a été agréée. Allons au bout du processus et nous nous verrons bien à quel niveau il y a défaillance, si défaillance il y a. Nous allons aux élections selon les conditions posées par les organisateurs.
    YS : On voit bien que tu as été élevé dans le milieu politique, ce doit être le type de réponse que tu as obtenue de ton père quand tu lui as demandé : « Papa, c’est comment qu’on fait les enfants ?… » Si ce n’est pas de la langue de bois ça y ressemble beaucoup, tu réponds toujours à côté de la question.
    YS : Ne crains-tu pas que votre présence comme celle d’une multitude de petites listes vienne quelque part troubler le jeu politique en diluant un peu trop les voix des sans voix ?
    Willy Sathoud : Non, nous sommes les représentants des sans voix, puisque nous ne sommes affiliés à aucune formation politique existante. Nous vivons au quotidien avec nos concitoyens. Nous estimons donc que nous pouvons assurer ce relai là et jouer le rôle de pont entre les décideurs au niveau municipal et cette population avec laquelle nous vivons au quotidien. Ce qui n’est pas le cas pour d’autres responsables politiques même parmi ceux qui se sont fait élire à la députation. Dans le cadre de notre campagne nous nous rendons bien compte à quel point ils déçoivent leur électorat.
    YS : Un dernier mot ?
    Willy Sathoud : Je demande à la population ponténégrine de ne pas céder au jeu de la corruption. Il y a deux sortes de listes, celles qui exhibent de l’argent pour rallier les électeurs et d’autres qui cherchent à convaincre de par leur manière de faire. Je demande donc aux ponténégrins de faire le bon choix, celui d’élire ceux qui agissent au quotidien et pas ceux sur lesquels on ne peut compter qu’en période électorale.
    YS : Willy, là il y a quelque chose que je ne comprends plus. Tu nous as dit que tu ne pourras t’exprimer sur la régularité de ces élections qu’après coup et là, en totale contradiction tu nous dis que le jeu démocratique n’est pas respecté. Où sont la liberté et la démocratie s’il y a corruption.
    Willy Sathoud : Corruption… Chaque structure à sa méthode pour piquer l’électorat, si ceux-là pensent que c’est en distribuant de l’argent, souvent sorti des caisses du Trésor, il faut le dire. Parce que ceux qui le font sont ceux qui actuellement détiennent les responsabilités politiques au niveau de l’Etat ou de la mairie et qui ont la facilité d’avoir accès aux caisses. Ce sont donc ceux qui peuvent disposer des moyens de l’Etat, qui ne sont d’ailleurs pas que financiers, ils utilisent aussi des moyens matériels, des véhicules de l’Etat sont réquisitionnés pour certains candidats.
    YS : Tu nous as dit que tu pensais que tu ne pourrais dire si le jeu démocratique avait été respecté qu’après le dépouillement et maintenant tu nous démontres qu’il ne l’est déjà pas.
    Willy Sathoud : Je dis bien qu’il ne s’agit que des agissements de certains candidats, c’est un abus de position dominante. Nous espérons que les opérations de dépouillement se dérouleront normalement. Nous te donnerons notre point de vue sur la question à ce moment-là.
    YS : Merci Willy, je te souhaite un bon parcours.

  11. sassou ne liberera jamais ses prisonniers politiques

    QUI DU PRÉSIDENT AMÉRICAIN OU FRANÇAIS PEUT LIBÉRER LES PRISONNIERS POLITIQUES ET POURQUOI FAIRE ET APRÈS?
    Les prisonniers politiques du régime tyrannique de Brazzaville ne peuvent être libérés que par une intervention soit intérieure ou extérieure. https://www.youtube.com/watch?v=W9nfjiNkigU

  12. LE MANIFESTE DE LA CONOGRAPHIE: THÈME 1/50: LA DÉFINITION DE LA CONOGRAPHIE !!!

    L’AVENIR EST DANS 99% DE CAS LE PASSE ET LE PRÉSENT QU’ON IGNORENT – SINON RENDEZ- VOUS AVEC CETTE VIDÉO TOUT AU LONG DU XXIE SIECLE…
    Le géographe étudie la géographie, le conographe étudie la conographie. La conographie est la répartition des Cons dans le monde. En effet, dans toute race et couches sociales confondue (du Clochard au milliardaire), la proportion des cons est la même partout, 99% de Cons, partout dans le monde sur différentes échelles sociétales. C’est la règle, elle est universelle et immuable depuis la fin de la sélection naturelle entre nature et sociétés humaines (Isidore AYA TONGA). Explications historiques universelles: https://www.youtube.com/watch?v=C5AbXijdyw4

  13. LE MANIFESTE DE LA CONOGRAPHIE: THÈME 1/50: LA DÉFINITION DE LA CONOGRAPHIE !!!

    L’AVENIR EST DANS 99% DE CAS LE PASSE ET LE PRÉSENT QU’ON IGNORENT – SINON RENDEZ- VOUS AVEC CETTE VIDÉO TOUT AU LONG DU XXIE SIECLE…
    Le géographe étudie la géographie, le conographe étudie la conographie. La conographie est la répartition géographique des Cons dans le monde. En effet, dans toute race et couches sociales confondues (du Clochard au milliardaire), la proportion des cons est la même partout, 99% de Cons, partout dans le monde sur différentes échelles sociétales. C’est la règle, elle est universelle et immuable depuis la fin de la sélection naturelle entre nature et sociétés humaines (Isidore AYA TONGA). Explications historiques universelles: https://www.youtube.com/watch?v=C5AbXijdyw4

Laisser un commentaire